Le drone DJI FPV peut tout aussi bien être pris en main par un débutant absolu ou un pratiquant confirmé des courses de drones. © DJI
Tech

Test du drone DJI FPV : Futura a dompté le fauve des airs !

ActualitéClassé sous :drone , test , DJI Mavic 2 Pro

Futura a pu prendre l'air avec le surprenant DJI FPV. Cet aéronef racé mixe l'univers des drones de course et celui des appareils de loisir doués pour l'image. Retour sur une expérience de vol, hors du commun.

Il y a quelques semaines, Futura avait annoncé la sortie du DJI FPV. Ce drone est unique en son genre. Il a l'allure d'un drone de course et se pilote comme tel à l'aide d'un casque FPV, mais son terrain de jeu n'est pas forcément celui des arènes de courses de vitesse et d'obstacle pour télépilote chevronné. C'est plutôt celui des débutants qui cherchent à s'en mettre plein les yeux, sans risquer le crash ou la perte de contrôle. Et sur ce point, on peut dire que le drone de DJI rempli sa mission.

Avec son allure à la fois trapue et presque agressive, le DJI FPV semble impatient de prendre de la hauteur. Ses hélices à trois pales ne se déploient pas, comme sur la gamme Mavic, mais se fixent sur les rotors. Le constructeur fourni un kit de remplacement et l'expérience montre que c'est très nécessaire. Dès que l'on allume le drone, l'ambiance est plantée, à la fin de l'autotest, un rugissement agressif et la signature lumineuse sont là pour montrer que l'aéronef n'a pas du tout le même caractère que les autres.

Voler à l'intérieur du drone

C'est le moment d'embarquer à bord en chaussant le masque FPV. Embarquer, car il y a quelque chose d'étrange à ne plus voir l'appareil. Après avoir bien mémorisé les fonctions des boutons de la radiocommande, il faut croiser les commandes vers le bas pour démarrer les moteurs. D'emblée, le drone que l'on ne voit plus, se fait franchement remarquer avec le niveau sonore de son vrombissement.

Trapu et d’allure tout aussi nerveuse que son comportement en vol, ce drone ne semble pas fait pour rester au sol. Mais, attention à l'optimisme lors des manœuvres près du sol. Heureusement que le DJI FPV est robuste. © Futura

Le pilotage en FPV a quelque chose de déroutant pour un télépilote professionnel comme l'auteur de cet article. Et pour cause, lors des vol, le télépilote est habitué à ne pas quitter l'aéronef du regard dans ses évolutions. Mais pour un débutant, l'apprentissage devient beaucoup plus naturel. Aucun risque de se tromper en inversant les commandes puisque, contrairement aux autres drones, il se pilote en allant toujours de l'avant. D'ailleurs, le manœuvrer latéralement ou en arrière reste périlleux puisque les capteurs d'obstacles ne se trouvent que sur le devant et le dessous du drone. Il s'agit de se diriger simplement vers là où se porte le regard. À partir de ce moment et après quelques vols d'initiations, on se surprend à se faufiler à vive allure entre les obstacles, même les plus étroits, comme des encadrements de portes.

Ambiance FPV

Le casque au design, assez réussi, donne une allure futuriste avec ses quatre petites antennes. Il est assez léger et suffisamment confortable pour être porté le temps d'un vol. Un petit conseil : pour voler en FPV, mieux vaut être assis. Au premier virage serré, le corps va suivre ce que voit le pilote et, si le drone tient l'air, c'est le télépilote qui risque de se heurter au plancher des vaches. Le casque est alimenté par une batterie externe raccordée via un câble et dont nous avons évalué l'autonomie à près de deux heures. Sous le casque, deux petits réglages permettent de régler l'écartement des écrans par rapport aux yeux du porteur du masque. Sur la partie gauche du casque, deux boutons sont présents mais nous n'en avons pas trouvé l'utilité. Côté vision, les informations sont indiquées sur la partie inférieure du casque. En bas à gauche, l'altitude, la vitesse en m/s et la distance sont affichées. À droite, on trouve les informations liées à l'autonomie du drone, du casque, le niveau de réception et le nombre de satellites détectés. Sur le côté droit se trouve l'icône liée aux prises de vues.

Le casque du DJI FPV est confortable. Il dispose d’une autonomie correcte, mais il n’est pas toujours évident de lire à la fois les informations de vol tout en pilotant l’aéronef. Il dispose d’un emplacement de carte micro SD pour enregistrer les images filmées directement à partir du casque. © Futura

Sur le haut à droite du casque, il faut s'habituer à manipuler un mini-joystick cliquable qui permet de naviguer dans les menus de réglage. À proximité se trouve un autre bouton permettant de revenir en arrière ou de sortir d'un menu et, enfin, un dernier bouton sert à démarrer l'enregistrement de la scène prise par le drone directement sur une caste micro SD introduite dans casque. Une sécurité supplémentaire qui permet de conserver les images, même si le drone est perdu.

Des images plein les yeux

Clairement, la prise de vues, n'est pas spécialement la qualité principale de ce drone. On se laisse bien plus embarquer par le côté ludique de la vitesse en trois dimensions. Le capteur qui se déplace de bas en haut est capable de filmer en 4K et jusqu'à 60 images par secondes. Cette 4K est d'ailleurs indispensable, car les hélices sont visibles sur les bords de l'image et si l'on souhaite obtenir de belles séquences, il est nécessaire de les recadrer. C'est d'autant plus vrai que les contours de l'image, sont un peu déformés et moins nets. Ceci dit, une option de correction de la distorsion permet de faire disparaitre à la fois les hélices et ces défauts. 

Sur la radiocommande, pour piloter la caméra, on peut utiliser des interrupteurs rapides permettant de la faire basculer en bas en haut ou à l'horizontale. Il est également possible d'utiliser la molette placée à l'avant gauche pour réorienter doucement l'angle de vue vers le bas ou le haut. Les réglages pour l'image sont rudimentaires, mais ce n'est pas le principal atout de ce drone. 

Une radiocommande que l'on ne voit pas

Une radiocommande dénuée de support pour tablette ou smartphone, voilà qui déroute lorsque l'on est habitué au pilotage de drones. Tous les réglages se font donc via le casque et autant dire que ce n'est pas évident, même si, pour faire ses premiers vols, le drone peut être utilisé tel quel. Tous les boutons de la radiocommande tombent sous les doigts et cela vaut mieux puisque l'on porte le casque. Le pilotage du drone est très simple même pour un débutant. Mieux vaut s'exercer en utilisant le mode de vol Normal que l'on actionne à partir d'un sélecteur sur l'avant de la radiocommande. Ce mode permet de bénéficier du système anticollision du drone, à savoir ses capteurs de proximité situés à l'avant et sous celui-ci. Des alertes visuelles s'affichent dans le casque à proximité des obstacles. Cette assistance est désactivée dès que l'on passe au très nerveux mode Sport. De peur de ne pas parvenir à maîtriser suffisamment la « bête », nous ne nous sommes pas longtemps aventurés dans le mode Manuel qui vient débrayer les assistances et nécessite de réaliser une petite modification sous la télécommande. Le drone peut alors réaliser des acrobaties, ce que nous avons évité de faire par crainte de le casser.

La seule faiblesse de la radiocommande repose sur les petits manches dont la base est très fine et se tord facilement. © Futura

Le constructeur fourni également en option et au prix de 149 euros un joystick qui vient rappeler les commandes de la Wii. Son utilisation est intuitive, même si elle nécessite un temps d'adaptation et d'apprentissage, ne serait-ce que pour décoller et poser le drone.

Côté autonomie, la nervosité et la vélocité du drone ne vont pas lui permettre de voler bien longtemps. Mais il faut dire qu'une séance de vol est suffisamment éprouvante pour faire une pause le temps de recharger la lourde batterie dont la coque sert également de patins arrière pour le drone. Difficile de voler plus de 15 minutes et attention au mode de retour à la maison automatique lorsque la batterie passe sous son seuil critique. N'ayant pas correctement mémorisé la touche à presser sur la radiocommande, nous ne sommes pas parvenus à le désactiver et l'aéronef a retrouvé sa base en venant caresser les branches d'un arbre à proximité. Mieux vaut passer un bon moment à regarder les tutos vidéo que DJI propose pour en savoir plus sur le drone, plutôt que de se faire surprendre en plein vol.

Et au niveau réglementaire, il y a la théorie et la pratique. En réalité, il n'est pas possible de tirer profit du drone au maximum de ses possibilités sans écorcher la réglementation. D'abord, il faut qu'un observateur soit présent et qu'il ne quitte pas le drone des yeux. Le souci est que, lorsque l'on se faufile entre des arbres, le drone est fatalement perdu de vue par l'observateur. À moins de disposer d'une surface hors espace public totalement dégagée, il est presque impossible de l'utiliser sans violer la loi.

Un jouet onéreux, mais dont on ne se lasse pas 

Le DJI FPV est vendu en version bundle au prix de 1.349 euros. Le pack comprend le drone avec son casque FPV et sa batterie, une batterie pour le drone, la radiocommande et deux kits d'hélices. Il est possible de remplacer sa coque transparente, par une coque de couleur vert fluo. Il faut ajouter 149 euros pour disposer du contrôleur de mouvement DJI, autrement dit, le fameux joystick. Un kit Fly More DJI FPV comportant deux batteries et une station de recharge est proposé à 279 euros. Il est également possible d'opter pour une assurance DJI Care Refresh qui permet de faire remplacer le drone en cas de crash destructeur. Cette option coûte 169 euros.

L’avis de Futura

Le DJI FPV nous a séduit. C'est un sacré « jouet », très évolué, dont on ne se lasse pas. On ne peut pas vraiment dire qu'il appartient à la même famille que les drones habituels. Il a l'avantage de rendre accessible le pilotage de drone pratiquement pour n'importe quel débutant et il plaira aux télépilotes expérimentés. Côté images, si les prises de vues ne sont pas du niveau d'un drone pro ou d'un DJI Air 2S, elles sont tellement impressionnantes que cela gomme n'importe quelle imperfection. Pour son tarif de près 1.349 euros, le DJI FPV est certes coûteux, mais il est vrai qu'il ne reste pas longtemps rangé dans sa boîte.

La note de Futura

On aime

  • Le pilotage facile pour débutant
  • La robustesse
  • L'originalité du concept

On n'aime pas

  • La qualité moyenne des vidéos
  • La fragilité des manettes
  • L'autonomie limitée

Caractéristiques DJI FPV

  • Altitude max : 6.000 m (limité à 120 mètres par la réglementation)
  • Vitesse maximale : 140 km/h en mode Sport
  • Radiocommande : portée 10 km
  • Capteur : 12 mégapixels - 4K 60 ips angle de vue 150°
  • Dimensions (LxlxH) : 178 x 232 x 127 mm
  • Poids : 795 g
  • Autonomie : annoncée, 20 min ; constatée, 15 min
  • Prix : 1.349 euros
Cela vous intéressera aussi
Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !