Sciences

Partez à la chasse aux disques protoplanétaires avec Wise

ActualitéClassé sous :Astronomie , planète extrasolaire , disque protoplanétaire

Comment le Système solaire et ses planètes sont-ils nés ? Pour le savoir, il est utile de découvrir un grand nombre de disques protoplanétaires et de disques de débris, et pas seulement d'explorer les archives de la ceinture d'astéroïdes et des comètes. Vous pouvez aider les astronomes à découvrir des disques circumstellaires en allant sur le site Disk Detective.

Ces photos réalisées par Hubble dans le visible montrent 30 disques protoplanétaires dans la nébuleuse d'Orion. C'est à la chasse à de tels disques que les astronomes invitent maintenant les internautes du village global. Les images où ils se trouvent peut-être ont été prises dans l'infrarouge avec Wise et 2MASS. © Nasa, Esa, Luca Ricci (Eso)

Voilà seulement 20 ans, il aurait fallu être un astronome professionnel pour participer au recensement des galaxies spirales et elliptiques, découvrir des trous noirs supermassifs et partir à la chasse aux exoplanètes. Ce n'est plus le cas depuis quelques années grâce à Zooniverse. Constatant la supériorité du cerveau humain par rapport à l'ordinateur lorsqu'il s'agit de dépouiller des images à la recherche de structures caractéristiques, les chercheurs ont fait appel aux internautes du village global. Ceux-ci les aident à exploiter les flots d'informations fournies par les télescopes et les instruments modernes embarqués à bord de satellites comme Kepler ou Wise (Wide-Field Infrared Survey Explorer).

Ils sont maintenant invités à une nouvelle aventure, qui n'est pas sans rappeler celle du projet Galaxy Zoo. Il s'agit aujourd'hui de partir à la chasse aux disques associés à la formation des planètes, et le site où vous pouvez vous embarquer dans cette quête depuis le 30 janvier 2014 s'appelle Disk Detective. Le but est d'identifier aussi bien des disques protoplanétaires que des disques de débris. Les premiers se rencontrent autour des toutes jeunes étoiles. Ils contiennent beaucoup de gaz et de poussières et ne durent qu'environ dix millions d'années tout au plus. Ce sont dans ces disques que prennent naissance les planètes. Ils laissent ensuite derrière eux ce que l'on appelle des disques de débris une fois que le gaz a disparu. Notre propre Système solaire en possède plusieurs, à savoir la ceinture de Kuiper et la ceinture principale d’astéroïdes. Ils sont cependant moins riches en poussières que les jeunes disques déjà observés autour d'étoiles comme Bêta Pictoris ou Fomalhaut.

Capture d'écran du site Disk Detective. En bas se trouve un curseur pour faire varier la longueur d'onde à laquelle l'image supérieure a été prise. Le candidat au titre de disque circumstellaire se trouve dans le cercle rouge. Selon ce qui apparaîtra aux diverses longueurs d'onde, l'internaute cliquera sur l'un des choix présentés en colonne à droite. © astrobites

Les disques circumstellaires, des cibles pour Hubble et James Webb

Les détectives partant à la chasse aux disques circumstellaires qui ne sont pas encore sur le catalogue qui leur est dédié auront à compulser des images prises dans l'infrarouge à diverses longueurs d'onde par le Two Micron All Sky Survey (2MASS) et Wise ainsi que dans le visible dans le cadre du Second-Generation Digital Sky Survey (DSS2). Les astronomes vont soumettre à la sagacité des Sherlock Holmes du ciel environ 539.000 clichés, qui devraient être examinés par au moins dix utilisateurs. La tâche n'est pas difficile. Il suffit de faire varier la longueur d'onde à laquelle un objet est examiné sur un des clichés. Si l'objet est rond et reste au centre de l'image à toutes les longueurs d'onde, l'utilisateur le signale alors comme un bon candidat au titre de disque circumstellaire. Dans le cas contraire, si l'objet se révèle allongé ou de forme bizarre, ou encore se déplace en sortant d'un cercle à différentes longueurs d'onde sur le cliché, l'utilisateur l'indique.

Les disques présumés seront ensuite examinés de plus près par les astronomes, qui décideront s'il faut ou non entreprendre de nouvelles observations pour confirmer l'existence de ces disques. Au final, les chercheurs espèrent découvrir plus de 370 nouveaux disques. Ils pourront alors faire des statistiques plus solides concernant les caractéristiques de ces disques. On peut bien sûr s'attendre à ce que certains soient étudiés avec Hubble et le télescope spatial James Webb, ou encore le Gemini Planet Imager (GPI), dans l'espoir d'y voir une exoplanète.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi