Le concept Flying-V soutenu par KLM est une aile volante dont l’envergure et la capacité d’emport ne diffère pas d'un A350-900 actuel. © KLM

Sciences

Avec KLM, on pourra bientôt s'asseoir dans les ailes

ActualitéClassé sous :avion , KLM , compagnie aérienne

Soutenu par KLM, un chercheur vient de dévoiler un concept d'aile volante destinée à remplacer l'architecture actuelle des avions de ligne. La capacité d'emport serait la même avec une consommation de carburant réduite de 20 %.

L'aviation commerciale est accusée de contribuer aux émissions de CO2 à hauteur de 2 à 3 % sur la Planète. Les progrès ont pourtant été importants avec des consommations de carburant réduites grâce aux améliorations apportées par les motoristes, l'utilisation de matériaux plus légers ou encore l'impression 3D. La marche du progrès suit son cours et le secteur de l'aviation cherche constamment à optimiser encore et toujours le rendement des vols, ne serait-ce que par rapport aux économies réalisées par les principaux acheteurs d'appareils : les compagnies aériennes.

Justement, la compagnie KLM soutient les innovations en la matière et notamment un projet d'aile volante. Le Flying-V a été conçu par Justus Benad, un ancien étudiant de l'Université technique de Berlin qui a poursuivi le développement de cet avion auprès de l'Université de Technologie de Delft aux Pays-Bas (TU Delft).

20 % de consommation en moins qu’un A350-900

Selon l'auteur de ce concept, l'appareil pourrait transporter 314 passagers, soit à peu près autant qu'un A350-900, et il reprendrait son envergure de 65 mètres. Mais surtout, il consommerait 20 % de carburant en moins que l'Airbus de référence. Le concept d'aile volante n'est pas nouveau, toutefois sur les modèles envisagés pour alléger la structure de l'avion, il n'y a habituellement pas de hublot. Une absence impensable pour les compagnies aériennes.

Dans le cas du Flying-V, ceux-ci sont présents sur le bord d'attaque de l'aile volante et les passagers se retrouveraient tous face à l'horizon. Selon KLM, un tel design d'appareil pourrait être mis en service entre 2040 et 2050. Les premiers tests virtuels de cette architecture devraient être entrepris à partir de septembre et une maquette volante devrait voler au cours de l'année. Reste à savoir si, à l'horizon 2040, les premiers avions commerciaux hybrides ou électriques viendront amoindrir encore l'impact écologique des vols.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !