Cette semaine, la sonde New Horizons a transmis un portrait de Kerbéros, l’une des deux dernières lunes découvertes autour de Pluton. Surprise, il est bilobé, un peu à la manière de la comète de Rosetta, et plus petit que prévu. Et surtout, sa réflectivité ne correspond pas à ce qui était attendu…

Après Charon, principal compagnon de Pluton (ils forment tous les deux un véritable système binairesystème binaire), deux fois plus petit que ce dernier, l'équipe de la mission New Horizons commence à avoir un bel aperçu de toute la famille qui entoure la planète naineplanète naine visitée pour la première fois, il y a trois mois. Ainsi, au cours des semaines précédentes furent transmis les portraits, certes un peu flou, des autres petites luneslunes qui lui gravitent autour. D'abord NixNix et HydreHydre (environ 40 km dans leur plus grande longueur), découverts en 2005 grâce à HubbleHubble. Et à présent, Styx et Kerbéros, détectés aussi avec le télescopetélescope spatial mais, plus récemment, en 2011 et 2012. D'autres investigations ainsi que les observations sur place de la sonde spatiale, le 14 juillet 2015, n'ont pas révélé de satellites naturels supplémentaires. Du moins, rien qui ne mesure plus de 1,5 km...

« Une fois encore, le système de PlutonPluton nous a surpris » a déclaré Hal Weaver, membre de l'équipe scientifique de la mission. Kerbéros (le nom de Cerbère est déjà celui d'un astéroïdeastéroïde, d'où cette hellénisation) est plus petit que ce que suggéraient les observations réalisées depuis la TerreTerre et sa banlieue, à près de 5 milliards de kilomètres. En outre, il est constitué de deux lobes qui pourraient s'être formés indépendamment (ce qui n'est pas sans rappeler la comètecomète Tchouri mais rien n'indique pour l'instant une origine commune...). Le plus gros mesure environ 8 km et le plus petit autour de 5 km.

Ce satellite de petite dimension a notamment surpris par sa réflectivité, plus élevée que prévu. En effet, son albédoalbédo d'environ 50 % est comparable à celui des autres lunes de Pluton, suggérant de fait que l'astreastre est recouvert d'une couche de glace d'eau. Dans son communiqué, la NasaNasa rappelle que la massemasse de Kerbéros avait été évaluée auparavant par son influence gravitationnelle sur ses voisins. Aussi, puisqu'elle apparut importante au regardregard de sa très faible luminositéluminosité, les astronomesastronomes prédirent alors un astre assez grand et recouvert de matériaux sombres... Or, comme on vient de le voir, il en est tout autrement.