Imaginé par deux des fondateurs de la messagerie Skype, Starship est un petit conteneur sur roues qui se déplace en autonomie pour aller livrer des commandes dans un rayon de cinq kilomètres pour un coût nettement inférieur aux services actuels. Des tests en conditions réelles auront lieu à partir de l’année prochaine au Royaume-Uni et outre-Atlantique.

Cela vous intéressera aussi

Amazon, Wal-Mart, Alibaba et même La Poste voient l'avenir dans les drones livreurs. GoogleGoogle compte faire décoller son Project Wing dès 2017 tandis que la Darpa veut un drone livreur capable de s'autodétruire. Bref, à en croire l'effervescence médiatique autour de ce thème, le ciel devrait bientôt être constellé d'engins volants chargés d'acheminer des colis peu volumineux. On a pourtant un peu de mal à y croire, tant les obstacles réglementaires, techniques et les questions de sécurité semblent nombreux.

Cependant, ce concept de livraison automatisée répond à une vraie problématique, celle dite du « dernier kilomètre ». Comment faire face au développement exponentiel du commerce électronique et avec lui des livraisons à domicile ? Le modèle actuel du chauffeur-livreur qui part d'un entrepôt pour aller faire sa tournée porteporte à porte finira par atteindre ses limites sous l'effet combiné de la congestion du trafic routier, des difficultés de stationnement et de délais toujours plus courts à tenir. Et si l'on songe à l'empreinte carbonecarbone que génèrent des biens de consommation courante commandés à l'unité sur InternetInternet et expédiés dans le monde entier, on se dit qu'il y a effectivement matièrematière à améliorer les choses...

Si l'option des dronesdrones livreurs n'est pas nécessairement plus réjouissante, il y a peut-être une alternative beaucoup plus simple. Pourquoi pas des petits camions livreurs automatisés ? C'est le pari que va tenter Starship Technologies, une jeune pousse européenne créée par Ahti Heinla et Janus Friis, deux des fondateurs du service de messagerie Skype, désormais propriété de MicrosoftMicrosoft. Ils ont mis au point un petit conteneur monté sur six roues qui peut se déplacer de manière totalement autonome dans un rayon de cinq kilomètres de son point de départ. Il livrera une commande en trente minutes maximum, le tout pour un tarif qui serait de 10 à 15 fois inférieur que ce que proposent les services de livraison à domicile.


Alors que l’on entend beaucoup parler de drones livreurs comme solution d’avenir pour répondre à l’explosion du commerce en ligne, ce petit camion autonome pourrait être une alternative beaucoup plus simple… © Starship Technologies

Jusqu’à 9 kg de charge utile

« Notre vision tourne autour de trois zéros : zéro coût, zéro temps d'attente et zéro impact environnemental. Nous voulons faire pour les livraisons locales ce que Skype a fait pour les télécommunications », peut-on lire dans le communiqué de presse. L'ambition peut sembler démesurée, mais le projet a quelques arguments solidessolides.

Pour commencer, il est certainement plus concevable et réaliste de voir circuler ce genre d'engin sur les trottoirs que de voir des drones passer en rase motte au-dessus de nos têtes. Par ailleurs, le StarshipStarship repose sur des technologies de navigation autonome existantes maîtrisées et abordables : GPS, caméras, gyroscopesgyroscopes, logiciellogiciel de cartographie. Il est doté d'une propulsion électrique non polluante, se déplace à la vitessevitesse d'un piéton à environ 6 km/h, sait éviter les obstacles et traverser la route. Si besoin, un opérateur humain pourra reprendre le contrôle à tout moment.

Le compartiment peut recevoir l'équivalent de deux sacs d'épicerie d'environ 9 kilogrammeskilogrammes. Le client ayant passé commande peut suivre la progression de l'engin en temps réel depuis une applicationapplication mobile sur son smartphonesmartphone. Celle-ci lui servira également à s'identifier pour déverrouiller la trappetrappe d'accès et récupérer sa commande.

Starship Technologies pense que son robot livreur a la capacité d'aider les e-commerçants à améliorer leurs délais de livraison sans que les clients aient à payer le prix fort. Des commerces de proximité pourraient eux aussi être intéressés par ce concept, par exemple pour livrer rapidement des produits frais. Starship n'indique pas combien coutera son robot-livreur, mais les premiers essais sont prévus dès l'année prochaine au Royaume-Uni dans le quartier de Greenwich à Londres ainsi qu'aux États-Unis.