Tech

Atom, une gamme de processeurs lilliputiens chez Intel

ActualitéClassé sous :informatique , intel , Centrino Atom

Finie la course aux gigahertz, voici la bataille des watts. Avec ses minuscules processeurs baptisés Atom, Intel vise le marché des petits appareils, PDA ou ordinateurs de poche, qui ont surtout besoin de légèreté, de coûts réduits, d'une consommation faible et d'un dégagement de chaleur minimal.

Une minipuce économe en électricité, ajustée aux besoins des appareils nomades. © Intel

Intel vient en grande pompe d'annoncer une nouvelle gamme de processeurs, baptisée Atom, et basée sur la même puce, en même temps qu'une plate-forme, Centrino Atom (qui comprend également les circuits annexes, comme le chipset). A l'aune des critères classiques, ces circuits sont à la traîne. Sur cette petite puce coexistent seulement 47 millions de transistors qui battent au rythme tranquille de 1,8 GHz. Ces chiffres nous ramènent plusieurs années en arrière, à l'époque des Pentium 3 et 4, entre 2001 et 2003. A titre de comparaison, le Tukwilla, de la famille Itanium, embarque deux milliards de transistors.

Mais, gravées à 45 nanomètres, ces puces Atom n'occupent que 25 millimètres carrés et, surtout, présentent une dissipation thermique très faible. La perte d'énergie sous forme de chaleur serait comprise entre 0,6 et 2,5 watts selon Intel, qui insiste sur les 35 watts du Core 2 Duo.

Small is beautiful

Basés sur les projets baptisés Silverthorne et Diamondville, ces processeurs miniatures sont destinés à des ordinateurs d'un nouveau genre, à faible coût, de petite taille et surtout voués aux connexions Internet. Cette espèce en voie d'apparition va des téléphones haut de gamme (Apple présente son iPhone comme un moyen d'accès à Internet) aux ordinateurs de très petite taille et à faible coût, comme l'EEE PC d'Asus. On peut les appeler PDA, UMPC, UltraMobile PC ou, comme Intel, MID (Mobile Internet Devices, système mobile Internet).

Ces appareils, à qui l'on ne demande que d'afficher le courrier et les pages Web, n'ont guère besoin d'une grosse puissance de calcul. La consommation électrique, en revanche, corrélée à la perte d'énergie par dissipation thermique, est, elle, bien plus critique puisqu'elle conditionne l'autonomie. On souhaite également minimiser le prix de revient pour ces produits et la puissance inutile devient alors un inconvénient.

Thème à la mode, la mobilité est perçue comme un marché en expansion, avec des lecteurs de vidéo et de mails disséminés un peu partout, du sac à main à la voiture. Intel y croit manifestement beaucoup. On remarque également l'absence d'AMD, concurrent d'Intel qui avait pourtant annoncé l'an dernier s'intéresser à ce marché.

Cela vous intéressera aussi