Une momie égyptienne intacte, datant d'il y a 2 300 ans, a été sondée par des chercheurs, plus de 100 ans après sa découverte. Son étude révèle que l'adolescent qu'elle conserve a été enterré avec de nombreuses richesses censées accompagner le défunt dans sa vie après la mort.

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Visitez en 3D trois sites archéologiques menacés de disparition La Syrie regorge de sites archéologiques passionnants. Malheureusement, les conditions socioponull

En 1916, une momie encore intacte était retrouvée dans un cimetière datant d'il y a 2 300 ans, situé à Nag el-Hassay dans le sud de l'Égypte. Correspondant d'après sa taille à un adolescent ou un enfant, le cercueil témoignait de richesses certaines, lui valant alors le surnom de « Golden boy ». Stockée jusqu'à présent au Musée du Caire, elle vient tout juste d'être étudiée de nouveau par des chercheurs égyptiens.

Ils ont utilisé pour cela la tomographie informatisée, une technique d'imagerie qui permet de reconstruire le volume interne d'un objet à partir de nombreuses mesures prises depuis l'extérieur. Leurs résultats, publiés dans Frontiers in Medicine, confirment le statut socio-économique élevé de l'enfant de 14 ans décédé il y a plus de deux millénaires. Il semble de plus être mort de causes naturelles.

La momie a été déballée numériquement en quatre étapes. © SN Saleem, SA Seddik, M el-Halwagy
La momie a été déballée numériquement en quatre étapes. © SN Saleem, SA Seddik, M el-Halwagy

Des ornements pour aider le défunt dans sa vie après la mort

De multiples accessoires funéraires ont été retrouvés dans les deux cercueils entourant la momie. Ils servaient à favoriser la résurrection corporelle du défunt. Les Égyptiens croyaient en une vie après la mort, et les défunts étaient ainsi soignés de façon à faciliter leur chemin vers cette seconde vie. Le Golden boy a ainsi été enterré avec 49 amulettes de 21 formes différentes, des sandales, un casque doré, et la momie a été entourée de fougèresfougères« Les sandales étaient probablement destinées à permettre au garçon de sortir du cercueil. Selon le rituel du Livre des morts des anciens Égyptiens, le défunt devait porter des sandales blanches pour être pieux et propre avant de réciter ses vers », a déclaré dans un communiqué le Dr Sahar Saleem, premier auteur de l'étude et professeur à la Faculté de médecine de l'Université du Caire, en Égypte.

La momie était ornée de fougères et portait un masque facial doré. Crédit : SN Saleem, SA Seddik, M el-Halwagy
La momie était ornée de fougères et portait un masque facial doré. Crédit : SN Saleem, SA Seddik, M el-Halwagy

Les amulettes, quant à elles, témoignent de différentes croyances. L'une a été placée dans la bouche du défunt pour lui permettre de parler après sa mort, une autre devait apporter l'équilibre, une autre la dualité entre vie spirituelle et matérielle... « Elles incluent l'œilœil d'Horus, le scarabée, l'amulette akhet de l'horizon, le placentaplacenta, le nœud d'Isis, et d'autres. Beaucoup étaient en or, tandis que certaines étaient en pierres semi-précieuses, en argileargile cuite ou en faïencefaïence. Leur but était de protéger le corps et de lui donner de la vitalité dans l'au-delà », a conclu Sahar Saleem.