Sciences

Le devenir du site de Tchernobyl : le démantèlement de la centrale

Dossier - Tchernobyl : les conséquences de la catastrophe
DossierClassé sous :physique , Tchernobyl , centrale

Découvrez le bilan des connaissances acquises sur les conséquences de l'accident de Tchernobyl. Quel est le devenir de ce site ? Quelles sont les conséquences sanitaires ? Quel est l'état des territoires contaminés ? Les réponses dans ce dossier.

  
DossiersTchernobyl : les conséquences de la catastrophe
 

Suite à la catastrophe de Tchernobyl, deux programmes distincts ont été définis : le premier a pour objectif le démantèlement de la centrale et en particulier l'évacuation des combustibles et l'assainissement des installations ; le second a pour objectif la construction d'un nouveau sarcophage visant à assurer la sûreté même en cas de dégradation importante du sarcophage actuel. Voyons ici le programme de démantèlement.

Le réacteur 4 de la centrale de Tchernobyl, entouré du vieux sarcophage. © DR

Bien qu'il n'y ait plus de réacteur en activité, il subsiste d'importantes quantités de matières radioactives sur le site de Tchernobyl, constituées par le combustible nucléaire des réacteurs arrêtés, le combustible fondu du réacteur accidenté (réacteur n°4) et de divers déchets radioactifs. Le traitement et le stockage de ces matières nécessitent une gestion rigoureuse selon un scénario complexe qui s'étalera sur de très nombreuses années. 

Le programme de démantèlement a été défini et sera mis en œuvre grâce notamment au soutien financier de la communauté internationale, à travers la Banque européenne pour la reconstruction et le développement (Berd) et le programme Tacis financé par la Commission européenne. Le démantèlement concerne les réacteurs 1, 2 et 3. 

Les installations en cours

Plusieurs installations sont en cours de construction sur le site pour assurer :

  • l'entreposage des combustibles irradiés (entreposage « à sec » qui sera composé de deux bâtiments pouvant accueillir 2.500 assemblages combustibles par an) ;
  • le traitement des effluents liquides ;
  • le traitement des déchets solides provenant d'opérations associées à l'exploitation des réacteurs, ainsi que le stockage des déchets ultimes résultant de ces traitements.

Nouvel entreposage des combustibles irradiés

Les combustibles irradiés étaient jusqu'à présent stockés dans les cœurs des trois réacteurs arrêtés, ainsi que dans les piscines voisines de ces réacteurs et dans une ancienne installation d'entreposage. Les travaux de la nouvelle installation ont commencé en 1999 mais ont connu des retards après une révision des données sur les caractéristiques des combustibles, entraînant une nouvelle autorisation de construction. 

Les combustibles seront entreposés « à sec » pour une durée de cent ans. 

La nouvelle installation de stockage à sec. © Tchernobyl NPP, 2007

Traitement des effluents liquides

26.000 mètres cubes d'effluents liquide et d'eau des piscines des réacteurs sont stockés dans deux ensemble de cuves. Le traitement de ces effluents liquides devrait durer une dizaine d'années.

L'installation pour le traitement des effluents liquides. © Tchernobyl NPP, 2006

Traitement des déchets solides

Les déchets nucléaires solides (de faible et moyenne activité) provenant des quatre réacteurs de la centrale représentent 2.500 mètres cubes, ils contiennent du métal, du béton, du plastique, du papier, du bois... Le traitement de ces déchets a débuté en 2007.