Appariement moléculaire, appariement chromosomique

DossierClassé sous :chimie , chromosome , appariement

-

La reproduction sexuée a pour avantage de former les molécules d'ADN à partir de celles des deux parentèles, donc de leur donner un plus riche contenu en information. Encore faut-il que les chromosomes s'apparient ...

  
DossiersAppariement moléculaire, appariement chromosomique
 

"Cortège nuptial", chantait Georges Brassens: tournés de biais dans les travées de bancs, les invités suivent l'entrée dans l'église du marié, sa mère au bras; puis celle de la mariée, accompagnée de son père, et des demoiselles d'honneur. S'ouvre ainsi l'immuable rituel par lequel deux lignées, plus encore que deux personnes, se lient. Cette union obéit à quelques règles universelles, Claude Lévi-Strauss l'a montré, la prohibition de l'inceste tout particulièrement. L'anthropologie (la culture) intègre de la sorte une leçon de la biologie (la nature): prime la diversification du patrimoine génétiqueLa reproduction sexuée a pour avantage de former les molécules d'ADN à partir de celles des deux parentèles, donc de leur donner un plus riche contenu en information. Encore faut-il que les chromosomes s'apparient.

En un premier changement de plan, nous sommes passés de l'échelle humaine à l'échelle microscopique, celle des chromosomes. Si nous changeons à nouveau de focale, pour examiner la séquence des bases nucléiques dans la double hélice de l'ADN, à l'échelle donc de ce biopolymère, nous nous apercevons que l'ADN ne donne pas à lire seulement le texte (écrit en codons, mots de trois lettres, prises parmi les quatre bases nucléiques, A = adénine, T = thymine, G = guanine, C = cytosine) du patrimoine génétique, mais qu'il comporte aussi de longues séquences, apparemment inutiles, car non porteuses de sens, et plutôt monotones, car très riches en la lettre G, répétée un très grand nombre de fois. Le vivant nous a habitués à sa générosité, à son gaspillage pourrait-on même dire à voir tous ces œufs de grenouille dont peu parviennent jusqu'à éclosion, tous ces têtards qui deviennent la proie de prédateurs: on pourrait multiplier les exemples de cette surabondance des productions biologiques. En est-ce un exemple? Y aurait-il au contraire une signification à ces parties, n'ayant pas de sens apparent, du message génétique?

À ce stade, nous sommes conscients des deux problèmes posés: comment les chromosomes du père et ceux de la mère font-ils pour s'apparier, en particulier lors de la méïose, phase caractéristique de la division cellulaire lors de la reproduction sexuée? Les parties riches en guanine de l'ADN servent-elles à quelque chose? La réponse est venue d'un détour par la chimie, comme je vous en donne à présent le récit.