Deux astronomes affirment qu’une planète énorme inconnue tourne très loin autour de notre Soleil. Baptisée Tyché, elle serait située au niveau du nuage d’Oort, celui des comètes lointaines, qui seraient perturbées par sa masse imposante. Mais les preuves sont maigres et des astronomes parlent même de simple buzz.
Cela vous intéressera aussi

John Matese et Daniel Whitmire (University of Lousiana-Lafayette, États-Unis) récidivent. Comme ils l'avançaient déjà en 1999, les anomaliesanomalies des orbitesorbites des comètescomètes nous venant des confins du Système solaireSystème solaire, en l'occurrence le nuage d'Oortnuage d'Oort, trahiraient l'existence d'une planète inconnue. Ils lui ont même donné un nom : Tyché, du nom d'une divinité grecque.

Elle a tout pour surprendre. D'abord, sa masse : entre une et quatre fois celle de JupiterJupiter. Ensuite, sa distance : un quart d'année-lumièreannée-lumière du SoleilSoleil. Elle orbite dans cette  région lointaine, le nuage d'Oort, où se croisent des milliards d'objets. Elle est donc plus de 300 fois plus distante du Soleil que PlutonPluton. Chez elle, l'année durerait 1,8 million d'années.

À confirmer

Pourquoi ne l'a-t-on jamais vue ? Parce qu'elle est très éloignée de la TerreTerre et que sa luminositéluminosité est donc très faible tandis que son mouvement apparentmouvement apparent dans notre ciel est également très faible.

Le moins que l'on puisse dire est que la conclusion ne fait pas l'unanimité. Après l'annonce de la découverte par le magazine britannique The Independent, la mission Wise, c'est-à-dire l'équipe réunie autour du télescopetélescope Wise, dont les observations pourraient permettre de confirmer l'hypothèse de John Matese et Daniel Whitmire, s'est empressée de poster un démenti catégorique sur sa page Facebook (« a lot of buzz », « un gros buzz ».

D'après cette équipe, le dépouillement des données de Wise devra se poursuivre encore deux ans pour confirmer éventuellement la découverte. Daniel Whitmire lui-même affirme qu'il faudra attendre mi-2013. Un peu de patience, donc, pour avoir la fin de cette belle histoire.