Selon des médecins, La Joconde devrait son sourire et ses traits énigmatiques à une maladie de la glande thyroïde. © Wikimedia Commons, DP

Sciences

Le mystère du sourire de la Joconde expliqué... par une maladie

ActualitéClassé sous :histoire , maladie , La Joconde

L'étrange sourire de La Joconde trouve une triste explication. Les imperfections relevées sur son portrait ont poussé des médecins à faire un diagnostic sévère : elle souffrirait d'une maladie de la thyroïde. Cette affection, qui vient « noircir le tableau », l'a pourtant rendue célèbre en lui donnant son expression si mystérieuse.

La Joconde est malade. Voilà ce qu'a pensé Mandeep Mehra, directeur médical au Brigham and Women's Hospital et professeur à la Harvard Medical School, en voyant la pièce maîtresse du musée du Louvre. Les petites imperfections de Mona Lisa n'ont pas échappé à son regard expert, ni à celui de sa collègue Hilary Campbell, de l'université de Californie à Santa Barbara. Ils dévoilent dans une publication, parue dans le journal Mayo Clinic Proceedings, que la femme au célèbre sourire présenterait des symptômes d'hypothyroïdie.

C'est grâce au talent et à l'attention aux détails du peintre, Léonard de Vinci, également savant et anatomiste, que Mandeep Mehra et sa coauteure ont pu déceler les signes subtils de cette maladie de la glande thyroïde, qui se caractérise par une insuffisance de production d'hormones. Ils relèvent la teinte jaunâtre de la peau, le visage légèrement gonflé, la chevelure clairsemée et le front haut, la rareté des poils et la quasi-absence de sourcils, ainsi que la présence de plusieurs grosseurs sur son visage et son corps, près de son œil gauche, sur sa main droite et au niveau de sa gorge : il pourrait s'agir d'un goitre, une affection courante se traduisant par une augmentation du volume de la glande thyroïde.

La Joconde présente plusieurs anomalies cutanées. L’une située à la commissure de l’œil gauche, du côté du nez, correspond typiquement à une pathologie nommée xanthelesma, un dépôt lipidique apparaissant généralement au niveau de la paupière et de l’angle nasal. On peut observer également une protubérance sur le dos de la main droite, au-dessus de l’index que les médecins identifient comme étant un lipome ou bien un xanthome : ce sont deux types de tumeurs bénignes constituées de cellules graisseuses. © Wikimedia Commons, DP

Mona Lisa souffrirait d’une hypothyroïdie post-grossesse

Mandeep Mehra et Hilary Campbell ne sont pas les premiers à repérer les imperfections de La Joconde, loin de là. En 2004, des médecins ont vu dans les grosseurs sur sa main et au coin de son œil, notamment, les caractéristiques de troubles lipidiques. Ils ont proposé un diagnostic différent, estimant qu'elle serait atteinte d'une hyperlipidémie (excès de graisses dans le sang) familiale, doublée d'une athérosclérose, une maladie cardiovasculaire qui aurait entraîné une mort prématurée. Son sourire en coin a été attribué à une paralysie faciale de Bell.

Dans leur récente publication, Mandeep Mehra et sa collègue soulignent que cette conclusion est erronée : Lisa Gherardini, la femme dans le portrait, a vécu jusqu'à 63 ans. Par ailleurs, une paralysie faciale aurait dû déformer toute une moitié de son visage, pas seulement sa bouche. Les chercheurs privilégient la piste d'une hypothyroïdie avancée, dont les symptômes visibles incluent un teint jaune, la rareté des poils et des anomalies cutanées.

La maladie se traduit également par un ralentissement du métabolisme, un état dépressif et le gonflement du visage, ce qui expliquerait pourquoi elle ne sourit pas pleinement. « Son mystérieux sourire pourrait être la manifestation d'un ralentissement psychomoteur et d'une faiblesse musculaire », proposent ainsi les auteurs dans leur article.

Pour appuyer leur diagnostic, ils se sont penchés sur la vie de Lisa Gherardini. Ils estiment qu'il s'agirait d'une inflammation de la thyroïde après la grossesse, un mal affectant environ 5 % des femmes dans l'année qui suit l'accouchement. Effectivement, le portrait aurait été peint à partir de 1503, quelques mois après que Lisa Gherardini ait donné naissance à un enfant.

La maladie s'expliquerait aussi par ses conditions de vie. Après avoir consulté les archives de l'époque, les médecins ont déterminé que l'hypothyroïdie était courante au sein de la population italienne, en raison d'un régime alimentaire pauvre en iode favorisant le développement de goitre. Ils soulignent d'ailleurs que des personnes atteintes de maladies de la thyroïde sont souvent représentées dans les œuvres d'art de la Renaissance italienne.

Un argument de plus en la faveur du diagnostic des médecins : les goitres, symptômes d’une maladie de la thyroïde, sont souvent représentés dans les peintures de l’époque, comme ici dans Le Crucifiement de saint André (1607) par Caravage. On peut en effet remarquer une protubérance au niveau de la gorge de la femme en bas à gauche. © Wikimedia Commons, DP

Les auteurs admettent toutefois que leur diagnostic est à prendre avec précaution, car ce qu'ils identifient comme des symptômes pourrait s'expliquer différemment : l'absence de sourcils serait une épilation volontaire, le teint jaune un vieillissement naturel du vernis du tableau... « La vérité peut être autre part », tempèrent-ils, mais ils estiment que leur conclusion reste la plus satisfaisante d'un point de vue clinique. « L'énigme de Mona Lisa peut être résolue par le simple diagnostic médical d'une maladie liée à l'hypothyroïdie », affirment les auteurs dans leur publication.

  • Les traits énigmatiques de La Joconde seraient en fait les symptômes d’une maladie, d’après des médecins.
  • Ils estiment qu’elle souffrirait d’hypothyroïdie, un mal caractérisé par une production d’hormones insuffisante par la glande thyroïde.
Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi

Léonard De Vinci, l'homme qui voulait tout savoir  Esprit universel né trop tôt pour pouvoir exploiter son génie dans toute sa mesure, Léonard de Vinci est un mythe dont certaines prouesses sont encore mal connues du grand public.