Localisation des zones sismiques actives sur Mars. © Nasa, IPGP

Sciences

InSight a détecté plus de 300 « tremblements de Mars »

ActualitéClassé sous :planète mars , mars , exploration robotique de Mars

À l'écoute de l'activité interne de Mars et de ses soubresauts, InSight a relevé 322 évènements sismiques sur la Planète rouge en un an ! La majorité sont très faibles mais deux d'entre eux ont été plus forts et plus profonds. Les chercheurs pensent avoir trouvé leur origine.

Sur Mars aussi il y a des tremblements de terre, comme le supposaient des planétologues et le démontre depuis un an magistralement le sismomètre Seis déployé par l’atterrisseur InSight. Même si la Planète rouge semble pétrifiée, son cœur continue en effet de battre.

La semaine dernière, à l'occasion des rencontres de l'AGU (l'American Geophysical Union fête son centième anniversaire) à San Francisco, des chercheurs de la mission ont dévoilé un premier bulletin des enregistrements effectués depuis le déploiement du sismomètre Seis à la surface de Mars. Fait intrigant : le taux de séismes n'a de cesse d'augmenter, sans que les géophysiciens ne comprennent pourquoi, passant « de quelques tremblements sporadiques après l'atterrissage d'InSight » à un rythme actuel de deux par jour, a fait savoir le chef de la mission Bruce Banerdt, du JPL. Le total est à présent de 322 « tremblements de Mars ».

D’où viennent les séismes les plus importants sur Mars ?

La plupart des séismes relevés sont faibles mais les chercheurs en ont pointé deux qui se détachent vraiment des autres. Mesurés dans les basses fréquences, pas loin de la magnitude 4 sur l'échelle de Richter, leur origine est vraisemblablement dans le manteau, dans les profondeurs de la Planète rouge, à l'inverse de l'écrasante majorité des petites secousses lesquelles s'expriment dans les hautes fréquences (plus près de la surface ?). Le premier séisme « majeur » est survenu en mai et le second en juillet 2019. Alice Jacob, planétologue à l'Institut de physique de la Terre de Paris, situe ces deux évènements à quelque 1.600 kilomètres du robot InSight, plus exactement dans Cerberus Fossae, une région sur Mars notoirement connue pour ses crevasses symptomatiques d'une activité sismique récente (géologiquement parlant).

Vue en perspective d'une faille dans la région de Cerberus Fossae photographiée par la sonde Mars Express. © ESA, DLR, FU Berlin, CC by-sa 3.0 IGO

Dans leur présentation, l'équipe raconte avoir mesuré des « impulsions magnétiques » chaque nuit autour d'InSight sans en connaître la cause. Les chercheurs n'excluent pas que ce soit une conséquence des interactions du vent solaire avec l'atmosphère ténue de Mars.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi

InSight : comment s'est déroulé son atterrissage sur Mars ?  C'est qu’il s'est passé le 26 novembre 2018, quand l’atterrisseur Mars Insight est arrivé sur Mars. À la Nasa, tous les opérateurs du cette mission étaient sur les dents, dans l’angoisse que le robot réussisse à ralentir et à se poser en douceur sur le sol de la planète rouge. Tout cela en sept minutes que les ingénieurs appellent « sept minutes de terreur ».