Des chercheurs ont observé une éruption inattendue à la surface de notre Soleil. Son étude leur permet d’avancer dans la connaissance du mécanisme à l’origine du phénomène. © lukszczepanski, Adobe Stock
Sciences

Cette éruption solaire de 2016 est « une sorte de pierre de Rosette pour comprendre les éruptions solaires »

ActualitéClassé sous :soleil , Nasa , ESA

-

[EN VIDÉO] La clé pour comprendre les éruptions solaires  En mars 2016, une éruption inhabituelle est survenue à la surface de notre Soleil. Elle devrait offrir aux astronomes des indices pour comprendre les mystérieuses explosions de notre étoile. Les chercheurs qualifient cet événement de « pierre de Rosette » des éruptions solaires. Il serait en effet la clé pour comprendre tous les types d’éruptions solaires. Des éruptions qui peuvent avoir des conséquences sur notre Terre. (en anglais) © Nasa Goddard 

Des siècles que les astronomes observent notre Soleil. Et l'observation, en mars 2016, d'un seul événement apparu à sa surface pourrait bien leur permettre enfin de percer le mystère des éruptions solaires. Un événement comme une pierre de Rosette qui les aiderait à mieux prédire la météo spatiale.

En mars 2016, des chercheurs de la Nasa et de l'Agence spatiale européenne (ESA) ont observé quelque chose de totalement inattendu à la surface de notre Soleil. Une éruption comme ils n'en avaient encore jamais vue. « Cet événement est le chaînon manquant qui nous permet de comprendre comment naissent les éruptions solaires », commente Emily Mason, astronome solaire au Goddard Space Flight Center, dans un communiqué de la Nasa. Rien que ça...

Pour comprendre cet enthousiasme, rappelons que les chercheurs avaient jusqu'alors identifié trois grands types d'éruptions solaires : les éjections de masse coronale (CME), les jets et les éruptions partielles. La plus grande partie de la matière impliquée dans ces dernières retombe sur le Soleil, par manque d'énergie. Les CME et les jets correspondent, quant à eux, à des éruptions explosives. Ils projettent des particules dans l'espace. Dans le cas des premières, sous forme d'énormes bulles qui se dilatent sous l'effet des champs magnétiques. Dans celui des seconds, plutôt sous forme de colonnes de matière.

En mars 2016, les astronomes ont observé l'éjection d'une couche chaude de matière au-dessus d'une région active du Soleil. Une éjection trop importante pour correspondre à un jet, mais trop étroite pour entrer dans la case CME. Moins d'une demi-heure plus tard, une couche plus froide a éclaté au même endroit avant de retomber sur la surface du Soleil. Les trois grands types d'éruptions réunis en un seul événement !

Améliorer les prévisions de la météo spatiale

« C'est une sorte de pierre de Rosette, expliquent les astronomes. Cela nous fait comprendre que les éruptions solaires sont causées par un seul et même mécanisme, mais à des échelles différentes. » En modélisant cet événement « pierre de Rosette » et d'autres qui lui ressemblent découverts depuis, les chercheurs espèrent pouvoir comprendre quel est ce mécanisme et déterminer ses caractéristiques.

Toutes les éruptions solaires sont causées par un seul et même mécanisme

Ils vont d'ores et déjà pouvoir appliquer ce qu'ils savent des jets aux EMC. Et l'observation montre aussi qu'un phénomène limitant encore inconnu doit se produire pour restreindre l'énergie en jeu dans les éruptions partielles.

Trouver le déclencheur des éruptions solaires pourrait aider les astronomes à prévoir -- au moins quelques heures à l'avance -- quand une grande éruption pourrait menacer notre Terre. Car n'oublions pas que ce type d'événements et les nuages de particules à haute énergie qu'ils libèrent dans le Système solaire peuvent être dangereux notamment pour les astronautes en mission, mais également pour nos satellites et autres réseaux électriques.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !