Planète

Une culture sous-surveillance

Dossier - La banane
DossierClassé sous :botanique , banane , guadeloupe

-

On compte environ 1000 variétés de bananier regroupées en 50 groupes et il existe une multitude de banane différentes sur la planète. À graines, sans graines, minuscules, énormes, longues, courtes, carrées, rondes, droites, courbes, vertes, jaunes, roses, panachées, argentées, tigrées, les bananes, consommées crues ou cuites, peuvent avoir tous les goûts et satisfaire tous les consommateurs. En Afrique de l'Ouest, il existe un bananier plantain qui produit un seul fruit pouvant atteindre jusqu'à 50 cm de long ! Sur nos tables apparaissent surtout les variétés de bananes dessert cultivées pour l'exportation, les « Cavendish » : Lacatan, Poyo, Grande naine.

  
DossiersLa banane
 

Le bananier est une plante rustique qui peut pousser facilement dans un coin de jardin, mais la qualité des fruits dépend des soins qui lui auront été apportés depuis sa plantation. À l'origine, en Asie, étaient deux espèces à graines, « Musa acuminata » et « Musa balbisiarna ». L'évolution naturelle, les croisements et la sélection effectuée par l'homme ont donné naissance à différentes variétés de bananiers stériles... pour le plus grand plaisir des gourmands car leurs fleurs femelles produisent désormais des fruits sans graines !
Fleur de banane

De la plantation à la récolte

Il faut compter environ 9 à 12 mois entre la plantation du bananier et la récolte de son régime qui pèse alors, en moyenne, 20 à 25 kg. À partir du 6e au 7e mois, la fleur apparaît. Vont alors débuter un certain nombre d'opérations en vue de la commercialisation des fruits. Les fleurs sont comptées pour estimer la récolte et prévoir le fret. La récolte se fait en coupant la hampe florale.

Banane femelle

L'opération est délicate : un homme coupe la hampe, un autre reçoit le régime sur un plateau matelassé. Le régime est ensuite transporté de différentes façons (remorques, câbles) vers la station d'emballage. Il est indispensable d'éviter tout choc ou frottement, préjudiciable à la qualité du fruit.

Le bananier est menacé

Outre les rafales de vents, les tempêtes, les cyclones, le bananier a de redoutables ennemis : des virus, des bactéries, des nématodes, des insectes (charançons) et des champignons ! Ces derniers attaquent les feuilles et peuvent provoquer de graves maladies comme les cercosporioses. C'est dans le bulbe du bananier que pond la femelle du charançon noir. Ses larves y creusent des galeries et font des dégâts considérables. Quand aux racines, elles sont attaquées par des vers microscopiques, les nématodes. Les fruits, eux, sont la cible de petits insectes, les Thrips. La vie du bananier n'est pas de tout repos !

Le bananier a besoin de soins vigilants.

Le bananier vit généralement dans les régions tropicales humides et pousse dans les milieux ouverts, à la lisière des forêts et dans les clairières. Il est cultivé sur des sols sains, aérés, riches en azote et en potasse. Il est sensible aux basses températures et au vent et réclame des soins vigilants. Le tuteurage ou le haubanage sont indispensables pour éviter qu'il soit déraciné ou se casse. Il est également nécessaire de contrôler l'enherbement. Il a, en outre, un grand besoin d'eau. Dans les plantations industrielles, les systèmes d'irrigation peuvent être très divers : aspersion, goutte-à-goutte, ruissellement, infiltration, submersion. Pour maintenir le caractère intensif de la culture du bananier, on supprime régulièrement les rejets qui apparaissent en surnombre sur la souche. C'est l'œilletonnage.

Mais le régime de bananes doit, lui aussi, être « soigné ». Les dernières fleurs présentes à l'extrémité du régime (inflorescence mâle) ne donneront pas de bananes et affaibliront la plante. Il faut donc les couper. Le reste des pièces florales, qui subsistent généralement à l'extrémité du fruit lorsqu'il a grossi, doit être enlevé : c'est l'"épistillage". Certaines feuilles sont également enlevées lorsqu'elles risquent de provoquer des frottements donc des blessures sur les fruits. Enfin, le régime est enveloppé dans des gaines de polyéthylène (ensachage) qui le protègent contre les piqûres d'insectes et maintiennent une température plus optimale pour le développement des fruits.

La naissance d'un régime de bananes dessert


Le bananier pousse en émettant des feuilles. Le bananier a atteint sa taille adulte, une tige émerge de son sommet. C'est l'induction florale (ou floraison, ou jetée). L'inflorescence se recourbe vers le sol, le bourgeon mâle (ou « popotte ») pend à la verticale. L'inflorescence est composée de spathes violacées. Les spathes se soulèvent les unes après les autres, se replient, tombent et laissent apparaître les fleurs. Les fleurs femelles apparaissent les premières, suivies de fleurs hermaphrodites, puis seulement mâles. Leurs longs ovaires se transforment en fruits (ou « doigts ») qui se redressent vers le ciel en quête de lumière.

Le régime de bananes a trouvé sa forme définitive. Il est composé de plusieurs groupes de fruits appelés « mains » ou « pattes ».