Une équipe internationale comprenant des astronomes français (associés au CNRS), suisses, portugais et de l'ESO (European Southern Observatory) vient de détecter la moins massive des exo-planètes jamais observées. Cette planète a une masse équivalente à 14 fois celle de la Terre et tourne autour de l'étoile mu Arae en 9,5 jours. Les chercheurs ont utilisé le spectrographe HARPS (High Accuracy Radial velocity for Planetary Searcher) installé au foyer du télescope de 3,6 m de l'ESO à La Silla au Chili.
Cela vous intéressera aussi

L'étoileétoile mu Arae, comparable au SoleilSoleil et tout juste visible à l'œilœil nu, est située à 50 années-lumièreannées-lumière de nous. Une planète extrasolaireextrasolaire du type JupiterJupiter avait déjà été détectée, tournant autour de cette étoile en 650 jours. Comme la majorité des étoiles à planètes, mu Arae présente un excès en métauxmétaux dans sa composition chimique, qui semble lié à la présence de planètes.

L'équipe internationale d'astronomesastronomes a observé cette étoile en utilisant le spectrographespectrographe de nouvelle génération, HARPS, installé au foyerfoyer du télescopetélescope de 3,6 m de diamètre de l'ESOESO à La Silla au Chili. La méthode utilisée est celle de la détection par vitessevitesse radiale, méthode qui a permis de détecter la première planète extrasolaire avec le spectrographe Elodie à l'Observatoire de Haute-Provence.

Dans le cas de cette campagne avec HARPS, l'objectif préliminaire était une étude de la structure interne de l'étoile par astérosismologie afin de comprendre l'origine de son excès en métaux. Les données, une fois corrigées, de l'activité sismique de l'étoile, ont fait apparaître une variation des vitesses radiales avec une périodicité de 9,5 jours. A partir de ces données, les chercheurs ont pu déterminer la massemasse de l'objet tournant autour de l'étoile : 14 fois la masse de la TerreTerre. Cette masse est un peu plus petite que celle d'UranusUranus (la plus petite planètepetite planète géante du système solairesystème solaire : 14,5 fois la masse de la Terre) et c'est la première fois que l'on trouve une exoplanèteexoplanète d'une aussi petite masse.

Cette découverte est importante car la masse de cette planète la situe à la frontière séparant les planètes de type gazeux (planètes géantes) de celles de type tellurique comme la Terre. Avec la qualité du résultat ainsi obtenu et HARPS étant opérationnel depuis seulement un an, on peut envisager dans l'avenir la détection de planètes de type tellurique avec de courtes périodes orbitalespériodes orbitales.