Sciences

Claude Lévi-Strauss

28 novembre 1908 - 30 octobre 2009

Anthropologue

Classé sous :philosophie , anthropologie , Claude Lévi-Strauss

Biographie

Claude Lévi-Strauss était l’un des intellectuels les plus influents du XXe siècle dans le domaine des sciences humaines et sociales. Il est né le 28 novembre 1908 à Bruxelles et décédé le 30 octobre 2009 à l’âge de 100 ans. Anthropologue et ethnologue, il est considéré comme le père de l’approche structuraliste, qui a influencé de manière importante la philosophie, la sociologie, l’histoire et la théorie littéraire. Il est membre de l’Académie française depuis 1973.

Lévi-Strauss a cherché à comprendre la grande machine symbolique qui rassemble les différents aspects de la vie humaine : de la famille aux croyances religieuses, des œuvres d’art aux manières de politesse. Considéré comme un précurseur de l’écologie, Lévi-Strauss a écrit de façon admirable sur le fonctionnement de la société, il est connu dans le monde entier comme le maître de l’anthropologie moderne. 

La jeunesse de Claude Lévi-Strauss

Français, bien que né en Belgique, Lévi-Strauss est le fils d’un juif d’origine alsacienne qui l’éduque dans un milieu artistique : son père était artiste peintre. Il termine ses études de droit et de philosophie à la Sorbonne à Paris. Il obtient l’agrégation de philosophie en 1931.

Très tôt, il s’engage auprès de mouvements socialistes. Il devient le secrétaire général de la Fédération des Étudiants Socialistes, et y découvre les principes de la philosophie de Karl Marx, qui l’inspireront beaucoup par la suite, dans ses travaux. 

Vie de voyages

L’auteur de « Tristes Tropiques », considéré comme l’un des plus importants ouvrages de philosophie du siècle dernier, a vécu au Brésil de 1935 à 1939, et a été professeur invité à l’université de São Paulo (USP). Dans ce livre, il raconte sa rencontre avec les Indiens du Mato Grosso et de l’Amazonie, fruit d’expéditions effectuées pendant son voyage.

Au Brésil, il s’immisce parmi les communautés des Indiens Bororó et Tupis. Ces expériences l’ont profondément marqué, et guidé en tant que professionnel de l’anthropologie, un domaine dans lequel son travail est encore valable aujourd’hui.

Il s’installe ensuite aux États-Unis en tant que professeur invité à la New School for Social Research de New York, avant de faire un bref passage à l’ambassade de France à Washington comme attaché culturel.

De retour à Paris, il est nommé directeur associé du Musée de l’Homme puis devient enseignant en anthropologie sociale au Collège de France, jusqu’à sa retraite en 1982.

Disciple intellectuel d’Émile Durkheim et de Marcel Mauss, il s’intéresse également aux travaux de Karl Marx, à la psychanalyse de Sigmund Freud, à la linguistique de Ferdinand Saussure et de Roman Jakobson, au formalisme de Vladimir Propp… etc. 

Trois contributions

Les contributions les plus décisives de l’œuvre de Lévi-Strauss peuvent être résumées en trois grands thèmes : la théorie des structures élémentaires de la parenté, les processus mentaux de la connaissance humaine et l’étude des mythes.

La théorie des structures élémentaires soutient que la parenté a plus à voir avec l’alliance entre deux familles, par mariage entre leurs membres qui ont l’ascendance d’un ancêtre commun. Pour Claude Lévi-Strauss, il n’y a pas de différence significative entre la pensée primitive et la pensée civilisée, car l’esprit humain organise la connaissance en processus binaires, qui sont organisés selon la logique. Le mythe et la science sont tous deux structurés par des paires d’opposés, logiquement liés. Ils partagent donc la même structure, mais ne s’appliquent qu’à des choses différentes.

Pour Lévi-Strauss, les structures ne sont pas des réalités concrètes, mais sont plus proches des modèles cognitifs de la réalité, qui servent l’homme dans sa vie quotidienne.

Les règles selon lesquelles les unités de culture se combinent ne sont pas le produit d’une invention humaine et le passage de l’animal naturel à l’animal culturel (par l’acquisition du langage, la préparation des aliments, la formation de relations sociales) suit des lois déjà déterminées par leur structure biologique.