L'astronaute de la Nasa, Christina Koch, ici le 25 avril 2019, en train de travailler sur la botanique spatiale à l'aide de l'équipement de recherche Veggie Ponds pour cultiver et récolter des laitues et des légumes mizuna pour la consommation sur la Station spatiale internationale et l'analyse sur Terre. © Nasa

Sciences

L'astronaute Christina Koch raconte ses 328 jours dans la Station spatiale

ActualitéClassé sous :Nasa , Christina Koch , Station Internationale

« J'ai un peu de mal à retrouver mon équilibre », déclare Christina Koch. L'astronaute ayant battu le record féminin du temps passé dans l'espace, s'est confiée mercredi sur ses 328 jours en apesanteur depuis le Centre spatial Johnson de Houston, au Texas. À la Nasa, « on a l'habitude de dire, "C'est un marathon, pas un sprint", mais dans mon cas, on disait : "C'est un ultra-marathon, pas un marathon" », a-t-elle déclaré à propos de ses onze mois passés à bord de la Station spatiale internationale (ISS).

L'astronaute américaine de 41 ans a atterri le 6 février dans les steppes du Kazakhstan, en Asie centrale, avec ses collègues, Luca Parmitano de l'Agence spatiale européenne et le cosmonaute russe Alexandre Skvortsov. « J'ai dû me réhabituer à marcher, s'est amusée Christina Koch. Pendant mes deux premières minutes de retour sur Terre, j'ai vu plus de visages qu'en un an ! »

L'astronaute de la Nasa Christina Koch répond à des questions pendant une conférence de presse organisée à son retour de l'espace, le 12 février 2020 au Centre spatial Johnson à Houston, au Texas. © Mark Felix, AFP

Et là-haut... se focaliser sur ce qu'on a et qu'on n'aura plus jamais

Cette ingénieure américaine était déjà entrée dans l'histoire en participant à la première sortie spatiale 100 % féminine, qu'elle avait effectuée en octobre 2019 avec Jessica Meir, une biologiste marine. « Je pense que ces jalons motivent les gens et qu'il est important de les reconnaître », a-t-elle noté, tout en assurant « ne plus trop y avoir pensé » une fois dans l'espace. « Ce n'était qu'une question de temps avant que cela arrive », a-t-elle ajouté, rappelant que sa promotion d'astronaute était paritaire.

Pour profiter au maximum des 223 millions de kilomètres parcourus, l'équivalent de 291 allers-retours sur la Lune, Christina Koch a expliqué s'être « focalisée sur les choses qu'on a [dans l'espace et] qu'on n'aura plus jamais [une fois de retour sur Terre] ».

Observer les effets d'un voyage spatial longue-durée sur une femme

Pendant sa mission, elle a participé à plus de 210 études scientifiques et a elle-même été l'objet d'expériences visant à observer « les effets d'un voyage spatial longue-durée sur une femme », précise la Nasa qui prépare le retour des astronautes américains sur la Lune à partir de 2024 et peut-être sur Mars dans la décennie à venir.

La mission de Christina Koch, qui a effectué six sorties spatiales, dont les trois premières entièrement féminines, était le deuxième plus long voyage spatial solo parmi les astronautes de la Nasa, le record étant détenu par Scott Kelly, qui a passé 340 jours d'affilée sur l'ISS avant de revenir sur Terre en 2016.

Cela vous intéressera aussi

ISS : les lumières de la Terre vues de la Station spatiale  Filmé depuis la Station spatiale internationale (ISS), le ciel nocturne paraît illuminé par nos éclairages. Le spectacle est magnifique mais rappelle que la pollution lumineuse n'est pas un vain mot. L'obscurité recule dans de nombreux endroits de notre planète, ce qui n'est pas sans conséquence sur les êtres vivants. Un des effets est d'empêcher les citadins de bien voir les étoiles ; un autre est de rendre visible notre civilisation. 

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !