Sciences

Les métiers et les engins

Dossier - Guedelon, construction d'un château-fort
DossierClassé sous :histoire , château , Moyen Âge

-

Michel Guyot propriétaire et restaurateur du Château de Saint-Fargeau, est à l'initiative de cette "idée folle" Et si on bâtissait un château-fort selon les méthodes de construction du XIIIème siècle ! La première pierre est posée le 20 juin 1997.

  
DossiersGuedelon, construction d'un château-fort
 

La construction d'un château au Moyen-Age durait entre 25 et 40 ans selon la grandeur de celui-ci. Pendant la période de construction, le chantier ressemble à une véritable petite ville où vivent et travaillent plusieurs artisans. Il faut 10 métiers différents pour bâtir un château.

A - Les métiers

1 - Les essarteurs :

Les premiers à intervenir sur un chantier de construction sont les essarteurs. Ce sont des gens chargés de défricher le terrain qui a été choisi pour construire le château.

Essarteur © Guédelon
Essarteur © Guédelon

Ces essarteurs vivent en nomade et se déplacent avec femmes et enfants d'un chantier à un autre. Ils doivent couper les arbres et défricher la terre soit pour la rendre cultivable, soit pour la préparer à recevoir le futur château. Le bois de basse qualité sert alors de combustibles, et le bois noble est conduit chez les charpentiers afin d'y être travaillé.

2 - Les charpentiers :

Charpentier© Photo Guédelon
Charpentier© Photo Guédelon

Les charpentiers utilisent le bois noble ( chêne, hêtre, frêne.) pour construire les échafaudages, les chariots, les charpentes, les portes.

Enlèvement des boulins par les charpentiers sur la tour de la chapelle. Les boulins sont les parties en bois perpendiculaires à la maçonnerie. Les boulins sont une partie des échafaudages montés sur les maçonneries. Une fois la maçonnerie réalisée, les boulins sont démontés pour, le cas échéant être remontés sur un étage supérieur. A côté du charpentier du bas : archère. © Photo Guédelon.
Enlèvement des boulins par les charpentiers sur la tour de la chapelle. Les boulins sont les parties en bois perpendiculaires à la maçonnerie. Les boulins sont une partie des échafaudages montés sur les maçonneries. Une fois la maçonnerie réalisée, les boulins sont démontés pour, le cas échéant être remontés sur un étage supérieur.
A côté du charpentier du bas : archère. © Photo Guédelon.

Le bois est un matériau très utilisé dans la construction d'un château.

Charpentiers au travail © Photo Guédelon.
Charpentiers au travail © Photo Guédelon.

3 - Les carriers et les tailleurs de pierre :

lLes bâtisseurs choisissaient le terrain de construction en fonction du lieu de la carrière de pierre. Les transports, difficiles et coûteux, sont ainsi limités, puisque la matière première est tout de suite à disposition.

Tailleur de pierre. Tailleur de pierre en train de sculpter un coussinet en grès ferrugineux qui sera placé en surplomb d'une archère dans la salle de tir de la tour maîtresse. © Photo Guédelon
Tailleur de pierre. Tailleur de pierre en train de sculpter un coussinet en grès ferrugineux qui sera placé en surplomb d'une archère dans la salle de tir de la tour maîtresse. © Photo Guédelon

La pierre est extraite par les carriers qui prélèvent de la carrière de gros blocs. Ces blocs sont ensuite taillés selon leur qualité par les tailleurs de pierre.

4 - Le maçon et le chaufournier :

Un bon château, c'est un château solide. Il faut donc que les murs épais résistent aux projections de pierres taillées en forme de boulet. Et pour que les murs soient solides, il faut que les pierres soient correctement liées les-unes aux autres.

Maçon travaillant sur la voûte d'arêtes de la Tour maîtresse. Ils posent les pierres de voûtain. Voûte réalisée en 2003. © Photo Guédelon
Maçon travaillant sur la voûte d'arêtes de la Tour maîtresse. Ils posent les pierres de voûtain. Voûte réalisée en 2003. © Photo Guédelon

Ce travail est effectué par les maçons qui utilisent du mortier pour coller les pierres entre elles. Le mortier est fabriqué avec du sable et de la chaux ( l'ancêtre du ciment ) par le chaufournier dans un four.

Maçon en train de monter une des arêtes de la voûte dans la Tour Maîtresse. On aperçoit à sa droite le jour en archère ( seule source de lumière dans cette pièce à vocation de cave ) © Photo Guédelon
Maçon en train de monter une des arêtes de la voûte dans la Tour Maîtresse. On aperçoit à sa droite le jour en archère ( seule source de lumière dans cette pièce à vocation de cave ) © Photo Guédelon

Ce métier est très dangereux car les températures du four sont très élevées, plus de 800 °, et des vapeurs toxiques se dégagent de celui-ci.

Les «petits» métiers :

Sur un chantier de construction, il existe d'autres «petits» métiers très importants, comme par exemple la cordière. Celle-ci tresse des cordes de chanvre qui seront utilisées par exemple pour attacher les échafaudages.

5 - La potière qui fabrique des pots, écuelles et cruches pour les « oeuvriers » du chantier. Il ne faut pas oublier non plus toutes les personnes chargées d'apporter l'eau et le sable sur le chantier.

6 - Les charretiers mènent les boeufs ou les chevaux tirant les chariots de pierres ou de terre.

Le charretier et 'Idole', jument percheronne, assurent tous les transports des matériaux sur le chantier. © Photo Guédelon
Le charretier et "Idole", jument percheronne, assurent tous les transports des matériaux sur le chantier. © Photo Guédelon

7 - Le vannier fabrique de gros et solides paniers utilisés pour transporter des matériaux,

8 - Les forgerons leurs tâches principales la réparation des outils.

La principale activité du forgeron de Guédelon est la fabrication et la réparation des outils des oeuvriers. C'est un forgeron - taillandier. © Guédelon
La principale activité du forgeron de Guédelon est la fabrication et la réparation des outils des oeuvriers. C'est un forgeron - taillandier. © Guédelon

9 - Les bûcherons

Bûcheron en train d'équarrir ( = rendre quadrangulaire ) un fût de chêne © Photo Guédelon.
Bûcheron en train d'équarrir ( = rendre quadrangulaire ) un fût de chêne © Photo Guédelon.

Et il y a encore bien d'autres métiers comme les messagers.

B - Les engins de levage

Jusqu'à la saison dernière, les pierres nécessaires à la construction étaient hissées sur les maçonneries à main d'hommes ou à l'aide de petits engins de levage. Mais voici que les courtines et les tours du château s'élèvent de plus en plus haut. Des engins de levage s'avèrent désormais indispensables pour hisser les pierres à plus de 3,50 mètres de hauteur. Ces engins, ce sont les cages à écureuil, ou treuil à tambour ( les ancêtres de nos grues modernes )

Le principe de fonctionnement :

Cage à écureuil © Photo Guédelon
Cage à écureuil © Photo Guédelon

La cage à écureuil est composée de deux éléments principaux : un grand tambour mobile tournant autour d'un axe et d'un mât double en haut duquel est placée une poulie. Un homme se positionne à l'intérieur du tambour et en marchant sans effort à l'intérieur de celui-ci, il entraîne l'enroulement de la corde autour de l'axe.

Les travaux de recherche :

L'iconographie médiévale nous a laissé plusieurs traces de ces engins de levage. Leur forme, de manière générale, était donc relativement bien connue. Les cages à écureuil de Guédelon s'inspirent de celles existantes dans les cathédrales de Beauvais et de Strasbourg ainsi qu'au Mont Saint-Michel.

Mais leur fonctionnement, en situation réelle de chantier, était méconnu.

D'autre part, ces engins, vieux de plus de huit siècles, devaient répondre à des normes de sécurité propre au XXIè siècle. C'est pourquoi ils sont équipés de différents matériaux et d'éléments de sécurité modernes. Une coordination de sécurité a validé son utilisation sur le chantier médiéval de Guédelon.

La construction des cages à écureuil :

Afin de disposer d'engins fiables et efficaces pour cette saison 2004, la construction des deux cages à écureuil a du débuter dès le printemps 2003. Une équipe de trois charpentiers s'est consacrée à l'élaboration des plans, à la taille et à l'assemblage des bois.

Chaque cage à écureuil constitue un ensemble démontable qui pourra être remonté en différents points du château.

Le fonctionnement des cages à écureuil à Guédelon :

Un premier engin a été installé depuis le mois de juin en haut de la courtine Ouest ( côté carrière ) Le second, sera en service dans les semaines à venir sur la courtine Nord, vers la tour maîtresse.

© Photo Guédelon
© Photo Guédelon

D'après les premiers essais, un seul homme peut soulever à lui seul et facilement une charge d'environ 180 Kg à plus de 4 mètres de hauteur.

Durant tout l'été, vous pourrez observer le fonctionnement à la fois simple et spectaculaire de ces cages à écureuil.