Saviez-vous qu’il est possible de minimiser votre impact environnemental grâce à votre site Web ? Pour cela, il importe, certes, de se montrer économe au niveau des images et vidéos, mais le point majeur est le suivant : il faut choisir un hébergement Web écologique. Explications…

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Quelle taille fait internet ? La réponse en images Représentation à l'échelle de l'espace qu'occuperaient les octets si chacun d'eux mesurait 1 mm cube. © MetaBallStudios

« Internet, c'est virtuel... En quoi un site Web pourrait-il être mauvais pour l'environnement ? » Telle est la réflexion qui vient à l'esprit de certaines personnes lorsque l'on évoque les conséquences environnementales du site de leur entreprise ou  de leur association. La réalité est tout autre. Les données des sites Web sont logées sur des serveurs informatiques bien réels, et ceux-ci sont des consommateurs voraces en énergies fossilesénergies fossiles.

Habituellement, lorsque l'on interroge le propriétaire d'un site Web sur ses motivations, il répondra habituellement qu'il souhaite attirer un maximum de visiteurs et si possible, convertir ces visites en une implication de ces visiteurs : l'abonnement à une newsletter, l'achat d'un article, etc. Il est rare qu'il réponde qu'il entretient une motivation écologique ou même qu'il soit conscient de pouvoir améliorer son impact environnemental à travers son site Web.

Voir aussi

Quelle est l'empreinte carbone d'un e-mail ?

Dans le même temps, les citoyens sont de plus en plus nombreux à vouloir orienter leurs actions vers le développement durabledéveloppement durable et à souhaiter minimiser leur impact environnemental, à travers des actions telles que le recyclagerecyclage, l'achat de produits verts, l'usage de moyens de transport  propres, etc.

Si vous êtes dans un tel état d'esprit, sachez-le : vous pouvez aussi réduire votre impact environnemental en choisissant de loger votre site Web chez un fournisseur d'accès soucieux de son impact écologique.

Une consommation proche de celle de l’aviation

Lorsque l'on pense à une source de pollution, le secteur aéronautique vient spontanément à l'esprit. Le site de référence, Atac.org nous dit que l'industrie de l'aviation est responsable de 2,1 % des émissionsémissions de CO2. Or, si l'on en croit Web Neutral Project, la pollution venant d'Internet est très proche de celle des avions, soit 2 % !

Web Neutral Project affirme que Internet serait «<em> la plus grande machine à brûler du charbon de la planète</em> », et incite les propriétaires de sites Web à suivre quelques règles en vue de limiter leur impact environnemental. Ceux-ci peuvent alors afficher un badge certifiant leur éco-responsabilité. © Web Neutral Project
Web Neutral Project affirme que Internet serait « la plus grande machine à brûler du charbon de la planète », et incite les propriétaires de sites Web à suivre quelques règles en vue de limiter leur impact environnemental. Ceux-ci peuvent alors afficher un badge certifiant leur éco-responsabilité. © Web Neutral Project

Web Neutral Project brandit d'autres statistiques alarmistes :

  • Internet consomme 10 % de l'électricité mondiale ;
  • Si Internet était un pays, il serait le 6e consommateur d'électricité derrière la Russie, le Japon, la Chine, l'Inde et les USA  ;
  • Les data centersdata centers consomment 200 terawatt/heure (TWh) soit davantage qu'un pays comme l'Iran.

Là n'est pas tout. Faute d'agir en direction d'une meilleure économie d'énergie, dès 2025, les serveurs informatiques devraient représenter 32 % des émissions de carbonecarbone, affirme Zella DC qui construit des unités de calcul de petite taille avec un impact environnemental qui serait fort réduit. Si l'on en croit la même source, ce chiffre serait appelé à doubler tous les quatre ans environ.

Il se trouve aussi que le nombre d'usagers progresse également : en avril 2022, on dénombrait 5 milliards d’internautes soit 63 % de la population mondiale. De son côté, Internet Live Stats recense quelque 2 milliards de sites Web, et ce nombre est en constante augmentation.

Internet Live Stats recense environ 2 milliards de sites Web dans le monde à la mi-2022 et le nombre évolue à chaque seconde. © Internet Live Stats
Internet Live Stats recense environ 2 milliards de sites Web dans le monde à la mi-2022 et le nombre évolue à chaque seconde. © Internet Live Stats

Le coût écologique du refroidissement des unités de calcul

Pourquoi l'hébergement Internet est-il autant consommateur en énergie ? Le principal coupable porteporte un nom : refroidissement. Les data centers accueillent des milliers ou dizaines de milliers d'ordinateurs puissants et ceux-ci génèrent une chaleurchaleur intense - et ce, d'autant plus qu'ils sont en enfilade dans de vastes pièces non aérées. Pour compenser cette chaleur, il est nécessaire d'installer des systèmes de refroidissement de haut niveau. Cette activité de refroidissement, à elle seule, consomme plus de 40 % de l’énergie.

Une autre source de gaspillage énergétique vient de ce que la plupart du temps, de tels équipements sont en activité 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7. Or, à de nombreux moments, ces serveurs sont inemployés. Toutefois, ils restent néanmoins en opération.

Comment fonctionnent les serveurs Web écologiques

Pour remédier à cette situation, de plus en plus d'hébergeurs Web mettent en avant le fait qu'ils prennent en compte ce facteur écologique et peuvent ainsi contribuer à faire que votre site soit neutre au niveau de la production de CO2 ou même, mieux encore, que son impact soit négatif.

Pour ce faire, ces hébergeurs verts s'appuient en premier lieu sur des énergies renouvelables telles que l'hydro-électricité, le solaire ou les éolienneséoliennes. Certains acquièrent des serveurs de taille très réduites. L’Intelligence artificielle est mise à profit afin que le refroidissement des unités soit recalculé en temps réel afin d'être ajusté de manière précise. Dans un même ordre d'idée, une unité centrale qui n'est pas sollicitée à un moment donné de la journée ou de la semaine peut être placée dans un état de consommation électrique très faible ou même nulle.

Ainsi donc, au moment de renouveler votre abonnement chez votre hébergeur, vous pouvez vérifier s'il prend soin de son impact environnemental et le cas échéant, changer de prestataire. De cette façon, il est possible de gérer un site Web tout en contribuant à réduire la production de CO2 et cet atout pourra même être mis en avant sur votre site.