Les bactéries sur l'ISS évoluent pour s'adapter aux conditions extrêmes (rayonnement cosmique, micropesanteur), mais rien n'indique qu'elles deviennent des superbactéries pathogènes et résistantes, susceptibles de menacer la santé des astronautes. © Nasa

Sciences

Les bactéries de l'ISS évoluent, mais ne se transforment pas en superbactéries

ActualitéClassé sous :ISS , bactéries , Santé des astronautes

La lutte pour la survie se joue aussi dans l'espace, du moins pour les bactéries. Devant affronter des conditions extrêmes et stressantes sur l'ISS, ces dernières évoluent, mais heureusement pas au point de menacer les astronautes.

Exilées sur la Station spatiale internationale (ISS), sous le feu du rayonnement cosmique, les bactéries s'adaptent pour survivre. Mais pas de quoi paniquer : elles évoluent sans pour autant muter en dangereux pathogènes, et encore moins en alien sanguinaire, comme dans le film de science-fiction Life : Origine Inconnue (2017) où un micro-organisme en apparence inoffensif découvert sur Mars se transforme en une monstruosité visqueuse et se livre à un massacre à bord de l'ISS.

Il est légitime de se demander si les conditions extrêmes - radiations, micropesanteur - favorisent la sélection des bactéries les plus dures à cuire, donc pourquoi pas des superbactéries multirésistantes aux antibiotiques« Il apparaît que la réponse est "non" », déclare dans un communiqué Erica Hartmann, de l'université Northwestern, États-Unis, qui avec ses collègues a comparé le génome des bactéries de l'ISS et celui de leurs homologues terrestres afin de mieux évaluer les risques sanitaires qu'elles représentent.

Le staphylocoque doré de l'espace veut juste survivre

Dans le cadre de cette étude parue dans le journal mSystems, les chercheurs ont conduit une méta-analyse sur deux bactéries, le staphylocoque doré (Staphylococcus aureus) et Bacillus cereus. Le premier, que l'on retrouve communément sur la peau humaine, est considéré par l'OMS comme un des six pathogènes les plus préoccupants. Rappelons en effet qu'une de ses souches, le SARM, est devenue résistante à la méticilline. Nettement moins pathogènes, les bactéries B. cereus vivent dans le sol.

Staphylocoque doré résistant à la méticilline (SARM, ou MRSA en anglais) vu au microscope électronique. © National Institute of Allergy and Infectious Diseases (NIAID), Wikimedia Commons, CC by 2.0

Sur les 189 génomes analysés, disponibles dans la banque de données GenBank, 106 provenaient de souches de staphylocoque doré et 83 de B. cereus. Les souches ont été prélevées dans divers environnements, à savoir le sol, l'ISS, les véhicules spatiaux ou encore sur la peau des astronautes avant leur départ pour la Station.

Pas d'impact sur l'antibiorésistance ou la virulence.

Les chercheurs ont constaté l'existence de nombreuses variations dans le génome des bactéries isolées de l'ISS par rapport à celui des souches vivant dans leur milieu habituel sur Terre, dans le sol ou sur la peau. Cependant, les différences observées (échanges, mutations, présence ou absence de gènes) étaient liées au métabolisme des bactéries, à leur réponse au stress et à d'autres fonctions vitales (croissance, alimentation), mais pas directement à leur pouvoir pathogène.

« Nous n'avons rien vu de spécial concernant la résistance aux antibiotiques ou la virulence des bactéries de l'ISS », affirme Ryan Blaustein, premier auteur de l'étude. « Il semble qu'elles s'adaptent pour survivre, mais pas qu'elles évoluent pour déclencher des maladies. »

  • Une étude sur le génome de deux bactéries isolées sur l'ISS, le staphylocoque doré et Bacillus cereus, montre qu'elles ont évolué pour survivre aux conditions extrêmes de l'espace, mais pas pour devenir des superbactéries résistantes aux antibiotiques.
Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi

Le staphylocoque doré, une bactérie redoutable  Les bactéries sont les plus petites formes de vie sur Terre. Parmi elles, évolue le staphylocoque doré, qui peut devenir un dangereux pathogène lorsqu'il pénètre nos barrières de défense. L'Institut Pasteur nous explique au cours de cette vidéo comment la recherche pourrait en venir à bout.