Netflix vient d’annoncer que les utilisateurs américains, français et d'une centaine d'autres pays dans le monde devraient désormais payer un supplément pour partager leurs codes d'accès au service avec des personnes non membres de leur foyer, dans le cadre de sa stratégie pour diversifier ses revenus.


au sommaire


    Le vétéran du streaming teste depuis un an cette nouvelle formule, et l'a déjà mise en place au Canada notamment, après une année 2022 difficile, marquée par des pertes d'abonnés au premier semestre, avant de rebondir au second. « Plus de 100 millions de foyers partagent leur compte, ce qui affecte notre capacité à investir dans de grands films et séries télévisées », avait souligné NetflixNetflix en février dans un communiqué.

    Les prix varient en fonction des pays : les ménages américains vont désormais devoir payer près de 8 dollars en plus par mois pour autoriser un invité à utiliser leur compte. « Votre compte Netflix est pour vous et pour les personnes qui vivent avec vous, c'est-à-dire votre foyer », explique la plateforme dans un email qui doit être envoyé mardi à tous les abonnés concernés.

    Voir aussi

    Comment regarder Netflix avec un VPN ?

    Le message indique les deux solutions possibles pour ceux qui partagent déjà leurs identifiants : ils peuvent ajouter un abonné supplémentaire en payant le supplément, ou transférer le profil d'une personne extérieure au foyer. Celle-ci devra souscrire à son propre abonnement, mais conservera ainsi ses préférences.

    Une stratégie gagnant-gagnant pour Netflix ?

    Netflix, qui compte plus de 232 millions d'abonnés, a par ailleurs ajouté fin 2022 un abonnement moins cher avec publicité, après des années de réticence. Il représente désormais près de 5 millions d'utilisateurs actifs mensuels, selon l'entreprise. « Ce n'est pas une coïncidence que Netflix mène de front » les deux approches, a commenté RossRoss Benes d'Insider IntelligenceIntelligence.

    « Les personnes qui se servent des comptes des autres, tout comme celles qui choisissent la formule avec de la publicité, cherchent à faire des économies. Pour les profiteurs qui vont perdre leur accès, le nouvel abonnement sera donc une option attractive, a détaillé l'analyste. Et c'est gagnant-gagnant pour l'entreprise qui a du mal à faire croître le nombre de spectateurs aussi rapidement que le voudraient les annonceurs ».

    Netflix mise de plus en plus sur les séries à grands succès pour que vous ne quittiez pas sa plateforme. © alexandarilich, Adobe Stock
    Netflix mise de plus en plus sur les séries à grands succès pour que vous ne quittiez pas sa plateforme. © alexandarilich, Adobe Stock

    La stratégie de restriction du partage de mots de passe avait pris du retard, mais les tests et déploiements en Amérique Latine et plus récemment au Canada ont été concluants, d'après Greg Peters, le co-directeur général de la société.

    Voir aussi

    Don't Look Up : que se passerait-il si une comète fonçait sur la Terre ?

    « Au début, il y a des annulations. Et puis les personnes qui se servaient d'identifiants empruntés créent leurs propres comptes et ajoutent des profils, et nous regagnons du terrain en termes d'abonnements et de revenus », avait-il assuré lors d'une conférence aux analystes en avril. Mais le pari comporte des risques, « si les profiteurs réalisent qu'ils peuvent vivre sans Netflix et se raccrochent aux comptes Prime Video (AmazonAmazon), Disney+ ou HBO Max de leurs amis et familles au lieu de souscrire à leur propre abonnement », a souligné Ross Benes.

    Vers plus de séries à succès qui deviennent des phénomènes culturels

    Outre ces services de streaming, le pionnier du secteur subit la concurrence des plateformes et réseaux sociauxréseaux sociaux. En mars, Insider Intelligence a prédit qu'en 2024 les adultes américains utilisateurs de TikTokTikTok passeront plus de 58 minutes par jour en moyenne sur cette applicationapplication, juste derrière Netflix (62 minutes), et loin devant YouTubeYouTube (48,7 minutes).

    Pour conserver sa place de choix sur les écrans, Netflix compte sur ses séries à succès, notamment celles qui deviennent des phénomènes culturels. « Notre boulot, c'est d'avoir toujours plus de titres que les gens veulent absolument voir », avait résumé Greg Peters en janvier. Les séries The Crown, sur la reine Elizabeth II, Emily in Paris, Stranger Things ou encore Mercredi contribuent ainsi largement à la popularité de la plateforme.

    Voir aussi

    Les 10 meilleures séries pour un plan « Netflix & chill »

    En février, Netflix avait justifié la fin du partage sans limites de mots de passe en ces termes : « Nous avons toujours facilité le partage d'un compte Netflix pour les personnes vivant ensemble, avec les différents profils et la possibilité de regarder chacun son programme sur différents écrans, en simultané. Ces outils ont été immensément populaires, mais ils ont créé de la confusion sur quand et comment vous pouvez partager Netflix », avait assuré l'entreprise dans un communiqué.

    L'email de mardi rappelle aussi que les abonnés continuent de pouvoir regarder leurs programmes quand ils sont en déplacement.


    Quand et comment Netflix va-t-il limiter le partage des comptes ?

    Article d'Edward BackEdward Back publié le 1er février 2023

    La fin du partage des comptes chez Netflix est annoncée. Le service compte faire la chasse à tous ceux qui accèdent au service en utilisant les codes de quelqu'un d'autre, et vient de mettre à jour son site pour indiquer comment il compte s'y prendre. Un comble pour l'entreprise qui tweetait en 2017 que l'amour, c'est le partage d'un mot de passe...

    Netflix a déclaré la guerre il y a quelques mois au partage de compte entre personnes qui n'habitent pas ensemble. Le géant du streaming estime à plus de 100 millions le nombre de foyers qui partagent leur abonnement, soit près de la moitié des 230 millions d'abonnés. Repéré par le Huffington Post, Netflix vient de mettre à jour son site et indique désormais comment il compte s'y prendre.

    L'entreprise compte utiliser l'adresse IP, les identifiants des appareils et l'activité du compte pour déterminer l'emplacement qui constitue de foyer de l'abonné. Si quelqu'un utilise un appareil pour la première fois alors qu'il n'est pas connecté depuis le domicile de l'abonné, il faudra d'abord le valider. Netflix enverra un code de confirmation au numéro mobile ou à l'adresse e-mail de l'abonné qu'il devra saisir sur l'appareil dans les 15 minutes pour accéder au service.

    Une option payante pour partager son compte

    Netflix demandera également de revalider tout appareil qui n'a pas accédé au service depuis le domicile de l'abonné depuis plus d'un mois. Cependant, aucune validation ne sera demandée pour les appareils qui utilisent la connexion Internet du foyer Netflix, dans la limite du nombre de connexions simultanées autorisées dans le forfait choisi.

    Le service compte mettre en place une option payante qui permet de partager son compte en ajoutant des foyers secondaires. Netflix a déjà testé une option similaire dans quelques pays d'Amérique latine l'année dernière. Facturée l'équivalent de 2 à 3 euros, les résultats avaient été mitigés. Afin d'encourager les utilisateurs à prendre leur propre abonnement, Netflix devrait proposer le transfert de profil, par exemple depuis un compte partagé vers un tout nouveau compte, afin d'éviter de perdre son historique. L'entreprise n'a pas encore indiqué de calendrier pour la mise en place de ces changements, mais certaines sources indiquent qu'ils pourraient arriver dès la fin du mois de mars.


    Netflix va facturer le partage de mots de passe

    Plutôt que de bloquer les comptes partagés entre plusieurs personnes, Netflix va proposer de facturer un petit supplément. Cette solution est testée dans trois pays d'Amérique du Sud, et l'idée est de réserver exclusivement le partage d'un compte au sein d'un même foyer. Pour le partage avec des amis, il faudra payer...

    Article de Fabrice Auclert, publié le 17/03/2022

    « On n'a pas fini de vous demander vos codes ». C'est le slogan de Canal+, cette année, avec ses publicités qui mettent en vedette KadKad Merad à qui tous ses proches demandent les codes pour se connecter et profiter de Canal+. Une manière d'ironiser sur le partage des mots de passe, et chez Netflix, on cherche aussi des solutions pour limiter ce partage de codes, considéré comme du piratage.

    Après avoir testé un système d'alerte la saisonsaison passée pour encourager les « fraudeurs » à créer leurs propres comptes Netflix, la plate-forme teste actuellement un autre procédé payant. Au Chili, au Costa Rica et au Pérou, Netflix invite les abonnés à payer un supplément pour partager leur compte avec des personnes extérieures à leur foyer. Netflix explique que les abonnés pourront ajouter jusqu'à deux « Extra membres » et c'est facturé entre 2 et 3 dollars selon les pays. Pour l'instant, pas d'indication sur une mise en place aux États-Unis, en Asie, en Afrique ou en Europe.

    Seul le partage en famille est autorisé

    Le surcoût est donc assumé par le propriétaire du compte « parent » et à lui de « négocier » avec ses amis pour en partager les frais... Pour Netflix, l'idée est de convertir ces « Extra membres » en abonnés, avec la possibilité de transférer leur profil en cas de nouvelle inscription, et ainsi de reprendre des séries en cours, ou de leur envoyer des recommandations personnalisées.

    Pour Netflix, ce partage de comptes, extérieur au domicile, représente un gros manque à gagner. « Les comptes sont partagés entre les ménages, ce qui a un impact sur notre capacité à investir dans de nouveaux programmes télévisés et films pour nos membres », écrit Chengyi Long, directeur de Netflix Product Innovation, dans un article de blog. Ce que l'on ne sait pas, c'est comment Netflix pourra distinguer l'utilisation d'un compte par ami d'une utilisation en vacances...


    Netflix pourrait faire appel à l'IA pour limiter le partage de comptes

    Au Consumer Electronics Show 2019, une société britannique a dévoilé un service dédié aux solutions de VOD, capable de détecter si le partage d'un mot de passe de connexion est effectué de manière légale ou frauduleuse. Au cœur de ce système, l'apprentissage automatique.

    Publié le 14 janvier 2019 par Fabrice Auclert

    « Tu peux m'envoyer ton identifiant et ton mot de passe Netflix ? ». Que l'abonné Netflix qui n'a jamais entendu cette question lève le doigt ! Le partage de comptes Netflix est très simple, et il est facile de contourner les limites imposées par le célèbre service de vidéo à la demandevidéo à la demande. Pour contrer ce manque à gagner estimé à 10 milliards de dollars pour 2021 (source Parks Associates) et ce qui s'apparente à du piratage, une société spécialisée dans l'intelligence artificielle a proposé ses services à Netflix, mais aussi aux autres services par abonnement proposant du contenu vidéo. Au cœur de ce système anti-pirates, baptisé Credentials Sharing Insight : l'intelligence artificielle !

    Concrètement, Synamedia a développé un logiciel capable de surveiller, détecter et bloquer le partage d'identifiants et les mots de passe. Pourquoi cette solution est-elle plus pointue que celle qu'utilisent Netflix et les systèmes concurrents en interne ? Tout simplement parce que l'intelligence artificielle est en mesure de savoir si le compte est partagé avec un proche dans le cercle familial, ou si les identifiants sont utilisés par une personne qui n'est pas liée à l'abonnement. Un système de surveillance intelligent qui évite ainsi les blocages intempestifs, tout en repérant les utilisations frauduleuses.

    Pour l'instant, Netflix et ses concurrents ne sont pas trop regardants sur le partage de compte car c'est un excellent moyen de recrutement. © Synamedia
    Pour l'instant, Netflix et ses concurrents ne sont pas trop regardants sur le partage de compte car c'est un excellent moyen de recrutement. © Synamedia

    L’apprentissage automatique est plus efficace qu’un algorithme

    Pour parvenir à faire la distinction, le logiciel récupère d'abord toute la base de donnéesbase de données du service concerné, soit des dizaines de millions de comptes quand il s'agit de Netflix. Ensuite, c'est l'intelligence artificielle qui entre en jeu pour repérer les lieux de connexion et les appareils utilisés par un compte. À chaque fois que les identifiants sont utilisés sur un autre lieu de connexion ou un autre appareil, c'est l'apprentissage automatique qui se charge de déterminer des tendances, et de donner un score de probabilité. Plus ce score est élevé, plus le piratage est évident. C'est d'autant plus évident lorsqu'un même compte est connecté à plusieurs endroits au même moment...

    Mais pourquoi utiliser l'apprentissage automatique plutôt qu'un système plus strict de blocage comme il en existe sur d'autres services ? Tout simplement parce que les habitudes des utilisateurs changent, et plus particulièrement celles des jeunes, plus enclins à commencer une série sur leur ordinateurordinateur, puis à continuer de regarder un épisode sur leur smartphone, et à le finir sur leur console, chez un ami. Les adresses IP se multiplient et il devient alors compliqué de savoir si l'utilisation est frauduleuse ou pas. Un algorithme, installé en dur, ne fera pas la distinction alors qu'une note de probabilité, donnée par l'intelligence artificielle, laisse la main à l'homme pour le déterminer.

    Si Netflix est convaincu par ce service qu'il n'a pas encore intégré, deux solutions : soit le compte est bloqué car il est utilisé illégalement ; soit l'utilisateur est orienté vers une offre plus adaptée à son type d'utilisation. Cet outil n'a donc pas qu'une visée anti-piratage puisque le but est aussi d'évaluer les différents types de partages du contenu pour orienter l'utilisateur vers une solution plus complète et donc... souvent plus chère. Ainsi, chez Netflix, les différentes offres proposent entre 1 et 4 utilisateurs (ou appareils connectés) en simultané, avec un coût qui varie de 7,99 à 13,99 euros par mois.