La dernière analyse du tombeau de Toutânkhamon n’a pas confirmé la « découverte majeure » annoncée à plusieurs reprises ces derniers mois par les autorités égyptiennes. Une autre analyse, menée fin avril, sera nécessaire pour s’assurer qu’il y a bien deux chambres cachées, où certains espèrent trouver Néfertiti.

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Les experts du passé : les trésors funéraires de Buchères Lors de fouilles réalisées à Buchères, près de Troyes, dans le département de l’Aube, des archnull

Mise à jour du 4 avril

Le mois dernier, Mamdouh al-Damaty, alors ministre des Antiquités du gouvernement égyptien, se disait presque sûr que le tombeautombeau de Toutânkhamon ne recelait pas une chambre secrète, comme il l'avait annoncé en novembre dernier, mais deux, dont l'une abriterait le corps de la reine Néfertiti, selon la thèse de l'égyptologue Nicholas Reeves. Le ministre promettait une révélation début avril. Mais vendredi, lors d'une conférence de presse, son remplaçant, Khaled al-Anani, nommé récemment, a refroidi son auditoire. Selon lui, il est impossible de conclure aujourd'hui et il faudra effectuer une autre analyse à la fin de ce mois. Le nouveau ministre préfère maintenant annoncer « un débat international », le 8 mai prochain.

----------------------------------------------------------------------------------------------------

En novembre dernier, le ministre des Antiquités égyptiennes, Mamdouh al-Damaty, annonçait dans une conférence de presse qu'il y avait « 90 % de chances » pour qu'une chambre secrète existe dans le tombeau du pharaon Toutânkhamon, découvert en 1922 par Howard Carter. Des anomaliesanomalies thermiques sur le murmur nord avaient été détectées et des analyses au radar montraient la possibilité d'une cavité. Dans un entretien avec un journal espagnol, ABC, Hisham Zaazou, ministre égyptien du tourisme, fait à présent grimper la probabilité et annonce un « Big BangBig Bang » en avril avec une nouvelle fracassante. Nicholas Reeves, l'archéologue, qui a réalisé les sondages radar, aurait repéré une porteporte sur des images en haute résolutionrésolution de la fondation espagnole Factum.

Une momie se trouve-t-elle dans cette pièce murée ? Oui, pensent les archéologues. Les soupçons pèsent sur Néfertiti, épouse d'Akhenaton. D'après des analyses d'ADN effectuées en 2010, elle ne serait pas la mère de Toutânkhamon, puisque celle-ci serait la sœur du premier... L'hypothèse est loin d'être certaine, avec de bonnes raisons.

La vie politique n'était pas un long fleuve tranquille durant le règne éphémère de Toutânkhamon, né vers 1345 avant J.-C., désigné pharaon sous le nom de Toutânkahton à 9 ans et mort brutalement à 19 ans. Nos chamailleries démocratiques d'aujourd'hui sont peu de choses en comparaison des féroces enjeux de pouvoir de l'époque. Son père, né Amenophis IV, avait imposé le culte d'un dieu unique, Aton, le SoleilSoleil, et s'était rebaptisé Akhenaton, « celui qui plaît à Aton ». Il avait aussi fortement réduit le pouvoir des prêtres. Quand il meurt, le clergé restaure le culte traditionnel d'Amon, le pharaon change de nom. Le culte d'Aton devient interdit et tout ce qui le rappelle est détruit. Pourquoi donc, Néfertiti, épouse de l'hérétique Akhenaton, serait-elle enterrée dans un tombeau royal ? Parce que les prêtres ont été pris de court, explique une version des faits.

Les fresques murales du tombeau de Toutânkhamon sont constellées de taches sombres. Elles sont probablement apparues rapidement après la cérémonie et seraient dues à un séchage insuffisant des peintures. Le pharaon aurait été enterré à la hâte, estiment les archéologues. © <em>Harvard University-The J. Paul Getty Trust,</em> 2001
Les fresques murales du tombeau de Toutânkhamon sont constellées de taches sombres. Elles sont probablement apparues rapidement après la cérémonie et seraient dues à un séchage insuffisant des peintures. Le pharaon aurait été enterré à la hâte, estiment les archéologues. © Harvard University-The J. Paul Getty Trust, 2001

L'hypothèse Néfertiti n'est pas la seule

Mort brutalement d'une cause inconnue (l'assassinat est évoqué), Toutânkhamon a dû être inhumé rapidement. Le tombeau de Néfertiti aurait alors été utilisé et la reine déplacée dans une chambre close. D'ailleurs, des taches sombres sur l'un des panneaux indiqueraient une réalisation trop rapide, le tombeau du pharaon ayant été refermé trop vite, avant que les peintures ne soient séchées.

D'autres possibilités existent et, si tant est qu'il y ait bien une chambre avec un sarcophage à l'intérieur, son occupant, homme ou femme, pourrait être une surprise. Pourquoi pas la propre sœur de Toutânkhamon, Ânkhesenamon, que l'enfant-pharaon a épousée alors qu'il avait environ 10 ans ?

Les détails historiques de la vie au sein de cette cour royale d'il y a plus de trois mille ans sont très mal connus, de même que les filiations, compliquées par les relations intrafamiliales et les intrigues politiques. Nous avons jusqu'au mois d'avril pour réviser l'histoire de la 18e dynastie.