Alors que de plus en plus de travaux laissaient entendre que la civilisation Maya avait pu s’effondrer sous les coups de sécheresses à répétition, des chercheurs de l’université de Californie à Riverside (UCR, États-Unis) avancent aujourd’hui qu’il n’en a probablement rien été. © jdross75, Adobe Stock
Sciences

Les leçons des Mayas pour survivre aux sécheresses

ActualitéClassé sous :Civilisation maya , plante , Famine

Et si la civilisation maya ne s'était finalement pas effondrée sous le coup de sécheresses à répétition ? C'est la question que posent aujourd'hui des chercheurs. Ils ont en effet découvert que les Mayas cultivaient de nombreuses plantes particulièrement résilientes. De quoi leur éviter les désagréments de la famine.

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Notre agriculture bientôt affectée par le réchauffement climatique  Certains des effets du réchauffement climatique se font d’ores et déjà ressentir. D’autres sont encore à venir. Les rendements de certaines cultures pourraient ainsi baisser de manière tangible dès 2030 sous l’effet de la hausse des températures, de variations dans le régime des précipitations et de fortes teneurs en dioxyde de carbone (CO2) dans l’atmosphère. C’est la conclusion de chercheurs qui ont travaillé sur les modèles climatiques et de cultures les plus performants du moment. Les rendements du maïs, par exemple, pourraient fortement diminuer. (en anglais) © Nasa Goddard 

Des périodes de sécheresse prolongées ou à répétition peuvent être à l'origine d'épisodes de famines parfois sévères. Et c'est ainsi que les chercheurs pensent que la civilisation maya s'est brutalement effondrée il y a environ 1.000 ans. Mais de nouveaux travaux menés à l’université de Californie à Riverside (UCR, États-Unis) jettent aujourd'hui le doute sur ce scénario.

Les chercheurs ne remettent pas en cause l'occurrence d'une série de sécheresses sur la péninsule du Yucatan à la fin du IXe siècle. Juste au moment où les cités mayas ont commencé à se dépeupler. Ils soulignent en revanche que, contrairement à ce qui était jusqu'alors communément admis, les Mayas ne comptaient pas, pour leur alimentation, que sur des cultures sensibles à la sécheresse.

De la variété pour survivre aux changements climatiques

Selon cette nouvelle étude, les Mayas disposaient de près de 500 plantes comestibles « dont 59 au moins auraient pu résister à la situation de sécheresse la plus extrême, commente Louis Santiago, physiologiste des plantes à l'UCR, dans un communiquéEt rien ne prouve que de telles sécheresses aient même frappé la région à cette époque. »

Parmi les alliées essentielles des Mayas, des plantes comme le manioc et le chaya, riches en protéines et en glucides. En fer, en potassium et en calcium aussi. Ainsi, « l'explication de la sécheresse conduisant à l'effondrement de l'agriculture est probablement trop simpliste ». Et ces travaux soulignent une fois de plus l'importance d'exploiter une grande variété de plantes, notamment de plantes résilientes, pour qui espère survire à la sécheresse. Ou à un changement climatique...

---

Découvrez Fil de Science ! Chaque vendredi, dès 18h30, suivez le résumé des actualités scientifiques de la semaine, décryptées pour vous par les journalistes de Futura.

---

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !