Sciences

Star Wars : les arbres géants de Kashyyyk, la planète forêt

Dossier - Les secrets de Star Wars
DossierClassé sous :Astronomie , physique , star wars

-

Roland Lehoucq, astrophysicien au commissariat à l'énergie atomique de Saclay, est un passionné de science-fiction. Il analyse l'univers de Star Wars à travers le prisme de la réalité physique. À vos sabres laser, jeunes Jedi !

  
DossiersLes secrets de Star Wars
 

Les arbres que l'on rencontre sur la planète Kashyyyk atteignent une hauteur fabuleuse. Certains séquoias des forêts d'Amérique du Nord dépassent les 100 mètres de hauteur. Comment est-il possible que la Nature donne naissance à de pareils géants ?

Les arbres géants de la planète forêt.© Tuxyso, Wikimedia commons, CC by-sa 3.0

Trop grands pour être vrais

Pour qu'un arbre parfaitement vertical ne s'effondre pas sous son propre poids, il faut que le bois dont il est constitué soit suffisamment résistant. Connaissant la résistance du bois, la hauteur maximale qu'un arbre pourrait atteindre est voisine de deux kilomètres. Apparemment aucun arbre n'est strictement vertical...

Les arbres de la planète Kashyyyk atteignent une hauteur fabuleuse ! © Lucasflim Ltd

En fait, c'est la nécessité de résister à la force du vent qui impose aux arbres des contraintes qui limitent leur taille. Sous l'action du vent, un arbre se déforme et se courbe. Alors, son centre de gravité n'est plus à la verticale du tronc et ce qui accentue la déformation de l'arbre.

L'équilibre de l'arbre est réalisé quand l'action imposée par le vent et le poids est compensée par celle de la force élastique du tronc. Si le vent est assez fort, son action l'emportera et les contraintes engendrées dans le tronc dépasseront la limite de rupture du bois. C'est donc lorsqu'ils sont courbés par le vent que les arbres risquent d'atteindre leur limite de rupture. Il en est d'ailleurs de même pour d'autres structures telles que les cheminées ou les campaniles. Que peut-on déduire de tout ceci ? Et bien, pour que les arbres de Kashyyyk soient si hauts, il faut que les vents qui balaient sa surface soient plutôt faibles et que les tempêtes similaires à celle qui frappa notre pays en décembre 1999 y soient très rares.