Pour le tir VS07, Arianespace avait installé deux caméras sur le lanceur Soyouz qui ont filmé tout le vol, jusqu’à la séparation du satellite Sentinel 1A, premier élément du programme Copernicus d’étude et de surveillance de l’environnement.

Les amateurs de sports extrêmes ont pris l'habitude de fixer des caméras sur leur casque ou sur l'engin qu'ils chevauchent, ce qui nous vaut de spectaculaires vidéos. ArianespaceArianespace (chargé du lancement au Centre spatial guyanaisCentre spatial guyanais) et Roscosmos (l'agence spatiale russe) ont fait la même chose pour le lancement du satellite Sentinel 1A le 3 avril 2014. Sur le corps du lanceurlanceur ont été fixées quatre caméras, pilotées par une unité électronique installée en haut du lanceur. Ce système, baptisé Ocam-2 et conçu par l'entreprise allemande Kayser-Threde, a été développé pour les lancements d'Ariane 5Ariane 5, de SoyouzSoyouz et de VegaVega. L'instrument a déjà volé, pour filmer le lancement de l'ATV-4, et offre donc aujourd'hui les images du premier lancement de la longue série des satellites environnementaux du programme Copernicus.

La vidéo présente les moments clés du tir VS07, effectué depuis le Centre spatial guyanais. Elle commence avec le retrait (backing off) des bras VKM et KZM et l'allumage du premier étage quelques secondes plus tard. Vers 1 mn 40 s, on distingue bien l'infléchissement de la trajectoire puis le passage du mur du sonmur du son (transonic phase) à 1 mn 55 s sur la vidéo, soit à peu près 1 mn 49 s après le décollage. Environ 30 s plus tard, les quatre boostersboosters (qui constituent le premier étage du lanceur) s'éteignent et se séparent.

La caméra installée à l'intérieur, à côté du satellite, montre ensuite la séparationséparation de la coiffe. Le lanceur est alors hors de l'atmosphèreatmosphère et n'a plus besoin d'être aérodynamique. La rotondité de la TerreTerre devient bien visible. Le propulseurpropulseur central (le deuxième étage) est ensuite largué (3 mn 16 s sur la vidéo) et le troisième étage est allumé alors que s'échappent des capots intermédiaires. On voit ensuite de l'intérieur la séparation de ce troisième étage et l'allumage de l'étage supérieur Fregat (engine ignition). Vers 3 mn 56 s, on assiste à la séparation du satellite Sentinel 1A, qui a eu lieu 23 mn 24 s après le décollage (on peut voir les secondes écoulées depuis le décollage « H0 » en bas à droite). Les temps sont ceux qui avaient été prévus, le tir a donc été « nominal » comme aiment à dire les spécialistes d'astronautiqueastronautique. Sentinel 1A, avec ses structures déployables (antennes et panneaux solaires) encore repliées, s'éloigne de l'étage Fregat qui devra allumer une nouvelle fois son propulseur pour accélérer vers la Terre et se consumer dans l'atmosphère.