Pour monétiser son navigateur, Mozilla entend lui ajouter des fonctions que l'on ne trouvera pas dans la version gratuite. © Mozilla

Tech

Mozilla planche sur une version payante de Firefox

ActualitéClassé sous :navigateurs , darknet , Firefox

Faudra-t-il payer pour utiliser Firefox ? Du côté de Mozilla, on étudie la possibilité de lancer une version dite Premium qui intègrera des fonctions absentes de la version gratuite, comme un VPN et un espace de stockage en ligne.

Comment la fondation Mozilla peut-elle lutter financièrement pour que Firefox survive face à Google et son navigateur Chrome ? C'est Chris Beard, P.-D.G. de Mozilla, qui a donné des pistes de financement, et pour la première fois, il a évoqué le lancement d'une version payante de son navigateur.

« Nous voulons être très clairs : il ne s'agit pas de faire payer des options qui sont actuellement gratuites, précise-t-il lors d'une interview accordée au média allemand T3NNous allons donc développer un service par abonnement et offrir un service Premium. Le but est d'introduire le Premium cette année, vers l'automne. Nous visons octobre. »

Un système d'abonnement en fonction des besoins de l'utilisateur

Pas de panique donc, le Firefox actuel, très apprécié pour la sécurité des données privées de sa dernière version, restera gratuit et toutes les fonctions actuelles seront encore présentes. En revanche, Mozilla veut lancer une version Premium avec quelques fonctions inédites. Il y a d'abord une solution de stockage sécurisée, probablement équivalente à Box ou à Google Drive, et sans doute l'abonnement sera-t-il progressif en fonction de l'espace de stockage.

Ensuite, ce dirigeant de Mozilla évoque la présence d'un VPN intégré, mais surtout automatique. Si vous êtes connectés à un Wi-Fi public, comme dans un aéroport ou une bibliothèque, le VPN se mettra en route lorsqu'il détectera que vous effectuez des opérations sensibles comme un paiement en ligne, ou une connexion à votre compte bancaire.  « Nous proposerons une solution qui donnera à tous une certaine quantité de bande passante VPN gratuite puis, en cas de besoin supérieur, il faudra un abonnement mensuel », précise Chris Beard.

Pour en savoir plus

Quand Mozilla Firefox s’inspire du darknet pour renforcer l’anonymat

En mai, la version 67 du navigateur Firefox devrait intégrer une technique baptisée letterbox provenant du navigateur Tor dédié au darknet. Elle permet de renforcer l'anonymat du navigateur.

Publié le 08/03/2019 par Louis Neveu

Naviguer en mode privé sur le Web ne garantit absolument pas l’anonymat le plus complet. Si les cookies sont bloqués et que l'historique n'est pas vraiment accessible aux éditeurs de sites et surtout aux régies publicitaires, ces dernières ont plus d'un tour dans leur sac pour identifier un internaute et le traquer. Il existe depuis longtemps une technique qui se base sur la récolte de données numériques donnant une identité unique à un internaute pour l'identifier.

Ainsi, les régies savent récupérer la liste des plugins d'un navigateur, les polices exploitées par l'OS et surtout la taille des fenêtres affichées à l'écran. Cette technique s'appelle le fingerprinting et Mozilla planche pour induire les publicitaires en erreur avec Firefox en les leurrant. Mozilla a déjà réglé les problématiques de la récolte des plugins et des polices. Il ne lui restait plus que celle de la taille de la fenêtre du navigateur.

Surfer sans être traqué

L'idée va consister à duper les systèmes de récolte en utilisant une feinte baptisée letterboxing. La technique ajoute artificiellement des bandes grises dans le navigateur autour de la page affichée lorsque la fenêtre est redimensionnée par l'utilisateur. Ces bandes grises sont étalonnées avec des multiples de 200 px et 100 px de la fenêtre pendant l'opération de redimensionnement.

Ces bandes ne restent que le temps du rapatriement de ces données sur le serveur de la régie ou du site. Dès que l'opération est réalisée, Firefox rétablit automatiquement l'affichage souhaité. L'utilisateur n'est pas longtemps gêné par ces bandes et le publicitaire n'y a vu que du feu. La séance de surf demeure incognito.

Cette technique particulière n'est pas vraiment une nouveauté. Le principe a été mis au point depuis 2015 sur le navigateur Tor qui est utilisé pour naviguer sur le réseau du même nom. Rappelons que Tor est l'un des darknet les plus connus et y surfer nécessite de s'assurer d'une navigation ultra sécurisée. Or, il se trouve que depuis le mois de juin 2018, The Tor Project est partenaire de Mozilla. Les deux fondations s'attellent à faire de Firefox un navigateur sécurisé, doté d'un mode de surf privé renforcé. Lors de sa sortie en mai, Mozilla Firefox 67 devrait intégrer cette option de letterboxing.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi