Sciences

La momie de Néfertiti est-elle cachée dans le tombeau de Toutânkhamon ?

ActualitéClassé sous :histoire , égypte , Néfertiti

Lorsque l'archéologue britannique Howard Carter découvrit en 1922 la tombe du pharaon Toutânkhamon, celle-ci, pourtant mineure, recelait plus de 5.000 objets intacts qui ont émerveillé le monde. Ce tombeau contiendrait également une chambre secrète où dort peut-être la momie de la reine Néfertiti.

Néfertiti, dont le nom signifie « la belle est venue » ou « la parfaite est arrivée », était la grande épouse royale du pharaon Akhénaton. Elle est célèbre notamment à cause de son buste conservé au Neues Museum à Berlin. Sa momie pourrait être cachée dans le tombeau de Toutânkhamon. © xenon 77, Wikimedia Commons, CC by 3.0

L'Égypte compte presque 89 millions d'habitants et leurs conditions de vie, alors que le bassin méditerranéen est en cours d'assèchement du fait du réchauffement climatique, comme le rappelle Jean-Marc Jancovici, sont directement impactées par le tourisme. On comprend donc aisément l'importance qu'aurait la découverte de nouvelles salles contenant des trésors archéologiques dans les pyramides mais aussi dans les tombeaux de la vallée des rois.

Justement, la technologie entraîne aujourd'hui la création de nouveaux outils permettant bientôt à l'égyptologie de réaliser un bond en avant. Le projet ScanPyramids a par exemple été lancé dans le but de percer le mystère de la construction des pyramides. Des ingénieurs, scientifiques et archéologues égyptiens, japonais, canadiens et français vont ainsi joindre leurs forces pour explorer, à l'aide de techniques de détection non-invasives et non-destructives - notamment basées sur les rayons infrarouges et les muons des rayons cosmiques -, les monuments de Gizeh et d'autres constructions en Égypte.

Les chercheurs entendent percer certains mystères liés à la pyramide de Khéops mais aussi d'autres en rapport avec l'histoire de l'Égypte. Qu'est devenue par exemple la momie de la célèbre Néfertiti (1370 - 1333 avant J. C.), l'épouse royale du non moins célèbre Akhénaton (1350 - 1333 avant J. C.), le père de Toutânkhamon et le premier souverain monothéiste d'Égypte ?

Le projet ScanPyramids permettra-t-il de percer les mystères des pyramides d'Égypte ? © HIP Institute

Une hypothèse fascinante, mais qui ne fait pas l'unanimité parmi les égyptologues, fait beaucoup parler d'elle actuellement. Il y a quelques semaines, à la demande de Mamdouh Eldamaty, ministre des antiquités égyptiennes, des mesures de thermographie par infrarouge avaient été effectuées dans la tombe de Toutânkhamon. Des anomalies de température avaient été repérées et ont conduit l'archéologue britannique Nicholas Reeves à réaliser des sondages par radar pour tenter de mettre en évidence des salles inviolées, cachées derrières des murs du tombeau.

La tombe de Néfertiti ou d'Ankhkheperourê ?

Bingo ! Une conférence de presse qui a eu lieu samedi 28 novembre 2015 a été l'occasion pour Mamdouh Eldamaty d'annoncer qu'il y avait 90 % de chance pour que le mur nord du tombeau de Toutânkhamon cache une chambre secrète. Les ondes radar ont en effet révélé la présence d'une discontinuité claire dans la nature de la roche dure entourant le tombeau qui devrait correspondre à un espace vide au-delà de ce mur. Mais alors, si tel est bien le cas, que cache-t-il ?

Une présentation de la possible découverte d'une chambre secrète dans le tombeau de Toutânkhamon. © Euronews, YouTube

Pour Nicholas Reeves, les prêtres égyptiens, pris au dépourvu en 1324 avant J.C. par le décès du jeune Toutânkhamon, alors âgé de 19 ans, auraient été contraints de rouvrir la tombe de Néfertiti 10 ans après sa mort pour inhumer le pharaon. Mamdouh Eldamaty penche quantà lui pour une autre hypothèse que confortent les arguments de son prédécesseur. Le célèbre Zahi Hawass a en effet rappelé qu'Akhénaton et sa reine, Néfertiti, furent perçus comme des hérétiques par le clergé d'Amon lorsqu'ils constituèrent un culte monothéiste, celui d'Aton. Presque toutes les traces de ce culte ont d'ailleurs été effacées à la mort du pharaon et Toutânkhamon a été, d'une certaine façon, le moyen de rétablir le culte d'Amon. On voit mal comment les prêtres auraient autorisé que deux représentants d'un culte religieux en opposition aient été enterrés dans une même tombe.

Mamdouh Eldamaty pense donc que les égyptologues vont plus probablement découvrir la tombe de la fille aînée d'Akhénaton, Merytaton, qui a peut-être régné sous le nom d'Ankhkheperourê, ou Kiya, « la noble dame ». En tout état de cause, si une chambre secrète existe bel et bien et qu'elle contient un membre de la famille royale (nous le saurons peut-être dans quelques mois), ce sera probablement la découverte archéologique la plus marquante du XXIe siècle.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi