Si décriés, les réseaux sociaux peuvent aussi donner le sourire, sauver des vies et... entrer dans les musées. C'est ce que vous propose cette nouvelle édition de Drôle de tech avec le Musée d'Orsay qui ouvre les artistes du XIXe siècle à Instagram, un club de football qui aide les autorités à retrouver des enfants disparus grâce à Twitter, ou encore Spotify qui propose des playlists pour les animaux de compagnie.

Cela vous intéressera aussi

Notre rendez-vous hebdomadaire vous propose un regard décalé sur l'actualité des nouvelles technologies. Le parti pris est de vous divertir, de vous surprendre et de vous faire rêver... ou soupirer.

L’AS Roma se sert de ses annonces de transfert pour retrouver des enfants disparus

Les annonces de transfert font partie des informations sportives les plus partagées sur les réseaux sociauxréseaux sociaux. Le club de football de l'AS Roma a eu l'idée de s'en servir pour la bonne cause : joindre des avis de recherche d'enfants disparus à chacun de leur post annonçant la venue d'un joueur. Résultat, six enfants ont été retrouvés depuis le début de cette initiative il y a six mois.

À chaque transfert, un avis de recherche pour toucher le plus grand nombre de personnes. © AS Roma
À chaque transfert, un avis de recherche pour toucher le plus grand nombre de personnes. © AS Roma

Un artiste en résidence sur le compte Instagram du Musée d’Orsay

Le Musée d’Orsay a décidé de se mettre à l'heure des réseaux sociaux en invitant le dessinateur Jean-Philippe Delhomme « en résidence » sur son compte InstagramInstagram, pour imaginer des posts que pourraient faire des artistes de la seconde partie du XIXe siècle. « Il s'agit de rendre plus proches ces artistes de la seconde moitié du XIXe siècle en les inscrivant dans des interactions d'aujourd'hui », explique à France Info la nouvelle présidente du Musée, Laurence des Cars. « L'idée n'est pas de désacraliser des œuvres, mais plutôt d'attirer l'attention sur tel ou tel moment de la biographie d'un artiste, les enjeux ou la nouveauté d'une peinture, et par le biais des commentaires contemporains fictifs ou non, d'évoquer les adhésions ou antagonismes suscités. »

Et si Degas avait eu Instagram... © Instagram, Musée d'Orsay
Et si Degas avait eu Instagram... © Instagram, Musée d'Orsay

Un milliardaire japonais veut vérifier si l’argent fait le bonheur en distribuant 8 millions d’euros sur Twitter

Le nom de Yusaku Maezawa ne vous dit peut-être rien, pourtant le milliardaire japonais fait régulièrement parler de lui. Il est par exemple le propriétaire d'un tableau de Jean-Michel Basquiat à 111 millions de dollars, un record pour un artiste américain. Il sera aussi bientôt le premier touriste à voyager autour de la LuneLune à bord de SpaceXSpaceX - il a d'ailleurs préparé une télé-réalité pour trouver la femme qui l'accompagnera (comme si une femme ne pouvait pas y aller pour ses compétences techniques...). Le multimilliardaire est également connu pour ses étrennes un peu particulières : début janvier, comme il y a un an, il a décidé de distribuer de l'argentargent sur TwitterTwitter. Cette année, il y avait 8 millions d'euros à partager entre 1.000 personnes, dix fois plus que l'année dernière lorsqu'il avait réparti 800.000 euros entre 100 twittos. Le but de ces concours ? Vérifier si l'argent fait le bonheur, en faisant étudier par des sociologues l'impact de celui-ci sur la vie des gagnants.

Suivi par sept millions d'abonnés sur Twitter, ce milliardaire va faire le bonheur de 1.000 d'entre eux. © Yusaku Maezawa

Pampers met au point des couches connectées

Parce que la vie n'est pas assez connectée, Pampers a dévoilé Lumi, un modèle de couche à capteurscapteurs permettant d'envoyer tout un tas d'informations au smartphonesmartphone des parents, comme les habitudes de sommeilsommeil de celui ou celle qui la porteporte, ses horaires pour manger, ou tout simplement l'état de ladite couche.

Même si un suivi détaillé de l'activité d'enfants en bas âge, incapables de parler, peut être intéressant, on peut se poser la question de la réelle nécessité d'avoir autant de capteurs autour d'un nouveau-né. La publicité qui vante les mérites de ce produit pourrait d'ailleurs presque avoir sa place dans Black Mirror.

Même les couches de bébé deviennent connectées ! © Pampers

Spotify prépare des playlists pour vos animaux de compagnie

Les animaux sont-ils sensibles à la musique ? Spotify est sûr que oui et a décidé de développer des playlistsplaylists personnalisées pour vos animaux de compagnie, en fonction de leurs caractéristiques. Et même un podcast intitulé « My Dog's Favourite Podcast » pour occuper votre chienchien pendant votre absence.

Le service de streamingstreaming se base sur ses recherches en la matièrematière afin de justifier l'ouverture de ce nouveau marché. Des recherches dont les résultats n'ont rien de scientifique : « 74 % des propriétaires d'animaux jouent de la musique à leurs animaux, 76 % sont persuadés qu'ils aiment ça, et la plupart d'entre eux pensent que la musique peut réduire leur stressstress ou boosterbooster leur bien-être. » Néanmoins, de vraies études sur le sujet prouvent que les animaux sont effectivement réceptifs à la musique. Reste à trouver laquelle est à leur goût...

À vous de choisir le style de musique qui convient le mieux à votre animal de compagnie. © Spotify
À vous de choisir le style de musique qui convient le mieux à votre animal de compagnie. © Spotify