Une vue d'artiste d'un astéroïde géocroiseur. © auntspray, fotolia

Sciences

Un astéroïde gros comme une pyramide va frôler la Terre sans risque

ActualitéClassé sous :astéroïde , frôler la Terre , géocroiseur

L'astéroïde 2016 NF23 va bientôt passer à 5 millions de kilomètres de la Terre et sa taille est de l'ordre de la centaine de mètres. L'objet est considéré comme potentiellement dangereux mais son passage n'est en réalité pas inquiétant... pour cette fois.

Interview : la Terre menacée par des astéroïdes ?  Depuis quelques années les scientifiques étudient la menace possible des géocroiseurs pour notre Planète. À l’image du scénario de l’extinction des dinosaures, ces astéroïdes sont-ils une menace pour la vie sur Terre ? Futura-Sciences a interviewé Jean-Pierre Luminet, astrophysicien de renom, afin d’en savoir plus. 

Il n'y a pas de doute que la chute d'un corps céleste d'une dizaine de kilomètres de diamètre a grandement aidé à la disparition des dinosaures, précipitant dramatiquement une fin peut-être inéluctable à long terme. Nous sommes censés être un peu plus malins que les dinosaures (ce dont on peut douter devant les atermoiements pour lutter contre le réchauffement climatique) et nous avons développé une technologie qui nous permet de prévoir les risques d'un nouvel impact d'un corps céleste, fût-il une comète ou un astéroïde.

Bien sûr, la Terre est à peu près une planète océan, puisque les mers couvrent la plus grande part de la surface, et les impacts de corps venus de l'espace se produisent donc majoritairement dans l'eau. Mais la menace est bien réelle. Entre 2000 et 2013 seulement, 26 explosions de la puissance de la bombe d'Hiroshima se sont produites dans l'atmosphère du fait de la chute de petits astéroïdes. La plus spectaculaire a sans nul doute été celle de Tcheliabinsk. Nous ne somme donc pas à l'abri, surtout dans un monde à la population grandissante installée dans des mégapoles.

Dans cette vidéo, 26 explosions liées à l'entrée dans l'atmosphère de petits corps célestes entre 2000 et 2013 sont indiquées. L'encadré en haut à gauche montre que ces explosions sont comparables à celle de la bombe d'Hiroshima. Heureusement, ces événements se sont produits à haute altitude et souvent au-dessus des océans. Un impact capable de détruire une ville peut survenir en moyenne une fois par siècle environ. © GentsideDecouvertes

2016 NF23, un astéroïde sans inquiétude... pour 2018

Faut-il pour autant paniquer chaque fois qu'est annoncé un astéroïde frôlant la Terre ? Certainement pas et le cas de 2016 NF23 est un bon exemple à cet égard. Bien sûr, cet astéroïde qui devrait passer au plus près de la Terre ce mercredi 29 août 2018 (vers 1 h 38 du matin en heure française) a été classé comme un objet potentiellement dangereux (en abrégé OPD, ou PHO, en anglais, pour Potentially Hazardous Object, PHO), plus précisément comme un astéroïde potentiellement dangereux (ou APD, Potentially Hazardous Asteroid, PHA). Mais qu'est-ce que cela signifie exactement ?

Un APD est un géocroiseur qui doit passer à moins de 0,05 UA de la Terre, c'est-à-dire moins de 7.500.000 km, soit environ 19,5 distances lunaires. Ils doivent, de plus, avoir un diamètre suffisant, de plus de 140 m à peu près, car ils peuvent alors atteindre la surface de la Terre sans exploser en vol. Les données fournies par la mission Neowise permettent d'estimer qu'il existe 4.700 ± 1.500 astéroïdes potentiellement dangereux en prenant 100 m comme limite inférieure de diamètre. Seulement 20 à 30 % d'entre eux seraient repérés.

Rappelons que le corps céleste (météorite ou comète) qui a explosé au-dessus de la Toungouska, en Sibérie centrale, le 30 avril 1908, ne mesurait probablement que 20 m environ et il a heureusement explosé avant de toucher le sol. Mais le souffle de cette explosion, dont la puissance a été estimée à 1.000 fois celle de la bombe d'Hiroshima, a couché des arbres dans un rayon de presque 100 km. Le fameux Meteor Crater en Arizona, d'un diamètre de 1.200 à 1.400 m de diamètre et d'une profondeur de 190 mètres, s'est formé, lui, il y a environ 50.000 ans à la suite de l'impact d'une météorite d'environ 50 m de diamètre.

Ce graphique montre les orbites de tous les astéroïdes potentiellement dangereux (APD) connus, soit plus de 1.400 au début de 2013. Mais être classé comme APD ne signifie pas qu'un astéroïde aura un impact sur la Terre : aucun de ces APD ne constitue une menace inquiétante au cours des cent prochaines années. En continuant d'observer et de suivre ces astéroïdes, leurs orbites peuvent être affinées et des prédictions plus précises peuvent être faites sur leurs probabilités d'impact. © Nasa

Laissons dormir Bruce Willis

2016 NF23 devrait passer à 13,2 fois la distance Terre-Lune, soit environ 5 millions de kilomètres de la Terre et son diamètre est estimé entre 70 et 160 m, ce qui en fait un objet comparable en taille à la pyramide de Khéops. Toutefois, Lindley Johnson, responsable de la défense planétaire au siège de la Nasa à Washington, a récemment déclaré dans un courrier électronique au site Space.com : « Il n'y a absolument rien d'inquiétant quant au passage de 2016 NF23 ».

Nul besoin d'appeler Bruce Willis donc. D'autant que le projet de faire exploser un APD avec des charges nucléaires est en fait une très mauvaise idée... En revanche, dans un futur éloigné, peut-être faudra-t-il tenter de dévier 2016 NF23. Le classement en APD reflète en effet un danger qui peut finir par augmenter significativement du fait de l'évolution des orbites à long terme de ces objets. Mais quand on sait qu'ils vont passer à plusieurs millions de kilomètres, on peut dormir tranquille...

  • Les astéroïdes sont considérés comme « potentiellement dangereux » (APD, ou PHA en anglais) quand ils risquent de passer à moins de 0,05 UA de la Terre, c’est-à-dire moins de 7.500.000 km, ou 19,5 distances lunaires. Ils doivent aussi avoir un diamètre supérieur à environ 140 m.
  • Cela ne veut pas dire que le danger est réel lors de tout passage rapproché de la Terre, mais simplement que l'évolution de son orbite pourrait un jour transformer un APD en une réelle menace.
  • Pour son passage le 29 août 2018 au plus près de la Terre, l'APD 2016 NF23 n'est nullement inquiétant.
Pour en savoir plus

Un astéroïde géocroiseur va frôler la Terre

Article de Christophe Olry publié le 29/06/2006

Le 3 juillet prochain, un astéroïde de plus de 400 mètres de diamètre va frôler notre planète. Répondant au nom de 2004 XP14, il fait partie des 783 astéroïdes potentiellement dangereux qui jouent en permanence avec la Terre.

Prévision de la trajectoire de 2004 XP14 et de sa position par rapport à la Terre le 3 juillet prochain © Nasa

Cet astéroïde au doux nom de 2004 XP14 a été observé pour la première fois le 10 décembre 2004, par le Lincoln Laboratory Near Earth Asteroid Research (LINEAR). Il appartient à la famille des astéroïdes géocroiseurs Apollo, dont les orbites croisent celle de la Terre. Ceux-ci sont au nombre de 1.989.

Justement, 2004 XP14 va passer au plus près de la Terre le 3 juillet prochain et s'approchera à la distance de 432.000 kilomètres, soit 1,1 fois la distance de la Terre à la Lune. Une valeur qui peut sembler importante à première vue, mais qui demeure minuscule à l'échelle interplanétaire.

La taille de 2004 XP14 n'a pas encore été déterminée avec précision. Pour l'heure, on sait juste que son diamètre est compris entre 410 et 920 mètres. Les astronomes comptent profiter de son passage pour faire ricocher des ondes radio à sa surface et en apprendre davantage.

Cet astéroïde est considéré comme potentiellement dangereux (Potentially Hazardous Asteroid - PHA) par le Minor Planet Centre de Cambridge, dans le Massachusetts, du fait de sa grande taille et de la proximité de son orbite avec la Terre. Aujourd'hui, 783 PHA font peser une épée de Damoclès sur la Terre.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !