Vue d'artiste des lignes de champ magnétique produites par un magnétar. © ESA
Sciences

Cette étoile est morte il y a seulement 240 ans

ActualitéClassé sous :Etoile à Neutrons , formation magnétar , origine magnétar

Un ensemble de télescopes spatiaux de la Nasa et de l'ESA a étudié le plus jeune magnétar jamais observé. L'astre pourrait en apprendre plus aux chercheurs sur ces étoiles à neutrons particulièrement intenses.

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Survolez le pôle nord de Mars  Cette superbe animation simule un survol du pôle nord de Mars grâce aux images de la caméra stéréoscopique HRSC, installée sur Mars Express, en orbite autour de la Planète rouge depuis décembre 2003. La forme en spirale de la calotte glaciaire, œuvre d'Éole, est entravée par l'énorme et sombre canyon Chasma Boreale, que l'on aperçoit au milieu de la vidéo. 

Les chercheurs de la Nasa et de l'ESA ont récemment eu l'opportunité d'étudier un objet cosmique aux propriétés étonnantes. Swift J1818.0-1607, situé dans la constellation du Sagittaire, est en effet le plus jeune magnétar jamais découvert par les astronomes. Si son âge de 240 ans est bien confirmé, cela signifie que l'étoile qui lui a donné naissance aurait explosé aux alentours de la Révolution française, de l'élection de George Washington, ou encore de la série d'éruptions du Vésuve survenue à la fin du XVIIIe siècle.

Plus intense qu'une étoile à neutrons

C'est suite à la production d'un intense sursaut de rayons X que Swift J1818.0-1607 a été détecté par les astronomes du Neil Gehrels Swift Observatory. Des analyses menées par l'observatoire XMM-Newton et le télescope NuSTAR de la Nasa ont permis d'en apprendre plus sur ce voisin démonstratif, révélant alors son âge. Né de l'explosion d'une étoile, le magnétar est une étoile à neutrons dont le champ magnétique extrêmement intense (1.000 fois plus fort que celui d'une étoile à neutrons classique) émet des radiations électromagnétiques de haute énergie.

Les chercheurs n'auraient jusqu'à présent identifié que 31 magnétars, contre plus de 3.000 étoiles à neutrons. « Peut-être que si nous comprenions l'histoire de la formation de ces objets, nous comprendrions pourquoi il y a une telle différence entre le nombre de magnétars que nous avons trouvés et le nombre total d'étoiles à neutrons connues », explique Nanda Rea, chercheuse à l'Institut des sciences spatiales de Barcelone.

XMM-Newton, l'un des télescopes ayant participé à l'analyse de Swift J1818.0-1607. © ESA, D. Ducros

Une opportunité unique

Les magnétars sont des objets particulièrement violents et dont les scientifiques pensent qu'ils seraient au plus haut de leur activité dans leurs jeunes années. La récente découverte de Rea et de son équipe leur fournit donc une opportunité unique pour étudier les processus à l'œuvre dans la production des intenses sursauts qui les caractérisent. « Cet objet nous montre la vie d'un magnétar dans une phase plus précoce que celles que nous avions précédemment observées, très peu de temps après sa formation », note la chercheuse.

Victoria Kaspi, directrice du McGill Space Institute de l'université McGill, ajoute : « Ce qui est extraordinaire avec [les magnétars], c'est qu'ils forment une population très diverse. [...] Chaque fois que vous en découvrez un, il vous livre une histoire différente. Ils sont très étranges et très rares, et je ne crois pas que nous ayons encore eu un aperçu de l'ensemble des possibilités ». Les conditions caractérisant les étoiles à neutrons (dont les magnétars) ne pouvant être recréées sur Terre, l'observation est actuellement le seul moyen à disposition pour mieux comprendre leur fonctionnement. Les scientifiques devront donc profiter au maximum du sursaut qui anime actuellement Swift J1818.0-1607, avant que celui-ci ne se résorbe au cours des mois ou années à venir. 

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !