L’Apple Watch Series 4. © Apple

Tech

Drôle de Tech : l'Apple Watch trahit les voleurs, un robot épluche des laitues et des Mercedes choisissent leur parking

ActualitéClassé sous :Drôle de Tech , montre connectée , Apple

-

Dans le viseur de Drôle de Tech cette semaine, les malfaiteurs devraient se méfier de la nouvelle Apple Watch, des drones qui construisent des maisons avec de la boue, un robot très respectueux des laitues et un étonnant projet de Mercedes pour limiter les risques de vol. Go !

Notre rendez-vous hebdomadaire vous propose un regard décalé sur l'actualité des nouvelles technologies. Le parti est de vous divertir, de vous surprendre et de vous faire rêver... ou soupirer.

Pourquoi l’Apple Watch Series 4 pourrait rendre service à la police

Aux États-Unis, la nouvelle montre Apple Watch Series 4 est dotée d'une fonction de détection des chutes « importantes et graves » qui prévient automatiquement les secours (le fameux 911) et un contact désigné. Or, ce dispositif censé sauver des vies pourrait se retourner contre son propriétaire si d'aventure celui-ci était en train de commettre un acte illégal au moment de l'incident. En effet, selon Elizabeth Joh, professeur de droit à l'université de Californie, les forces de police appelées via le 911 peuvent pénétrer dans un lieu sans mandat et se retrouver de fait face à un flagrant délit. Dans ces circonstances bien particulières, l'Apple Watch crée donc une exception juridique pour laquelle le 4e amendement de la Constitution, qui protège les citoyens américains contre des perquisitions et saisies non motivées et requiert un mandat pour toute perquisition, ne peut s'appliquer. La détection de chutes n'est pas activée par défaut sur l'Apple Watch 4, sauf pour les personnes de plus de 65 ans, et il est tout de même possible de la désactiver. Voilà de quoi rassurer les voyous technophiles... 

L'Apple WAtch Series 4 d'Apple intègre un système de détection des chutes. © Apple

Des maisons en boue construites par des drones

Lors du London Design Festival qui vient de s'achever, on a pu découvrir une étonnante technique de construction de logement durable qui fait appel aux drones. L'architecte française Stéphanie Chaltiel et son homologue Shameel Muhammed ont conçu un habitat d'urgence qui se compose d'éléments préfabriqués recouverts de plusieurs couches de boue vaporisées par des drones. L'idée serait d'utiliser ce procédé pour créer des logements de secours dans des zones sinistrées ou des camps de réfugiés. Le recours au drone réduit les besoins en main-d'œuvre et permet une construction rapide, argumentent les deux architectes.

La construction de l’abri en voûte dont la paroi est recouverte de plusieurs couches de boue projetées par un drone. © Domaine de Boisbuchet

Ce robot est un expert en épluchage de laitue

Pour un humain, éplucher une salade est une tâche que l'on peut qualifier de facile. Mais pour un robot, c'est un défi technique très complexe, qui mêle l'analyse d'image et la manipulation qui doit se faire le plus délicatement possible. Des chercheurs de l'université de Cambridge ont mis au point ce qu'ils présentent comme le premier robot éplucheur de laitue. Il s'agit d'un bras robotisé muni d'une buse d'aspiration qui saisit chaque feuille et les détache sans dommage. La vision par ordinateur pour localiser et déterminer la position de la laitue, et plus particulièrement l'emplacement de sa tige, est cruciale pour la précision du geste, nous expliquent les chercheurs.

Créer un robot capable d’éplucher une laitue est bien plus complexe que l’on pourrait croire. © University of Cambridge

Les futures Mercedes indiqueront les rues les plus sûres pour se garer

Le site Drive nous apprend que Mercedes-Benz planche sur un système de stationnement intelligent qui pourrait croiser les statistiques de la police avec des places de stationnement disponibles dans un lieu donné et ce afin de recommander les endroits les plus sûrs pour se garer. De quoi réduire les risques de vol, vandalisme et agression, nous explique-t-on. Des tests ont été réalisés dans la ville de Seattle aux États-Unis à partir de données ouvertes sur la criminalité dans la ville. Le système fonctionne avec des codes couleur qui s'affichent sur le tableau de bord : vert pour un lieu sûr, jaune pour un endroit où existe un risque faible et rouge pour les coins à éviter. Mercedes n'a rien officialisé concernant l'introduction de ce système dans ses futurs modèles qui sera tributaire d'un accès à des données ouvertes et tenues à jour sur la criminalité, ce qui ne sera pas forcément le cas partout. 

L’open data pourrait offrir aux constructeurs de voitures de luxe des outils de prévention inédits. © Mercedes-Benz
Abonnez-vous à la lettre d'information Drôle de Tech : une sélection insolite de l'actualité Tech de la semaine.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi