Sciences

Un peuple millénaire

Dossier - A la découverte du Grand Nord
DossierClassé sous :ethnologie , inuit , Amérindiens

-

Bienvenue dans le monde de François Beiger, Humaniste, homme de passions, homme de voyages, homme de littérature, homme d'histoire, il vous fera vivre des expériences uniques dans le grand nord.

  
DossiersA la découverte du Grand Nord
 
  • La préhistoire des Inuit.

Au cours de la dernière glaciation, comme un très grand volume d'eau de mer se transformait en glace, le niveau de la mer baissa et exposa dans le détroit de Béring une bande de terre reliant l'Asie à l'Amérique du Nord. C'est sur ce pont de terre entre la Sibérie et l'Alaska que les ancêtres des Inuit traversèrent sur le continent, semble-t-il, il y a quelque 15 000 années.

Ces précurseurs étaient des chasseurs de gibiers mais, en se déplaçant vers l'est, ils s'adaptèrent aux conditions du littoral et devinrent d'habiles chasseurs de phoque et de morse. De cette adaptation à la chasse marine est née la culture Inuit.

Paysage - Copyright photo François Beiger (tous droits de reproduction interdit)

La population du pré-Dorset est le nom que l'on donne aux premiers Inuit qui auraient existé dans les environ de 3000 ans à 500 ans avant Jésus-Christ. Cette culture utilisait déjà des objets qui seront familiers à leurs successeurs, tels les harpons à pointe basculante et les lances. Les gens du pré-Dorset étaient des chasseurs de phoques sur la côte et des chasseurs de caribous à l'intérieur des terres. Ils étaient les prédécesseurs des gens du Dorset.

Au Canada, la période du Dorset s'étend d'environ 1000 ans avant Jésus-Christ à 1100 ans après Jésus-Christ. Ce sont les gens du Dorset qui auraient, croit-on, eu l'idée de fabriquer des maisons de neige. Ils chassaient également le phoque, le morse et le caribou et possédaient des armes semblables à celles de la culture du pré-Dorset, et de la culture du Thulé qui suivit.

L'heure de la pêche - Copyright photo François Beiger (tous droits de reproduction interdit)

Les gens du Dorset furent supplantés par les gens du Thulé dont le règne commença environ 800 ans après Jésus-Christ. La culture du Thulé diffère des cultures précédentes à deux égards. Les gens du Thulé avaient des chiens et ils chassaient la baleine. En fait, la base même de leur économie était l'exploration de la baleine. Les Thulés sont les ancêtres directs des Inuit de nos jours. La transition du Thulé à la culture des Inuit d'aujourd'hui se fit environ 1750 ans après Jésus-Christ.

  • Un mode de vie traditionnel.

Pendant plus de cinq mille ans, les Inuit ont vécu le long de la côte du Grand Nord canadien et dans ses îles. Cette région, qui correspond pratiquement à l'Arctique canadien d'aujourd'hui, est considérée comme l'une des plus inhospitalière du monde.

Copyright photo François Beiger (tous droits de reproduction interdit)

Toutefois, pour les Inuit, il s'agit du nunatsiaq, c'est-à-dire la terre aux innombrables beautés. Le mode de vie qu'ils ont perfectionné dans ce milieu hostile atteste leur capacité d'adaptation et leur créativité. Les Inuit ont été souvent qualifiés de nomades et, pourtant, ils ne se déplaçaient pas sans but ni méthode. Ils étaient des chasseurs et leur vie suivait le rythme des saisons, lequel dictait quels animaux pouvaient être chassés. La plupart des Inuit passaient l'hiver dans les abris de neige érigés à proximité de la banquise ou sur cette dernière, le long du littoral.

Ils chassaient les mammifères marins comme le phoque, le morse et la baleine. Pendant le court été, les Inuit ce déplaçaient vers l'intérieur des terres où ils pouvaient chasser le caribou, pêcher, attraper des oiseaux, ramasser des œufs et cueillir des baies sauvages et les herbes. Les familles vivaient sous des tentes de peaux qu'ils transportaient d'un endroit à un autre accompagné par leurs chiens.

Copyright photo François Beiger (tous droits de reproduction interdit)

Le mode de vie traditionnel permettait aux Inuit de tirer entièrement leur subsistance du milieu naturel. Leur régime alimentaire était constitué en grande partie de viande de phoque en été et de caribou en hiver, souvent consommée crue ou gelée. Ils avaient essentiellement une alimentation équilibrée. Cependant, le gibier fournissait plus que de la viande. Ils utilisaient la peau pour fabriquer des vêtements et des abris. La peau de caribou servait à confectionner des parkas et des pantalons, alors que la peau de phoque était utilisée pour la fabrication des Kamik, bottes. Ils confectionnaient même des vêtements avec des peaux d'oiseaux et leurs plumes.

Copyright photo François Beiger (tous droits de reproduction interdit)

De plus, les peaux étaient la matière de base pour fabriquer les embarcations tel le kayak pour la chasse au phoque ou pour voyager l'Umiaq, le bateau des femmes Inuit. Les peaux étaient également utilisées pour les tentes lors des campements l'été. Les osselets et les bois de flottages étaient transformés en jouets et en outils. Les os d'oiseaux devenaient des aiguilles et les bois des caribous étaient utilisés comme freins pour les traîneaux à chiens ou encore façonnés en hameçons. Les tendons servaient de fil à coudre aux femmes Inuit. La graisse animale donnait, une fois fondue, l'huile qui était versée sur une sorte de mèche faite de mousse disposée en ligne dans un bassin de pierre stéatite, ce qui produisait une douce flamme longitudinale servant à chauffer et à éclairer l'igloo ou la tente.