Santé

Bouger est vital pour les Humains : nous ne sommes pas des statues

Dossier - Maigrir sans régime, c'est possible !
DossierClassé sous :médecine , régime , bouger

Évaluer son alimentation avec des outils utilisés en recherche. Découvrir les connaissances scientifiques actuelles des phénomènes menant à l'épidémie d'obésité. Voici de quoi devenir un décideur de votre santé plutôt que la victime des publicités et des modes.

  
DossiersMaigrir sans régime, c'est possible !
 

Enfin... cela a été vrai pendant des millénaires. L'acquisition de la position debout fut même une avancée remarquable dans notre évolution. Et voilà que l'homme (et la femme) de ces dernières décennies cherchent par tous les moyens à rester immobile, assis le plus souvent possible, quitte à y laisser sa santé !

La sédentarité est un fléau, il faut bouger. © ALE CCOEN, Pixabay, DP

Au volant de sa voiture, dans les transports en commun, au travail (le travail de bureau est souvent mieux rémunéré que les travaux dits de force) et même pendant ses loisirs passés de plus en plus devant la télévision (en se remplissant de graisses hydrogénées au passage) ou l'écran de l'ordinateur.

J'appelle cela de la dégénérescence puisque nos corps d'humains en souffrent. La sédentarité est un fléau ! Il faut apprendre cela à nos enfants et les remettre de façon urgente debout et en marche. Debout pour marcher sur le chemin de l'école, debout pour faire des activités sportives, debout pour randonner en vacances, debout comme les êtres humains en ont un besoin vital.

La marche en forêt : salutaire et apaisante.

La marche à pied est le mode de déplacement des bipèdes. Elle a été utilisée de façon plus ou moins adroite dès l'apparition des premiers hominiens, il y a environ deux millions d'années. Ce mode de déplacement a permis la libération des membres avant pour la manipulation d'outils, créant les conditions du développement des facultés intellectuelles. La marche à pied est longtemps restée le seul moyen de déplacement de l'homme avec la course. C'est à pied que l'homme a conquis les continents africain et eurasiatique où l'on trouve des traces de son passage à l'époque paléolithique et néolithique, bien avant l'apprivoisement du cheval. Les légions romaines se déplaçaient à pied, et la marche était encore largement utilisée au Moyen Âge alors que la possession d'une monture était un attribut de richesse. À la fin du XVIIIe siècle, le découpage du territoire français en communes s'est fait sur la base de la distance parcourue à pied en une journée.

La course à pied ou le jogging, c'est bon pour la santé.

C'est la popularisation de l'automobile au XXe siècle qui a modifié le rapport de l'homme avec la marche à pied. Est-ce le fantasme d'abolition de l'espace et du temps ? L'excitation, le risque, la vitesse ? La marche à pied a été mise à mal, et avec elle la santé des êtres humains. On peut se demander combien de temps cette aberration va se poursuivre : aller toujours plus vite... vers les accidents et les maladies.

Toutes les activités sont-elles efficaces sur les problèmes de poids ?

Non, seules les activités d'intensité modérée, comme la marche rapide, ou d'intensité élevée, comme les sports, protègent contre les problèmes de poids. De plus, une durée minimale de 30 à 45 minutes par jour est nécessaire pour bénéficier de cet effet protecteur. Une faible proportion d'énergie dépensée en activités d'intensité modérée est associée à une augmentation de la fréquence de l'obésité et du surpoids, chez les hommes comme chez les femmes, avec une relation dose-effet : moins on pratique ce type d'activités, plus le risque de surpoids et d'obésité augmente.

Pour partir du bon pied...

En d'autres termes, se promener tranquillement de façon régulière a sans doute des effets positifs sur la santé physique et mentale, mais cela ne fait pas maigrir. En revanche, la marche rapide qui donne chaud, fait transpirer, et dure au moins 30 minutes d'affilée chaque jour, permet d'éloigner l'obésité. Attention, l'alimentation aussi joue un rôle : par exemple, une proportion trop grande de graisses d'origine animale dans l'alimentation double le risque d'obésité. Activité physique et alimentation sont bien des acteurs indissociables.