Sciences

ANTARES : on va aller sous l'eau pour observer l'Univers !

ActualitéClassé sous :Univers , Antares , CEA

Claudie Haigneré, ministre déléguée à la recherche et aux nouvelles technologies, et Guido Possa, ministre italien délégué pour la Recherche ont inauguré hier la station ANTARES à l'Institut Michel Pacha à la Seyne-sur-Mer dans le Var.

ANTARES : on va aller sous l'eau pour observer l'Univers !

Initié il y a sept ans, ce détecteur sous-marin à neutrinos cosmiques de haute énergie, installé à 2400 m sous le niveau de la mer au large de la presqu'île de Porquerolles, est le seul équipement de ce type sur l'ensemble des mers de la planète. Il permettra début 2006 de sonder le mystère des premiers instants de l'univers.

Les neutrinos cosmiques sont des particules élémentaires qui interagissent faiblement avec la matière et peuvent ainsi parcourir de longues distances dans l'Univers sans être absorbées par les milieux intergalactiques. Ils constituent un moyen privilégié pour sonder l'Univers lointain, de manière complémentaire au rayonnement électromagnétique. Ils pourraient également nous informer de façon indirecte sur la nature de la masse cachée de l'Univers.

Étant donné leur très faible taux d'interaction avec la matière, il faut utiliser, pour les détecter, des cibles de grande masse qui doivent être blindées contre le rayonnement cosmique. En effet, ce dernier bombarde constamment tout site terrestre et représente un bruit de fond important. C'est ainsi que les fonds marins qui offrent un blindage naturel de par leur profondeur constituent un environnement idéal pour la détection des neutrinos. Dans l'expérience Antares, un millier de photodétecteurs sont immergés. Ces photodétecteurs sensibles et orientés vers le sol vont capter la lumière émise par les produits des neutrinos qui ont traversé la Terre et interagir avec elle au voisinage du fond marin. Cette disposition va leur permettre d'étudier le ciel de l'hémisphère sud qui inclut le centre galactique, lieu de plusieurs phénomènes énergétiques intenses. Ces grands dispositifs peuvent ainsi être appelés "télescopes à neutrinos".

Le programme d'Antares prévoit la réalisation d'un détecteur de 0,1 km², prélude à un futur télescope de 1 km². Un tel ensemble devrait être capable d'identifier suffisamment d'événements de neutrinos cosmiques par an pour découvrir les principales sources de neutrinos de haute énergie de l'Univers et ouvrir ainsi l'ère de l'astronomie neutrino.

Pour en savoir plus

Cela vous intéressera aussi