Les premiers réseaux 5G opérationnels sont attendus à partir de 2019. © Oatawa, Fotolia

Tech

La 5G testée en France dès cette année avant son déploiement

ActualitéClassé sous :smartphone , 5G , déploiement

L'Arcep, l'autorité française de régulation des télécoms, a alloué une première série de fréquences qui vont permettre de tester la 5G dans neuf villes françaises, notamment à Lyon, Lille, Grenoble et Bordeaux.

L'Autorité de régulation des communications électroniques et des postes (Arcep) prépare l'arrivée de la 5G en France en déployant un guichet « pilotes 5G » accessible à tous types d'acteurs. Des premières expérimentations vont d'ores et déjà pouvoir avoir lieu dans neuf villes, en attendant mieux.

Ce guichet « pilotes 5G » de l'Arcep est ouvert à tout acteur intéressé par la 5G souhaitant réaliser de premiers déploiements. Dans une interview accordée au quotidien Les Échos, le président de l'Arcep, Sébastien Soriano, explique : « Nous nous adressons à tous les acteurs : les opérateurs mobiles, mais aussi les acteurs d'infrastructures d'énergie, routières, portuaires, ferroviaires... et tous les industriels. Ils peuvent tous candidater ». Le but est de pouvoir attribuer des fréquences à titre transitoire, pour une durée allant de 18 à 24 mois, afin de mener des premiers tests grandeur nature.

Concernant la bande 3.400-3.800 MHz, des fréquences sont d'ores et déjà disponibles dans les agglomérations de :

  • Lyon ;
  • Bordeaux ;
  • Nantes ;
  • Lille ;
  • Le Havre ;
  • Saint-Étienne ;
  • Douai ;
  • Montpellier ;
  • Grenoble.

Une connexion au moins dix fois plus rapide que la 4G

Cette liste est vouée à évoluer rapidement selon les demandes qui seront adressées à l'Arcep. Ces premières expérimentations vont permettre au régulateur d'obtenir des premiers retours sur l'utilisation de ce réseau de prochaine génération en vue de la procédure d'attribution des futures autorisations 5G. Restera ensuite à déployer un réseau mobile en concertation avec les différents acteurs du secteur. Un premier atelier sur le sujet sera ainsi mis sur pied courant 2018.

Pour l'utilisateur lambda, la 5G devrait se traduire à l'avenir par une connexion au moins dix fois plus rapide que l'actuelle 4G. Ce standard devra en outre répondre à de nouveaux usages, comme le streamingen très haute définition, la démocratisation des objets connectés, le développement de la réalité virtuelle et de la réalité augmentée, sans oublier l'essor de la voiture connectée (plus ou moins) autonome. À noter que de nombreuses annonces sont attendues concernant le développement de la 5G et des réseaux du futur lors du prochain Mobile World Congress, qui se tiendra à Barcelone (Espagne) du 26 février au 1er mars 2018.

Pour en savoir plus

5G : une étape cruciale pour un déploiement dès 2019

Article initial de AFP Relaxnews, paru le 27/12/2017

Une étape clé, le choix du spectre des fréquences à utiliser par les réseaux de téléphonie « 5G », vient d'être franchie par la 3GPP, l'instance en charge de l'élaboration des standards de télécommunication. La dernière phase de spécifications techniques devrait être achevée cet été.

Cette première norme 5G NR (New Radio) que vient d'arrêter la 3GPP ouvre de fait la voie à des essais à grande échelle, sur la base des infrastructures déjà existantes, pour de possibles déploiements commerciaux dès 2019. Toutefois, l'ensemble des spécifications techniques relatives à la 5G NR ne devrait être finalisé qu'à l'été 2018.

Pour l'utilisateur, cette nouvelle génération devrait se traduire par une connexion au moins dix fois plus rapide que l'actuelle 4G. La 5G devra en outre répondre à de nouveaux usages, comme le streaming en très haute définition, la démocratisation des objets connectés et le développement de la réalité virtuelle ou augmentée, sans oublier l'essor de la voiture connectée (plus ou moins) autonome.

La 5G en vedette du Mobile World Congress

Cela nécessitera évidemment le déploiement d'un réseau adapté ainsi que la commercialisation de terminaux compatibles 5G. À cet effet, Qualcomm a d'ores et déjà réalisé une première démonstration d'une connexion 5G sur une puce modem installée dans un smartphone de test. Ce Qualcomm Snapdragon X50 5G a déjà permis à la société américaine d'obtenir des débits supérieurs à 1 Gb/s (gigabit par seconde) en téléchargement sur la bande de 28 GHz, l'objectif étant d'atteindre les 5 Gb/s en 2018 et de proposer les premiers terminaux compatibles dès le premier semestre 2019.

En France, les différents opérateurs s'y préparent déjà et travaillent avec Ericsson ou encore Nokia pour évaluer les infrastructures à mettre en place. Historiquement, les tout premiers tests relatifs à la 5G datent de 2014 au Japon avec NTT Docomo, en collaboration avec Fujitsu, NEC, Samsung, Alcatel-Lucent, Ericsson et Nokia. De nombreuses annonces sont attendues concernant le développement de la 5G et des réseaux du futur ainsi que sur les contenus et la sécurité associés lors du prochain Mobile World Congress, qui se tiendra à Barcelone (Espagne) du 26 février au 1er mars 2018.