Sciences

Une étonnante coupe romaine, en verre millefiori, retrouvée à Londres

ActualitéClassé sous :Homme , Verre mosaïqué , millefiori

Une coupe de verre mosaïqué, communément appelé millefiori, a été découverte dans la tombe d'un riche habitant de Londinium, le Londres fondé sous la domination romaine. Pièce unique, datant de 1.700 ans, elle est le premier exemple de ce genre en dehors de l'Empire romain oriental.

La coupe de verre mosaïqué découverte à Londres. Source : Antiquarian’s Attic

Ce type de verre polychrome est à la fois le plus spectaculaire et le plus fascinant de l'Antiquité. La technique millefiori (mille fleurs), plongeant ses racines dans la civilisation mésopotamienne, a été couramment pratiquée par les artisans verriers hellénistiques et romains à partir du troisième siècle avant J.-C.

Sa fabrication exigeait patience et précision. Elle consistait d'abord à étirer des baguettes de verres colorés, puis à les tronçonner en rondelles de couleurs et de formes différentes. Celles-ci étaient ensuite disposées côte à côte sur un support de céramique tout en ébauchant la forme de l'objet à créer. Par exemple, la fabrication d'une coupe ou d'un bol demandait une forme circulaire. L'ensemble était ensuite chauffé à haute température afin d'agglomérer les différentes pièces de cette mosaïque entre elles par fusion.

Après refroidissement, la surface multicolore et plane ainsi obtenue était posée sur une forme reproduisant l'aspect de la pièce à reproduire, et à nouveau portée au four. La pièce de verre se ramollissait alors, épousant son modèle pour obtenir, par exemple, un bol. En général, l'objet ainsi obtenu était encore poli intérieurement et extérieurement afin de parfaire son aspect.

La technique du verre mosaïqué n'est pas abandonnée, et elle connaît même un regain d'intérêt depuis que le verrier vénitien Vincenzo Moretti l'a remise à l'honneur dès la fin du dix-neuvième siècle, relançant un style toujours pratiqué et admiré aujourd'hui.

Une pièce exceptionnelle et unique

Le magnifique plat translucide mis au jour par les archéologues dans les fouilles de Prescott Street à Londres constitue un cas unique. Son motif est constitué de disques de verre rouges entourés de formes bleues et blanches disposées tout autour afin de former un motif floral, répété des centaines de fois, ce qui exige une énorme quantité de travail. L'ensemble constitue le seul plat complet de ce type découvert en dehors de l'Empire romain oriental.

Liz Goodman, conservatrice du Musée de Londres, confirme : « nous avons occasionnellement de petits fragments de millefiori, mais l'opportunité de travailler avec un objet entier de ce type est extraordinaire. Le plat est extrêmement fragile mais le verre est intact et toujours aussi lumineux presque 2.000 ans après avoir été fabriqué ». Cette pièce exceptionnelle sera sous peu exposée au Museum de Londres.

Cette découverte n'est pas isolée, car les archéologues ont aussi mis au jour d'autres objets de céramique ainsi que de la vaisselle en verre à proximité de la tombe, ce qui indique que le personnage enterré là était de haut rang. Guy Hunt, directeur de la firme L-P Archaeology responsable des fouilles, précise que toute une série d'autres objets de l'époque romaine ont aussi été déterrés.

Cela vous intéressera aussi