Ce cliché du système Terre-Lune est un des plus beaux acquis par un engin spatial. Nous le devons à Chang'e 5-T1, une sonde chinoise. Il nous montre la Lune sous un angle que nous, Terriens, n'avons pas l'habitude de voir, avec une partie de la face cachée. Un œil exercé reconnaîtra bon nombre des cratères d'impact, dont Tycho (le point lumineux à gauche). © CNSA

Sciences

Un étonnant cliché du système Terre-Lune

ActualitéClassé sous :exploration lunaire , Chang'e , retour d'échantillons

-

La Chine a pour habitude de publier des clichés spatiaux d'une qualité toute relative. Cette fois, les astronomes chinois ont dû en surprendre plus d'un avec ce superbe cliché du système Terre-Lune. Il a été enregistré ce lundi par la caméra placée à bord de la sonde Chang'e 5 T1 dont le principal objectif est de tester une capsule de rentrée atmosphérique, laquelle pourrait servir autant à rapporter des échantillons lunaires que ramener des taïkonautes.

Lancée avec succès le 23 octobre par un lanceur Longue Marche 3C, depuis le centre spatial de Xichang, la sonde Chang’e 5-T1 a rejoint la Lune, quatre jours après son décollage. Construite par China Aerospace Science and Technology Corporation, cette sonde ne s'est pas mise en orbite autour du satellite car ce n'était pas le but de la mission. Après avoir réalisé presque un tour complet, la sonde a débuté son voyage de retour sur Terre, prévu le 31 octobre.

Depuis son lancement, Chang'e 5-T1 évolue sur une trajectoire fortement elliptique dont le périgée est de 209 kilomètres et l'apogée de 380.000 kilomètres. À l'aller, alors en route vers la Lune, quelques corrections de trajectoire ont été nécessaires, qui le seront également au retour. Pour les contrôleurs au sol, il s'agit d'affiner au mieux la trajectoire de la sonde afin de cibler précisément le corridor de rentrée choisi pour atteindre le site d'atterrissage, vraisemblablement celui qu'utilisent les taïkonautes à bord de leur capsule Shenzhou.

Schéma de la technique de rentrée atmosphérique que doit utiliser la capsule de retour Chang'e 5-T1. © DR

Les choses sérieuses vont débuter

Le principal objectif de cette mission n'est pas de tourner autour de la Lune mais de revenir sur Terre et s'y poser. En effet, la Chine maîtrise le retour depuis l'orbite basse, mais pas encore celui de missions habitées ou d'échantillons lunaires qu'elle a en projet et qui demande des compétences techniques très supérieures.Tout l'intérêt de cette mission tient à ce que la capsule de retour effectue une rentrée atmosphérique avec une vitesse et une trajectoire correspondant à celles de la mission de retour d’échantillons lunaires que prévoit de réaliser la Chine à partir de 2017 (Chang'e 5 et 6). C'est donc une répétition générale qui se déroule en ce moment même.

La vitesse de rentrée sera de l'ordre de 11,7 kilomètres par seconde (km/s), une vitesse typique d'un retour d'une mission lunaire et supérieure de 5 km/s à celle d'un retour d'orbite basse (7,7 km/s). À cette vitesse, la capsule de rentrée devra dissiper un peu plus de deux fois la chaleur générée par l'énergie cinétique que lors d'une rentrée de retour d'orbite basse.

Pour la rentrée de l'engin dans l'atmosphère, les Chinois utiliseront la technique dite du rebond atmosphérique (skip reentry), qui consiste à rentrer une première fois dans l'atmosphère pour ralentir puis effectuer une sorte de saut au-dessus de la couche atmosphérique avant de faire une nouvelle rentrée, la bonne cette fois-ci. Cette technique, que personne d'autre n'utilise plus aujourd'hui, a comme principaux avantages de dissiper la chaleur en deux phases et d'être moins violente pour la capsule.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi