La montagne martienne Ausonia Mensa, haute de 3.700 mètres et couvrant une superficie de 98 x 48 km. @ ESA, DLR, FU Berlin, CC by-sa 3.0 IGO

Sciences

Sur Mars, la boue s’écoule comme de la lave

ActualitéClassé sous :Mars , volcanisme martien , boue martienne

Pour savoir de quoi sont faits certains reliefs martiens, une équipe de recherche internationale impliquant Susan Conway, chercheuse du CNRS au Laboratoire de planétologie et géodynamique (CNRS/université de Nantes/université Angers), a simulé des coulées de boue sur Mars et sur Terre. Résultat, des reliefs martiens qui ressemblent à de la lave solidifiée, comme ceux présents à Hawaï, sont en fait de la boue qui se comporte différemment de la boue terrestre. 

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Mars, la Planète rouge bientôt à la portée de l'Homme  Voilà plus d'un demi-siècle que les Hommes explorent Mars, petite sœur de la Terre au destin tragique. Cette longue saga de missions nous est racontée ici, montrant comment s'est précisé le visage de la Planète rouge. Aux fantasmes d'antan a succédé la déception du premier regard, en 1965. Le regain d'intérêt est revenu devant l'évidence d'une histoire mouvementée, comme on les aime. Secrets, énigmes et mystères nous attendent là-bas, maintenant que se précise l'idée d'une nouvelle aventure humaine sur ce monde si proche. 

Une équipe de recherche internationale impliquant Susan Conway, chercheuse du CNRS au Laboratoire de planétologie et géodynamique (CNRS/université de Nantes/université Angers) a décidé d'étudier des reliefs martiens dont la composition est mal connue et sujette à débat. C'est notamment le cas des plaines de Cerberus Fossae que certains chercheurs ont « interprété comme issues des laves et d'autres à de la boue ou encore d'autres comme une mer glacée », nous explique Susan Conway.

Pour comprendre comment se comporterait un mélange de roche et d'eau une fois à l'air libre sur la Planète rouge, les chercheurs ont « reproduit en laboratoire les conditions martiennes dans une chambre basse pression et observé l'écoulement de cette boue ». Avec une pression atmosphérique 150 fois plus faible que la nôtre, et des températures le plus souvent négatives, son « comportement a été très différent des boues terrestres ». Alors que la boue sur Terre bout à 100 °C au niveau de la mer et 70 °C au sommet de l'Everest, sur Mars elle « bout tout le temps en raison de la très faible densité de l'atmosphère martienne » !

Les scientifiques ont simulé des coulées de boue sur Mars et sur Terre. © Lancaster University, YouTube

L'expérience montre que la boue se « comporte alors de la même manière que certaines coulées de laves terrestres et peut former de nombreux plis, appelés pahoehoe ». En effet, lors de « notre expérience, la boue s'est mise en ébullition (même si elle était à presque zéro degré) et a ensuite commencé à geler ». C'est la combinaison du gel et l'ébullition qui a conduit la boue à « faire des formes qui ressemblent à de la lave solidifiée ».

Ces résultats publiés dans Nature Geosciencele 18 mai 2020, suggèrent donc que « le volcanisme sédimentaire peut se manifester sur Mars, c'est-à-dire un phénomène géologique qui entraînerait l'éruption de boue depuis le sous-sol martien ».  Ils invitent également la « communauté à revoir toutes les structures géologiques martiennes pouvant avoir été formées par ce phénomène ».

Des fossiles de vie primitive piégés dans la boue martienne solidifiée

Cette découverte a son importation car chaque « interprétation a des conséquences très différentes pour notre compréhension de l'environnement de Mars et son habitabilité ». Enfin, comme le souligne Susan Conway, il est possible « d'établir un lien entre cette boue et l'habitabilité de la planète » ? Si la présence de boue peut expliquer la « présence de plus de formes à la surface qu'on le pensait initialement », cela implique qu'il y avait, peut-être même encore aujourd'hui, un « réservoir d'eau souterrain (au lieu d'une chambre magmatique) qui serait plus propice à la vie que de la lave » !

Aujourd'hui, cette boue solidifiée pourrait « abriter des fossiles de vies primitives », de sorte qu'un certain nombre de ces sites sont à privilégier pour les missions futures en quête des signes de vie sur Mars.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !