La station spatiale Tiangong-1 est la première station placée en orbite par la Chine. Sa mission consiste à préparer la voie pour de futures stations habitées, Tiangong-2 puis Tiangong-3. © CNSA

Sciences

Tiangong-1

DéfinitionClassé sous :Astronautique , station spatiale chinoise , Tiangong

Tiangong-1, ou le « Palais Céleste » en chinois, est le premier prototype de station spatiale de la Chine. Développée par l'agence spatiale chinoise CNSA dans le cadre du programme de vol habité Shenzhou, Tiangong-1 était vouée à ne durer que deux ans. Elle doit permettre de tester la faisabilité d'un rendez-vous spatial entre la station et un engin spatial, ainsi que la capacité de la station à accueillir un équipage.

La station chinoise est un objet cylindrique de 8,5 tonnes à son lancement en 2011 mesurant 10,4 m de longueur et 3,35 m de diamètre. Elle est donc plus petite que l'ISS. Pendant la durée de sa mission, elle évoluait sur une orbite basse, entre 300 et 400 km d'altitude.

Des taïkonautes (astronautes chinois) ont séjourné avec succès dans la station spatiale chinoise Tiangong-1 à deux reprises. © CNSA

La rentrée atmosphérique incontrôlée de Tiangong-1

La station a été mise en orbite le 29 septembre 2011 par une fusée Longue marche 2F ayant décollé depuis la base de Jiuquan, dans le désert du Gobi, en Chine. Elle a accueilli un premier équipage en juin 2012 et un second équipage en juin 2013, pour une dizaine de jours chacun. Les taïkonautes se sont rendus sur la station à bord d'un vaisseau Shenzhou. Elle est désaffectée depuis 2013. Tiangong-2 lui a succédé en 2016. Tiangong-3, prévue pour les années 2020, est en cours de développement.

Début 2016, la station, alors toujours en orbite, aurait cessé de fonctionner et le centre de contrôle au sol aurait perdu contact avec elle. La chine a depuis annoncé que Tiangong-1 retomberait sur Terre. Il est prévu qu'elle rentre dans l'atmosphère de façon incontrôlée entre le 31 mars et le premier avril 2018, d'après les estimations de l'ESA. Les débris de la station, qui ne sera pas complètement désintégrée lors de sa chute, devraient retomber sur une zone couvrant toute la circonférence de la Terre entre les latitudes 42,8° nord et 42,8° sud.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi

La longue saga des astronautes français  Thomas Pesquet fut le dixième Français dans l'espace et a volé pour l'ESA, l'Agence spatiale européenne. Mais, en France, les vols habités sont gérés, depuis le début des années 1980, par le Cnes. Cette vidéo démêle les rouages de la formations des astronautes européens au fil de l'histoire récente de l'astronautique, dominée par le beau projet international de l'ISS.