Sciences

D'extraordinaires fresques romaines découvertes à Arles

ActualitéClassé sous :archéologie , maison romaine , verrerie de Trinquetaille

Découverts en 2014 sur le site d'une ancienne verrerie, les restes d'une belle demeure romaine, vieille de plus de 2.000 ans, portent des fresques dans un état de conservation exceptionnel. Esthétiquement superbes, elles sont aussi précieuses pour les archéologues car ces décorations somptueuses de ce genre de villa appartenant aux élites dirigeantes témoignent du travail de fresquistes venus d'Italie, au premier siècle avant notre ère.

Un visage féminin peint sur le mur intérieur de cette maison romaine, sur fond vermillon, un pigment de luxe. Le style est pompéien et peu d'exemples sont connus en France. Ces fresques, à Arles, sont tout à fait exceptionnelles par leur richesse et leur état de conservation. La maison se trouvait en ville, sur la rive droite du Rhône, dans un quartier chic. © J. Boislève, Inrap, musée départemental Arles Antique

Depuis le 1er avril 2015, les fouilles archéologiques programmées ont repris sur le site municipal de la Verrerie de Trinquetaille, en rive droite du Rhône, à Arles. Elle a débuté en 2014 et s'achèvera en 2016 à raison de quatre mois de fouille par an. La première campagne de fouille de cette maison datée du premier siècle avant J.-C., a déjà révélé, l'an dernier, dans une première pièce, un rarissime décor peint de IIe style pompéien, daté en Gaule entre 70 et 20 av. J.-C. Une vidéo du musée départemental Arles antique raconte cette découverte étonnante dans une verrerie du XVIIIe siècle.

Ces peintures, aux couleurs d'une incroyable fraîcheur, laissent entrevoir, dans une probable chambre à coucher (cubiculum), une ornementation qui ménage, par un fort contraste de couleur, une alcôve pour le lit et une antichambre. D'inspiration très architecturale, la peinture imite en zone inférieure un podium au traitement évoquant le marbre. Dans l'antichambre, il supporte de massives colonnes jaunes tandis que, dans l'alcôve, de riches panneaux d'imitation de placages de marbres occupent la zone médiane.

Un décor coloré qui ornait un mur de l'alcôve, là où se trouvait le lit de la chambre à coucher. © J. Boislève, musée départemental Arles Antique

Des colonnes peintes et du faux marbre

Dans la pièce voisine, objet de la campagne en cours, les peintures en place sur deux murs seront dégagées dans quelques jours et visibles lors de cette présentation à la presse. Mais d'ores et déjà la fouille des niveaux de comblement a permis de mettre au jour un décor unique en France. Sur un fond uni d'un précieux rouge vermillon, un pigment de luxe, des colonnes fictives imitant le marbre ménagent des espaces dans lesquels sont représentés divers personnages.

De grande taille, ils prenaient place sur des piédestaux. La qualité de la représentation, la finesse des modelés du corps et des vêtements ainsi que la richesse des pigments témoignent d'un travail d'atelier extrêmement qualifié, venant probablement d'Italie.

Un visage féminin. La finesse du travail révèle des techniques venues d'Italie. © Rémi Benali

Des salles d'apparat chez les riches notables de la ville

Ces décors de deuxième style pompéien, présents presque exclusivement dans le sud de la France (l'antique province de Narbonnaise) sont encore assez mal connus. Peu de sites ont livré des témoignages de ce style, ils se limitent souvent à quelques fragments et rares sont ceux qui offrent un ensemble aussi complet. Le caractère déjà exceptionnel des peintures mises en évidence l'année passée est encore plus marqué cette année.

En effet, la représentation de personnages est extrêmement rare sur des peintures de IIe style en Gaule. Quelques fragments ont été trouvés à Narbonne mais la découverte d'un décor aussi riche et offrant un tel potentiel scientifique et muséographique est à ce jour unique en France. Ces peintures, qui ont nécessité de faire venir des ateliers de fresquistes qualifiés directement d'Italie, sont réservées aux salles d'apparat des plus riches demeures, souvent celles des élites dirigeantes de la cité, de Romains installés dans la colonie ou de notables locaux cherchant à marquer leur assimilation au mode de vie à la romaine.

Une image prise lors de la première série de fouilles en 2014. Qualifiée d’indispensable par le ministère de la Culture, cette fouille est réalisée par le service archéologique du conseil départemental des Bouches-du-Rhône avec le soutien de la ville d’Arles. Elle bénéficie du partenariat de l’Inrap et de la collaboration du ministère de la Culture et de la Communication, du CNRS, de l’université Aix-Marseille et du Centre Camille Julian. © J. Boislève, Inrap, musée départemental Arles Antique

Des fresques d'un style très rare

Les décors représentant de grands personnages sur fond vermillon sont très rares. Inconnus en France, ils sont également peu nombreux en Italie où on en compte moins d'une dizaine. Les comparaisons s'établissent avec de grandes maisons comme le cubiculum 4 de la villa des Mystères à Pompéi, ou la villa de P. Fannius Synistor à Boscoreale.

Véritable trésor archéologique, ces vestiges renouvelleront tout un pan de la recherche toichographologique (l'étude des peintures murales) et enrichiront les collections du musée départemental Arles antique où le visiteur pourra, d'ici quelques années, contempler toute la fraîcheur des couleurs bimillénaires qui ornaient les murs d'un habitat des plus hautes élites de la cité.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi