Alois AlzheimerAlzheimer avait le premier décrit les lésions cérébrales d'une malade autopsiée en 1906. Deux caractéristiques se retrouvent dans le cerveaucerveau des malades : la présence de plaques séniles et des dégénérescences neurofibrillaires.

1. La présence de plaques séniles

Les plaques séniles sont observées au microscopemicroscope sur des coupes de cerveau de malades. Ce sont de petites sphères comprenant un dépôt dense entouré de prolongements de neuronesneurones dégénérescents. Le centre de la plaque contient un enchevêtrement de fibrillesfibrilles. Le principal constituant des plaques séniles est un peptidepeptide de 42-43 acides aminésacides aminés appelé peptide amyloïde. Le peptide amyloïde est un fragment issu d'une protéineprotéine précurseur appelée APP (amyloid precursor protein). Il existe deux types de peptides amyloïdes : une forme "longue" (42-43 acides aminés) et une plus courte (40 acides aminés). Les peptides amyloïdes sont présents normalement dans l'organisme et circulent dans le liquideliquide céphalo-rachidien ou dans le sang. Chez les malades, les peptides de 42-43 acides aminés forment les plaques séniles en s'agrégeant en feuillets. Lorsque des plaques séniles commencent à se former, elles favorisent le recrutement de nouveaux peptides amyloïdes "longs" pour former des enchevêtrements, d'où la multiplication rapide des plaques séniles.

Présence de plaques séniles entre les cellules nerveuses. En bas à droite, neurones d’un patient sain. Source: ©2007 Alzheimer's Association.  <a href="http://www.alz.org/" target="_blank">www.alz.org</a>.  All rights reserved. Illustrations by Stacy Janis.

Présence de plaques séniles entre les cellules nerveuses. En bas à droite, neurones d’un patient sain. Source: ©2007 Alzheimer's Association.  www.alz.org.  All rights reserved. Illustrations by Stacy Janis.