Sciences

Mars Odyssey va-t-il entendre la sonde Phoenix ?

ActualitéClassé sous :Astronomie , Astronautique , Mars Odyssey

Silencieuse depuis novembre 2008, la sonde martienne Phoenix a peut-être survécu au rude hiver martien. C'est en tout cas ce qu'espèrent les scientifiques américains qui utilisent l'orbiteur Mars Odyssey pour écouter d'éventuels signaux.

La glace fond autour de Phoenix, comme on peut le constater sur ces deux images prises par la sonde MRO (pour Mars Reconnaissance Orbiter), la première le 8 février 2010, la seconde 17 jours plus tard. Crédit Nasa/JPL/Caltech/University of Arizona

Après avoir atterri le 25 mai 2008 dans la région arctique martienne, la sonde américaine Phoenix avait fonctionné pendant cinq mois, délivrant une multitude d'images et d'informations sur son environnement. Chargée en particulier de démontrer la présence d'eau gelée dans cette région polaire, Phoenix n'avait eu qu'à regarder sous ses pieds pour en trouver, confirmant les données fournies en orbite par Mars Odyssey.

Grâce à son bras robotisé, la sonde Phoenix avait même creusé une tranchée pour y prélever le précieux matériau et l'analyser, y découvrant des traces de sel et de perchlorates. Même si la mission a pris fin au bout de cinq mois en novembre 2008 (elle était prévue au départ pour durer trois mois), les données recueillies par Phoenix mettront des années à être entièrement dépouillées, tant elles sont nombreuses et passionnantes.

C'est sous ses pieds que la sonde Phoenix a trouvé des plaques de glace dont elle a même pu analyser la composition grâce à son bras robotisé. Crédit Nasa

Un hiver martien redoutable

Si l'on peut s'étonner de la faible durée de la mission Phoenix, alors que six ans après leur atterrissage les robots Spirit et Opportunity sont toujours en action, c'est que ces rovers se déplacent aux environs de l'équateur martien, où les températures sont beaucoup plus clémentes. Pour Phoenix, les rigueurs permanentes de l'hiver polaire martien avec des températures toujours inférieures à -30° C nécessitaient une très grosse consommation d'énergie pour chauffer la sonde. Au plus fort de l'hiver martien les panneaux solaires n'ont plus été en mesure de fournir cette énergie et la sonde a cessé d'émettre à partir du 2 novembre 2008. Depuis elle a été plongé dans la nuit polaire martienne, avec des températures qui sont descendues jusqu'à -135° C et ont peut-être même brisé ses panneaux solaires !

L'espoir est donc mince qu'elle ait pu survivre à de telles conditions, mais les chercheurs veulent quand même profiter de l'approche du solstice d'été dans l'hémisphère nord de la Planète rouge et du réchauffement qui en découle pour tenter de renouer le contact avec Phoenix. Ils ont donc décidé d'utiliser l'orbiteur Mars Odyssey pour écouter d'éventuels signaux émis par la sonde si elle consent à sortir de son hibernation. Ce serait alors une renaissance après une grande période glacée, tout le contraire de l'oiseau mythologique qui pouvait renaître après s'être consumé. Les campagnes d'écoute menées ces trois derniers mois n'ont rien donné. Verdict définitif d'ici quelques jours...

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi