Sciences

En replay, notre live spécial sur le télescope spatial Webb

ActualitéClassé sous :télescope spatial James Webb , James Webb Space Telescope , Hubble

-

[EN VIDÉO] Live JWST : le plus grand œil infrarouge du monde part à la découverte de l'univers !  À 1,5 million de kilomètres de la Terre, une révolution scientifique est en marche. Lancé le jour de Noël en 2021, le télescope spatial James-Webb a désormais atteint le point de Lagrange L2 où il est maintenant en train de refroidir afin d’atteindre les -233 °C nécessaire au bon fonctionnement de ses détecteurs. 

Le calibrage du télescope James-Webb avance progressivement. L'observatoire spatial a effectué ses premières observations au cours du mois de février 2022, suscitant un vif intérêt de la part des astronomes amateurs et professionnels. À cette occasion, Futura organise un live le 17 mars en compagnie d'experts pour parler du plus puissant télescope spatial créé.

Le télescope James-Webb sera bientôt opérationnel, alors que le calibrage du nouvel observatoire spatial se poursuit. Le James Webb Space Telescope (JWST) est arrivé au point de Lagrange L2, situé à 1,5 million de kilomètres de la Terre, le 24 janvier 2022, après avoir bénéficié d'un excellent lancement grâce à une fusée Ariane 5, le 25 décembre 2021. Au cours de son voyage d'environ un mois dans l'espace, les ingénieurs de la Nasa et de l'Agence spatiale européenne ont progressivement déployé l'appareil, débutant par l'ouverture de sa voile solaire pour se terminer sur la mise en place des miroirs primaire et secondaire.

Un début de mission sur les chapeaux de roues

Actuellement, le JWST en est encore au stade des paramétrages. Ainsi, tout au long du mois de février, l'agence spatiale américaine a publié des photos permettant de jauger les avancées du télescope spatial. Trois clichés ont été dévoilés depuis le 11 février 2022, sur lesquels 18 points lumineux sont observables, révélant une seule et même étoile, HD 84406, située dans la constellation de la Grande Ourse. HD 84406 a servi de référentiel pour attester du bon fonctionnement des 18 miroirs hexagonaux constituant le miroir principal du James-Webb, d'un diamètre de 6,5 mètres. En utilisant les images prises par le télescope, les chercheurs ont alors réalisé un « stacking », soit un empilement des clichés pour parvenir à une seule image, avec un rendu net.

Avant d'être pleinement opérationnel et de fournir de magnifiques images, à l'instar du télescope Hubble, le JWST devra encore faire l'objet de calibrages et sera sujet de divers tests pour de nombreuses semaines. La Nasa estimait ainsi que le James-Webb serait entièrement fonctionnel au cours de l'été 2022.

Le télescope Hubble, lancé en 1990 par la Nasa. © Nasa

Le James-Webb à l’assaut de l’Univers

Le nouvel observatoire spatial se veut révolutionnaire, érigé comme le digne successeur d’Hubble, en activité depuis 1990. Quelques différences notables distinguent cependant le JWST de son prédécesseur. Là où Hubble observait des milliers d'objets célestes émettant dans le spectre visible, le James-Webb se consacrera exclusivement aux rayonnements infrarouges et proche infrarouges. Les optiques devraient se révéler théoriquement plus puissantes que celles d'Hubble, dont le miroir primaire de 2,4 mètres de diamètre paraît minime comparé aux 6,5 mètres du JWST.

Comparaison des miroirs primaires de Hubble et du télescope James-Webb. © Nasa

Grâce à cette instrumentation, le James Webb Space Telescope sera en capacité d'imager les objets plus lointains dans l'Univers, et peut-être observer les plus anciens systèmes galactiques pour comprendre la formation du cosmos. Peu de phénomènes astronomiques seront cachés aux yeux du JWST. Il pourra ainsi observer des nébuleuses, supernovae et même des exoplanètes, offrant une opportunité aux scientifiques d'en apprendre plus sur la composition de certaines planètes lointaines.

Pour parler de cet instrument prometteur et révolutionnaire qu'est le télescope James-Webb, Futura organise un live en compagnie d'experts de renoms, le 17 mars 2022. Le conférencier Astropierre accueillera ainsi Éric Lagadec, astrophysicien à l'Observatoire de la Côte d'Azur et Lucie Leboulleux, chercheuse à l'Institut de Planétologie et d'Astrophysique de Grenoble (Ipag).

À vos agendas !

Première image après l'alignement complet et réussi des miroirs du télescope spatial Webb. © Nasa, ESA
Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !