Sciences

Le moteur à vapeur, ce n’était pas la solution !

Dossier - Le Salon du Bourget : l'aviation d'hier à aujourd'hui
DossierClassé sous :aéronautique , Salon du Bourget , Salon international de l’Aéronautique et de l’Espace

-

Le Salon du Bourget, alias Salon international de l’aéronautique et de l’espace, a fêté en 2009 son centième anniversaire. L'occasion de revenir sur l'Histoire de ce salon. Attachez vos ceintures, et place à l’Aventure !

  
DossiersLe Salon du Bourget : l'aviation d'hier à aujourd'hui
 

Les maquettes exposées au Crystal Palace semblent définitivement démontrer que le vol piloté devra s'affranchir du moteur à vapeur, dont le rapport poids-puissance est inadéquat... Pourtant en 1900, les visiteurs de l'Exposition universelle de Paris pourront admirer l'Avion III de Clément Ader, premier appareil à avoir effectué un vol soutenu sous la seule puissance de son moteur (à vapeur) avec un homme aux commandes.

Cette image stéréoscopique est véritablement un document historique. Elle montre Clément Ader, probablement à son domicile, devant la maquette d'une de ses machines volantes. © Creative Commons

Mais plus jamais ce type d'énergie ne sera utilisé en aviation, et ce sont des moteurs à essence qui sont présentés à Milan et à l'Alexander Palace de Londres en avril 1907, aux côtés d'aéroplanes.

C'est l'année suivante que l'ingénieur Robert Esnault-Pelterie, fortement plébiscité par la presse et le public, se décide à ouvrir une section réservée aux « choses de l'air » dans le 11e Salon de l'Automobile qu'il organise à Paris. Elle prendra une ampleur inattendue et pourront y être admirés non seulement l'Avion III de Clément Ader, clou de l'exposition, mais aussi quinze autres aéroplanes (Antoinette, Blériot, Demoiselle, Farman, REP, Voisin et Wright), quelques moteurs Anzani, Gnome et Renault, entre autres, et quatre aérostats, dont le dirigeable Ville-de-Bordeaux.

Premier Salon de l'Aéronautique à Paris

Alors que septembre 1909 verra la première Exposition internationale de locomotion aérienne à Paris comme nous l'évoquions précédemment, suivant de deux mois l'Internationale Luftfahrt Ausstellng de Francfort, considérée comme la première exposition exclusivement aéronautique du monde, l'air semblait encore dominé par les aérostats, seuls capables d'emmener un nombre significatif de passagers. Cette tendance sera conformée en 1910 lors de l'Olympia Aero Show de Londres, de l'Internationale Luftfahrt Ausstellng de Francfort, mais la deuxième Exposition de la locomotion aérienne de Paris, qui s'ouvre le 15 octobre, à l'instar des précédentes, montre pour la première fois un net déclin des plus légers que l'air. Les moteurs présentés y ont gagné en puissance, et les matériaux de construction en solidité...

En 1911, les trois grands salons confirmeront cette tendance et 1912 verra la première édition de l'Allgemeinde Luftfahrtausstellung (Exposition générale d'aviation) qui, à Berlin, accueillera tous les grands noms du moment. La même année, à l'Exposition internationale de navigation aérienne de Moscou, un certain Igor Sikorsky obtient une récompense pour son biplan S-6A.

Igor Sikorsky, ici devant son biplan S-5B à Moscou. © Creative Commons

Le temps de la guerre

L'année 1913 verra tous les salons de Londres, Paris, Berlin, Moscou, se parer de machines de guerre. Le conflit approche... Celui-ci éclate l'année suivante, et les expositions sont mises en sommeil jusqu'en 1919.