Économique, facile à configurer, d’une sécurité plus qu’honorable, l’hébergement mutualisé semblerait avoir tout pour séduire. En quoi consiste-t-il au juste et quels sont ses avantages comme ses limites ?

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Comment fonctionne Internet ? Un peu, beaucoup, quotidiennement… Nous sommes de plus en plus nombreux à bénéficier d’un accès Internet et nous y passons toujours davantage de temps. Mais savons-nous comment cela marche, au fond ? C’est grâce à Internet que vous pouvez profiter de cet épisode de Kézako, dans lequel Unisciel et l’université de Lille 1 nous expliquent le fonctionnement d’Internet.

Si vous gérez  un site Web, il est probable que vous souhaitiez que celui-ci obtienne des visites. Et vous le savez sans doute : lorsque vous mettez en ligne votre site, celui-ci réside sur l'ordinateurordinateur d'un hébergeur. Or, selon la formule choisie, il sera plus ou moins difficile de classer les pages de son site sur GoogleGoogle car le n° 1 mondial de la recherche est sensible aux performances des sites, notamment au niveau de leur affichage sur téléphone mobilemobile.

L'hébergement mutualisé apparaît comme l'offre la plus appropriée dans un grand nombre de cas, et il est vrai que cette formule présente de nombreux avantages. Pourtant, elle n'est pas appropriée à toutes les situations. Selon le type de public que l'on vise, le trafic attendu et ce que l'on souhaite obtenir, il importe de choisir la formule la plus adéquate.

Les divers types d’hébergement d'un site Web

L’hébergement gratuit

Le plus simple pour démarrer pourrait sembler être l'hébergement gratuit que proposent certains fournisseurs dont Google lui-même. Vous vous en doutez, une telle offre aura quelques limitations :

  • espace disque limité ;
  • performances relativement médiocres ;
  • affichage de publicités en bas des pages...

Les noms de domaines gratuits ont généralement une extension excentrique, incluant l'adresse Web du fournisseur, ce qui peut les rendre peu crédibles. Que penser d'un site qui aurait le nom suivant :

  • non-aux-ogm.000webhost.app.com ;
  • non-aux-ogm.planehoster.world ;
  • non-aux-ogm.go.yj.fr.

Avouons-le, cela a moins d'allure qu'un site qui aurait juste comme appellation : non-aux-ogm.fr

Plus ennuyeux, les sites avec hébergement gratuit sont généralement faibles au niveau de la sécurité.

L’hébergement mutualisé

Dans le modèle mutualisé, plusieurs sites se voient regroupés sur un même serveurserveur informatique. En d'autres termes, la puissance d'un seul et même ordinateur est répartie entre plusieurs sites. Chaque site hébergé est stocké sur une partie dédiée d'un même disque et nous pourrions donc assimiler cette solution à une colocation.

Ce type d'offre est adéquat pour un blogblog, le site d'informations d'une PME ou d'une association, avec la perspective d'un nombre de visiteurs raisonnable et relativement peu d'interactions.

Serveur dédié

L'hébergement sur un serveur dédié est plus approprié à un site apte à recevoir des milliers de visiteurs à tout moment de la journée. Dans ce cas de figure, l'hébergeur alloue à son client un ordinateur unique, et donc dédié. Pour un site de e-commerce à trafic élevé, une telle solution (ou bien celles exposées ci-dessous) apparaît incontournable.

Sachons-le toutefois : cette solution suppose d'avoir à disposition un administrateur à même de gérer les réglages du site et d'installer des logicielslogiciels nécessitant une compétence technique élevée. Ledit administrateur pourra choisir le système d'exploitationsystème d'exploitation de son choix, les programmes qui lui semblent les plus appropriés pour des performances les plus hautes possibles. Un site professionnel avec plusieurs dizaines de milliers de visites par mois et une forte interaction avec les clients se doit d'avoir à sa disposition un tel technicien.

VPS

Un VPS (Virtual Private Server, Serveur Privé Virtuel, en français) se situe à mi-chemin entre la formule mutualisée et la formule dédiée. Le client bénéficie d'une « machine virtuelle » sur un serveur. Toutefois, il en définit lui-même les paramètres : nombre de processeurs, capacité disque, etc. L'avantage, c'est qu'il est possible d'ajuster lesdits paramètres au fur et à mesure de l'évolution du site.

Cloud

Dans le cas du cloud computing, le service s'adapte à la demande. Le site est réparti sur plusieurs serveurs en réseau, et les capacités allouées à un site évoluent selon le trafic rencontré à un moment donné. Il en résulte au passage une sécurité particulièrement élevée.

Les avantages de l’hébergement mutualisé

L'hébergement mutualisé est souvent désigné comme l'offre la plus optimale pour les débutants et il a certes plus d'un atout.

Moins coûteux

Le premier d'entre eux, c'est que l'hébergement mutualisé est beaucoup moins onéreux puisque le coût du serveur, de son administration et de sa maintenance est supporté par plusieurs utilisateurs. De ce fait, la tarification d'une présence sur un serveur mutualisé est en moyenne six à huit fois moins chère qu'un hébergement dédié ou sur un Cloud.

De même, les dépenses liées aux mises à jour de logiciels, à la maintenance ou même à la réparation du serveur sont à la charge de l'hébergeur et donc invisibles pour les clients.

Une configuration aisée

Gérer un site sur un serveur mutualisé ne nécessite pas de connaissances techniques particulières. L'hébergeur propose habituellement des outils de configuration et de gestion open source, aisés à mettre en œuvre :

Pas de nécessité d’administrer le serveur

Dans la formule dédiée, le créateur d'un site Web n'a nullement à se soucier de questions telles que la mise à jour des logiciels du serveur, la sécurité et autres activités nécessitant des compétences informatiques.

Celui qui héberge son site sur un serveur mutualisé peut donc se concentrer sur la création et l'évolution du contenu, sans avoir à se soucier des aspects techniques liés à l'hébergement dédié.

Un niveau de sécurité élevé

Chez un grand nombre de fournisseurs de formules mutualisées, la sécurité est élevée avec notamment la possibilité de gérer ses pages en « https:// » et donc avec un cryptage des données.

Ainsi, globalement, l'hébergement mutualisé apparaît comme une solution optimale pour lancer un projet de site.

Un grand nombre de solutions d’hébergement mutualisé proposent un accès à CPanel qui offre toutes sortes d’outils de gestion aisée d’un site Web : transfert de fichiers, messagerie, gestion de contacts… D’autres outils du même genre existent : Plesk, hPanel, Cloudways… © Cpanel
Un grand nombre de solutions d’hébergement mutualisé proposent un accès à CPanel qui offre toutes sortes d’outils de gestion aisée d’un site Web : transfert de fichiers, messagerie, gestion de contacts… D’autres outils du même genre existent : Plesk, hPanel, Cloudways… © Cpanel

Les inconvénients de la formule mutualisée

Seulement voilà, si l'on envisage de gérer un site avec un fort potentiel de trafic et d'interactions, la formule mutualisée ne saurait être conseillée.

Un internaute, habituellement, a peu de patience. S'il échoue à trouver rapidement son bonheur lorsqu'il clique sur une URL, il part chercher son bonheur ailleurs.

Imaginons que les sites fromage.eu, location-de-materiel.fr et eoliennes.fr soient stockés en mode mutualisé. Si au même moment, un internaute tape « fromage.eu » sur son navigateur, un autre tape « location-de-materiel.fr » et un autre « eoliennes.fr », un seul et même serveur va tenter de satisfaire ces trois requêtesrequêtes. Multiplions ce cas de figure sur plusieurs centaines de sites hébergés en mode mutualisé et il est théoriquement possible que certains d'entre eux pâtissent fortement de la situation. Ainsi, celui qui voudrait louer un matériel agricole, et qui doit attendre une dizaine de secondes avant de voir s'afficher la page « location-de-materiel.fr » ne va souvent pas manifester de patience et chercher son bonheur sur un autre site qu'a pu lui proposer Google. Et si l'un des sites hébergés par le serveur mutualisé fait progressivement l'objet d'un trafic important, cela pourra impacter négativement les performances des autres sites. Rappelons-le, dans le cas d'une offre mutualisée, plusieurs centaines ou milliers de sites peuvent être présents sur un même ordinateur. Tel est donc le talon d'Achille de cette formule.

Par ailleurs, sur un serveur mutualisé, nous l'avons vu, le paramétrage est limité : c'est l'hébergeur lui-même qui opère les principaux réglages et un simple utilisateur n'y a pas accès. Le responsable d'un site n'aura donc pas forcément accès à des outils d'optimisation de haut niveau qui pourraient normalement renforcer l'efficacité de ce site et ce faisant, améliorer son classement sur Google.

Enfin, sur une offre mutualisée, l'hébergeur impose habituellement des limitations au niveau de la capacité de stockage des informations.

Tôt ou tard, dès lors qu'un site prend de l'envergure et fait l'objet d'un vaste trafic, il faudra envisager une offre plus optimale telle qu'un serveur dédié.