Sciences

Lancement réussi de la mission CoRoT : à la recherche d'exoplanètes

ActualitéClassé sous :Astronomie , corot , esa

L'observatoire spatial CoRoT (COnvection, ROtation & Transits planétaires) a décollé ce mercredi 27 décembre 2006 à 14h23 TU, emporté sous la coiffe d'une fusée Soyouz 2.1b depuis le cosmodrome de Baïkonour.

Le satellite sera placé sur une orbite polaire circulaire de 896 km inclinée à 90°, situation privilégiée qui lui permettra de scruter en continu un quelconque point du ciel durant 150 jours sans la moindre interruption, et surtout sans que celui-ci soit occulté par la masse de notre planète.

L'objectif poursuivi par CoRoT est d'effectuer des mesures photométriques d'une extrême précision et de longue durée d'étoiles susceptibles d'entraîner une ou plusieurs planètes. Celles-ci pourront être détectées par mesure de la valeur photométrique enregistrée, mettant en évidence la faible variation lumineuse provoquée par le passage du disque planétaire devant son soleil.

Transit d'une planète devant le disque de son étoile et diminution de luminosité qui en résulte en fonction du temps.

La précision attendue de cet instrument, équipé d'un télescope afocal de 27 cm de pupille et d'une caméra à large champ munie de quatre détecteurs CCD ultrasensibles, fait de CoRoT la première expérience spatiale capable de découvrir des planètes extrasolaires telluriques, c'est-à-dire des planètes composées de roches et de matière solide, à l'instar de notre Terre. De tels astres n'ont jusqu'à présent jamais été découverts avec certitude, car pour des raisons purement physiques, leur rayon ne peut dépasser 2,5 fois celui de la Terre, ce qui situe ces objets au-delà des possibilités d'observation ou de simple mise en évidence des moyens actuellement utilisés.

CoRoT devrait aussi permettre aux astrophysiciens d'augmenter considérablement la liste des planètes extrasolaires connues à ce jour, qui se chiffre à un peu plus de 220 objets, et ainsi de permettre d'en dresser des statistiques réellement significatives afin de mieux en déterminer les catégories, et par voie de conséquence, les processus de formation.

Après sa mise à poste définitive, CoRoT subira une phase de tests d'environ 2 mois, afin de vérifier le bon fonctionnement de tous ses instruments scientifiques et de procéder à un étalonnage précis. Les premiers résultats sont attendus au printemps 2007, avec l'observation des premières exoplanètes massives, de type joviennes. Pour la détection éventuelle de planètes telluriques, beaucoup moins massives et exigeant des durées d'observation plus importantes, il faudra encore patienter au minimum jusqu'à fin 2007.

CoRoT a été conduit sous maîtrise d'œuvre du CNES, en partenariat avec le CNRS, l'ESA, l'Autriche, la Belgique, l'Allemagne, l'Espagne et le Brésil.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi