Apple vient de publier une nouvelle étude, menée avec des spécialistes de la maladie de Parkinson, qui valide l’utilisation de l’Apple Watch pour le suivi des patients. Cette étude présente toutefois quelques limites, se concentrant uniquement sur le tremblement de repos et la dyskinésie.

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] La maladie de Parkinson La maladie de Parkinson est la seconde maladie neurodégénérative la plus répandue, derrière la maladie d'Alzheimer.

Apple poursuit ses recherches dans les applicationsapplications médicales de sa montre connectée. La firme avait déjà obtenu, fin 2019, un brevet sur l'utilisation des capteurscapteurs de mouvementmouvement de l’Apple Watch pour le suivi de la maladie de Parkinsonmaladie de Parkinson, mais l'utilisation n'en était encore qu'au stade théorique. L'idée est désormais validée grâce à un article publié dans la revue Science Translational Medicine associant des chercheurs de chez Apple et des spécialistes de la maladie de Parkinson.

Les chercheurs ont suivi en tout 343 patients atteints de la maladie de Parkinson qui portaient l'Apple Watch, dont une première étude pilote avec 118 patients pendant une semaine, où les données de l'appareil ont été comparées à des observations vidéo. Une seconde étude a suivi 225 participants pendant six mois, en analysant leurs mouvements grâce à l'accéléromètre et le gyroscope intégrés dans l'appareil.

Un outil efficace mais limité aux troubles moteurs

L'étude s'est concentrée sur les tremblements de repos, une des caractéristiques de la maladie de Parkinson, et la dyskinésiedyskinésie, un mouvement involontaire qui est un effet secondaire du traitement. Les chercheurs ont ainsi pu utiliser les données pour ajuster le traitement des patients, repérer des problèmes que les patients ont pu oublier de signaler et même, dans certains cas, détecter lorsque les patients ne prenaient pas leur traitement correctement. Toutefois, il est important de noter que l'Apple Watch ne permet pas de déceler les symptômessymptômes non moteurs, ni les troubles moteurs ailleurs qu'au niveau du bras qui porteporte la montre.

Ces résultats confortent un peu plus Apple dans le développement des applications médicales de sa montre connectée. L'appareil est déjà équipé d'un oxymètreoxymètre ainsi qu'un électrocardiogrammeélectrocardiogramme qui peut détecter les arythmiesarythmies. Il est également capable de détecter les chutes ainsi que les cauchemars et permet d'enregistrer une fiche médicale. De plus, certaines rumeurs affirment que la prochaine version utilisera un capteur optique afin de mesurer la glycémieglycémie, une fonction qui serait utile dans la détection et le suivi du diabètediabète.