Une vue d’artiste de ce que serait un blazar, un noyau actif de galaxie alimenté par un trou noir supermassif. © M. Weiss/CfA, Nasa

Sciences

Blazar

DéfinitionClassé sous :Astronomie , AGN , Quasar

Utilisé par les astronomes, le terme blazar nous vient de l'anglais to blaze qui signifie flamboyer. Mais il n'est pas associé à un type d’étoile. Il se rapporte à une classe particulière de galaxie et plus précisément, à une classe particulière de quasar -- comprenez de quasi stellaire radio source ou source radio quasi stellaire, en français -- dans le modèle unifié des galaxies abritant un noyau actif (AGN). Les radiogalaxies et les galaxies de Seyfert sont d'autres formes d'AGN.

Rappelons qu'une galaxie est qualifiée d'active lorsqu'elle abrite, en son centre, un trou noir supermassif. Lorsque ce dernier accrète de la matière, il émet beaucoup d'énergie, sous la forme d'un rayonnement radio, IR, visible, UV ou X. Le centre de cette galaxie apparait alors très brillant. Les astronomes parlent de noyau de galaxie active (AGN). Et dans certains cas -- environ 10 % --, un jet de matière émerge de ce type de noyau. Lorsque ce jet est émis avec un angle compris entre 0 et 90° avec la direction de la Terre -- mais assez éloigné de ces valeurs --, le noyau en question est qualifié de quasar.

Les blazars sont parmi les objets les plus violents de notre Univers. Ici, le blazar BL Lacertae, dans la constellation du Lézard. © Renato Falomo, Wikipedia, Domaine public

Une question d’orientation

Et lorsqu'il est dirigé en direction de notre Planète, les astronomes parlent de blazar. Car c'est cette orientation singulière qui résulterait en un jet particulièrement brillant. Mais aussi en un jet changeant, présentant une forte variabilité de son émission -- parfois d'un facteur 100 d'un jour à l'autre -- par effet de dilatation temporelle sur un jet relativiste.

Le premier blazar a été découvert en 1968. Les astronomes ont d'abord cru que BL Lacertae -- situé dans la constellation du Lézard -- était une étoile variable. Les AGN de type BL Lacertae forment désormais un type de blazars à part entière. Leur rayonnement est fortement variable et polarisé. Ces blazars se trouvent dans de grandes galaxies sphéricoïdales.

À 900 millions d'années-lumière, BL Lacertae est l'un des blazars les plus proches de notre Terre. Le plus lointain observé en 2020 porte le nom de PSO J030947.49+271757.31. Il serait situé à quelque 12,8 milliards d'années-lumière de notre Système solaire. Et le trou noir qui l'alimente serait d'une masse égale à un milliard de fois celle de notre Soleil !

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Les blazars, des trous noirs géants accélérateurs de rayons cosmiques  C’est une grande première ! Des scientifiques ont réussi à remonter jusqu’à la lointaine source d’émission d’un neutrino de haute énergie, cette particule fantôme qui traverse en général la matière sans interagir avec elle. D’où vient donc ce neutrino ? Comment a-t-il été détecté ? Réponse dans cette vidéo. 

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !