Ryugu vu par la sonde Hayabusa-2 de la Jaxa. © Jaxa

Sciences

Surprise : l’astéroïde Ryugu est un tas de débris très secs

ActualitéClassé sous :astéroïdes , hayabusa-2 , Mascot

Quelle sorte d'astéroïde est Ryugu ? Quelle est son histoire ? La sonde Hayabusa-2, qui l'espionne sur place depuis déjà huit mois, a fait quelques découvertes surprenantes. L'astre, très sombre, est plutôt jeune et plus déshydraté que prévu. Par ailleurs, les astronomes ont sans doute retrouvé ses parents.

Dans la mythologie japonaise, Ryūgū-jō est le palais sous-marin du dieu dragon Ryūjin. Un palais que le pêcheur Urashima Tarō a eu le privilège de visiter en remerciement pour le sauvetage d'une tortue. Celle-ci, devenue princesse, lui fit cadeau d'un magnifique coffret orné de joyaux avant son départ pour retrouver les siens. Un coffret qu'il ne devait jamais ouvrir...

La sonde japonaise Hayabusa-2, qui accompagne l’astéroïde 162173 Ryugu sur son orbite depuis juin 2018, va justement, elle aussi, revenir de sa mission avec un trésor dans les mains, un cadeau que les scientifiques sur Terre comptent bien ouvrir : des échantillons de la surface du géocroiseur (il faudra patienter fin 2020). Après une première collecte réussie (la quantité n'est pas connue, ce sera la surprise), la sonde spatiale devrait saisir une nouvelle poignée de régolithe, le 5 avril prochain, cette fois après avoir tiré un projectile de 2,5 kg sur la surface. Une cargaison précieuse pour les astronomes qu'on imagine impatients de l'étudier. C'est « un cadeau souvenir » de l'astéroïde.

En vidéo, le prélèvement réussi d’échantillons à la surface de l’astéroïde Ryugu, le 22 février 2019. © Jaxa

Ryugu descendrait d’astéroïdes brisés par des collisions

À quelques centaines de millions de kilomètres de là, un autre géocroiseur est scruté de très près par une sonde spatiale : Bennu (ou Bennou). En apparence, les deux astéroïdes se ressemblent beaucoup : ils ont plus ou moins la même forme de toupie et sont couverts tous deux de millions de cailloux de toutes tailles (ce qui n'est pas sans poser des problèmes pour prélever des échantillons). Autres points communs établis récemment par les chercheurs et présentés lors des Lunar and Planetary Science Conference qui se sont déroulées la semaine dernière au Texas : ce sont des corps crevassés et constitués de débris liés ensemble par la gravité. Peu denses, ils sont plein de vides à l'intérieur.

Mais il y aussi beaucoup de différences : Ryugu se distingue de Bennu par la taille (environ 900 mètres), son origine et son âge. Les premiers résultats des observations d'Hayabusa-2 suggèrent en effet que l'astéroïde n'a pas plus de 100 millions d'années, ce qui, à l'échelle géologique, est récent. Ryugu est aussi un des objets les plus sombres connus du Système solaire. Son albédo très bas et sa teinte caractéristique ont par ailleurs permis au planétologue Seiji Sugita, de l'université de Tokyo, et son équipe de relier son origine soit à la famille de 1112 Polona (55 kilomètres de diamètre), soit à celle de 495 Eulalia (37 kilomètres de diamètre) - ces deux possibles corps-parents, victimes de collisions destructrices, se sont formés, eux, voici 4,56 milliards d'années. Pour le membre de l'équipe scientifique de la mission et coauteur de deux des trois études parues dans Science, la probabilité que Ryugu se soit formé à partir des restes de l'un de ces deux objets de la ceinture principale d'astéroïdes est élevée : entre 80 et 90 %.

Image en fausse couleur. Ryugu apparaît plus déshydraté que prévu, à la surprise des chercheurs. © 2019 Seiji Sugita et al., Science

Surprise : Ryugu est très sec !

Leurs recherches ont montré aussi qu'il y a sur Ryugu une abondance de minéraux hydratés hérités du corps-parent. Mais bizarrement, et à la différence de Bennu, Ryugu apparaît très sec. « Nos observations de Ryugu suggèrent fortement que l'abondance de matériaux hydratés (et de matières organiques) sur les astéroïdes est contrôlée par la déshydratation due à la chaleur radiogénique à ses débuts », a expliqué Kohei Kitazato, de l'université d'Aizu à Fukushima. La question est importante car « cela pourrait avoir influencé la quantité d'eau et de matières organiques que la Terre a reçu de la ceinture d'astéroïdes, au moment de l'apparition de la vie ». Mieux comprendre l'origine de l'eau sur Terre, et donc celle de la vie, est l'un des grands enjeux de l'exploration spatiale de fossiles de la formation du Système solaire tels que Bennu et Ryugu.

C’est là, dans la région S01 (éclipse jaune) que devrait tirer le projectile qui formera un cratère sur Ryugu, au cours de la première semaine d’avril. © Jaxa
  • À l’occasion des Lunar and Planetary Science Conference (trois publications dans la revue Science), les chercheurs de la mission Hayabusa-2 autour de Ryugu ont présenté un premier portrait de l’astéroïde de 900 mètres.
  • À l’instar de son cousin Bennu (épié par Osiris-Rex), Ryugu est un agrégat de débris d’un corps plus grand dans la ceinture d’astéroïdes.
  • Ryugu est plus sombre que Bennu et plus sec. Les astronomes ne s’attendaient pas un astre aussi déshydraté.
Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi