Séparation d'un étage supérieur d'avec un lanceur réutilisable à moteur Sabre. © Reaction Engines Ltd

Sciences

Boeing : bientôt un avion hypersonique ?

ActualitéClassé sous :avion , véhicules hypersoniques , moteur Sabre

Boeing, qui travaille depuis deux décennies sur la propulsion hypersonique, veut accélérer le développement de certains projets, notamment un avion militaire, présenté en début d'année, et un avion spatial réutilisable. Elle vient d'acquérir une participation minoritaire dans la firme britannique Reaction Engines, spécialisée dans le domaine.

Boeing HorizonX Ventures vient de prendre une participation minoritaire dans Reaction Engines Limited. Cette firme britannique est un des leaders mondiaux dans le domaine de la propulsion spatiale et des systèmes de propulsion avancés. Elle développe notamment l'avion spatial réutilisable Skylon et le moteur Sabre, fonctionnant à des vitesses hypersoniques et dont les combustibles seraient l'oxygène de l'air et l'hydrogène.

Ces deux développements expliquent notamment l'intérêt de Boeing qui, face à des projets similaires et concurrents de véhicules commerciaux terrestres et d'accès à l'espace, souhaite conserver son avantage technologique sur ses concurrents. Comme nous l'explique Megan Hilfer, la porte-parole de Boeing, « cette technologie dans les moteurs à réaction peut contribuer à la prochaine génération de véhicules hypersoniques aériens et d'accès à l'espace ».

Boeing souhaite donc pour ses programmes hypersoniques « tirer parti des dernières avancées technologiques réalisées par Reaction Engines ». Ses ingénieurs ont notamment développé des échangeurs de chaleur évitant aux composants du moteur de surchauffer à haute vitesse. Ils ont aussi trouvé une solution pour refroidir un flux d'air de 1.000 °C à -150 °C en un centième de seconde et sans aucune formation de glace.

Le projet d'avion spatial Skylon propulsé par un moteur hypersonique Sabre. © ESA, Reaction Engines

Le vol hypersonique est toujours un défi

Cet intérêt pour ce type de propulsion n'est pas nouveau pour Boeing qui « mène des études de conception de véhicules hypersoniques depuis plus de deux décennies », dans des domaines hypersoniques aussi variés que « les missiles, les avions miliaires, commerciaux et spatiaux ». Ces travaux et la veille technologique que réalise la firme américaine pourraient lui fournir un avantage significatif « si devaient émerger des marchés commerciaux pour ce type de véhicules hypersoniques spatiaux ou aériens », mais aussi répondre à des besoins militaires pour le gouvernement américain, inquiet des avancées russes et chinoises dans le domaine des missiles hypersoniques.

Quant aux défis techniques, ils sont encore nombreux. Aux vitesses hypersoniques, supérieures à Mach 5, la chaleur importante causée par friction de l'air sur le véhicule impose l'utilisation de matériaux résistant à des températures très élevées, de plus de 1.000 °C, et des structures à la fois légères et qui ne se détériorent pas dans le temps. L'intégration des moteurs n'est pas une mince affaire non plus. Globalement, l'enveloppe de vol, exigeant des performances hors normes, exacerbe le défi de la conception d'un véhicule hypersonique, qu'il soit aérien ou spatial.

  • La maîtrise de la propulsion hypersonique est un enjeu de supériorité militaire et économique pour des véhicules aériens et spatiaux.
  • Boeing veut tirer parti des avancées de Reaction Engines dans la propulsion hypersonique.
  • Boeing pourrait développer des véhicules aériens de transport de point à point si le business modèle est économiquement viable.
Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi

Revivez le lancement de l’IXV, la mini navette de l’Esa  Le test du démonstrateur de rentrée atmosphérique de l’Esa s’est déroulé avec succès. Hormis un léger retard, le lanceur Vega a pu décoller comme prévu. Revivez en vidéo cet événement marquant de l’aérospatiale européenne.